477 fans | Vote

#104 : Dans la Peau de l'Ours

Lors de l'autopsie d'un ours noir, un bras est retrouvé dans l'estomac de ce dernier. Brennan se résout à élucider ce mystère à contrecoeur, forcée par son patron. Toutefois, Brennan réalise que le bras a été sectionné à l'aide d'une scie.

Popularité


4.2 - 15 votes

Titre VO
The Man in the Bear

Titre VF
Dans la Peau de l'Ours

Première diffusion
01.11.2005

Première diffusion en France
26.01.2007

Vidéos

promo Bones 1x04

promo Bones 1x04

  

Photos promo

Seeley Booth (David Boreanaz) et Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Seeley Booth (David Boreanaz) et Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Temperance Brennan (Emily Deschanel) et Seeley Booth (David Boreanaz)

Temperance Brennan (Emily Deschanel) et Seeley Booth (David Boreanaz)

Seeley Booth (David Boreanaz)

Seeley Booth (David Boreanaz)

Diffusions

Logo de la chaîne W9

France (redif)
Dimanche 04.09.2016 à 23:30

Logo de la chaîne M6

France (inédit)
Vendredi 26.01.2007 à 20:50
5.94m

Logo de la chaîne FOX

Etats-Unis (inédit)
Mardi 01.11.2005 à 21:00
6.90m

Plus de détails

Réalisateur : Allan Kroeker

Scénariste : Laura Wolner

Guest : Alex Carter, Margerite MacIntyre, Tom Kiesche, Steve Reevis, Rusty Joiner, K.D. Aubert

Quelque part dans l’Etat de Washington, un vétérinaire fait la nécropsie d’un ours sous les yeux du garde forestier et y découvre, avec effroi, un bras humain.

L’affaire remonte jusqu’au FBI et est confié à l’agent spécial Seeley Booth, en espérant que sa coéquipière, l’anthropologue Temperance Brennan identifie la victime.

En examinant l’os du bras, Brennan descelle des marques de scies suspectes, des marques de coupures faites par une scie sur les os. La victime aurait eu le bras coupé avant d’être mangé par l’ours.

Booth la remercie et lui dit de faire ses bagages, elle vient avec lui sur les lieux du crime. Réticente à cette idée, Brennan en fait part à son patron le Docteur Goodman ; qui lui dit que c’est lui qui décide ce qu’elle fait et où elle va.

Malgré elle, Brennan part avec Booth dans la petite ville d’Aurora, dans l’état de Washington pour enquêter.

Booth part rencontrer le shérif Scutter et Brennan examine les fragments d’os avec les docteurs de cette ville.

En l’examinant Brennan constate qu’il s’agit d’un homme, la vingtaine, bien musclé. Petit hic :  la seule personne disparue jusque là est une femme : Ann Noyes.

Brennan décide d’envoyer les fragments d’os à l’institut Jefferson et se rend au Bureau de poste où Charlie, l’employé, la drague mais Brennan reste indifférente !

Au Jefferson, Zack nettoie les os et trouve des dentelures anormales.

Retour à Aurora.

Booth s’entretient avec le shérif et Brennan les rejoint. Elle veut retrouver ce qu’il reste du cadavre. Le shérif leur dit que Sherman a refait le parcours de l’ours et n’a rien trouvé.

Retour au Jefferson ; une jeune femme coursière apporte un paquet envoyé par Brennan à Zack mais Hodgins séduit par la jeune femme prend le paquet et la drague !

A Aurora le lendemain, Sherman emmène Booth et Brennan à l’endroit où l’ours a été retrouvé. Booth découvre des excréments d’ours. Brennan les ramasse et décide d’envoyer ça à Hodgins au Jefferson. A ce moment Zack l’appelle et lui apprend que la personne a qui le bras appartenait est morte il y a 8 jours environ et que l’ours l’a mangé entre 1 et 3 jours après cela. Zack envoie des images à Brennan par satellite. Celle-ci confirme que se sont des marques de morsure, mais des morsures faites par un humain. Il s’agit donc d’un cannibal. Les habitants accueillent cette nouvelle avec effroi.

Brennan comprend que le cannibal souffrirait de la maladie de Prion. Elle s’entretient avec le docteur/coronneur de la ville le Docteur Andrew Rigby. Il l’informe qu’il n’a pas rencontré de patient ayant les symptômes de la maladie.

Au laboratoire, Hodgins examine les excréments d’ours et y trouve de l’os métacarpien, un morceau de métal, des fibres d’élastine, du sporocarpe et un fragment de peau avec un tatouage.

Angéla recréer le tatouage et découvre que c’est un signe indien, un soleil Haida.

Grâce à cette preuve, le shérif fait des recherches dans les personnes disparues et trouve une correspondance : il s’agit d’Adam Langer, 22 ans, disparu depuis 10 jours, il était dans une université proche.

Le shérif reconnait Adam, le jeune homme venait à Aurora pour rendre visite à Sherman Rivers, le ranger.

Booth, Brennan et le shérif se rendent chez Sherman Rivers, mais celui-ci s’enfuit dans les bois. Booth le poursuit mais sa lampe de poche arrive à cours de batterie, et il perd la piste du ranger Rivers.

Brennan et le shérif fouille la case du ranger Rivers et trouve dans un congélateur de la viande ayant un aspect étrange. Brennan envoie le tout au Jefferson.

Etant donné que sans les conclusions de ce qu’est la viande, Booth et Brennan ne peuvent  rien trouvé de plus, Angéla conseille à Brennan d’emmener Booth se détendre, boire et s’amuser un peu, car il s‘en veut d’avoir perdu la trace de Sherman Rivers.

Le Docteur Rigby, le shérif et Charlie ont les yeux rivés sur Brennan et tentent de la charmer en dansant ce qui agace Booth qui la reprend pour danser. Brennan pense que ces hommes voulaient des détails approfondis sur l’enquête mais Booth lui précise qu’ils se fichent de l’enquête et que leur but était de la draguer.

 

Au Jefferson, Hodgins découvre que le sporocarpe est un champignon, une truffe blanche de l’Oreigon qui ne pousse qu’en présence avec les sapins de Douglas. En la rasant il trouve de la poussière de truffe produite par les cafards.  L’arbre sur lequel la truffe à poussé était malade.

A Aurora, le lendemain, Booth, Brennan et le shérif parcourent les bois à la recherche du Ranger Rivers qu’il trouve, il dit qu’il s’est enfuit car d’après lui « le FBI et les indiens ne font pas bon ménage. ».

A ce moment Zack appelle Brennan, il a découvert que le morceau de viande de la case de Rivers venaient d’un ours noir. Ce n’est donc pas lui le cannibal, mais c’est un braconnier.

Brennan qui est avec Hodgins au téléphone, informe Booth et le shérif que l’ours a dévoré le bras à côté d’un sapin rongé par des insectes xylophages.

En échange de sa liberté Sheman peut les amener à des arbres  comme celui-là.

Sherman les amène à ce type d’arbre. Non loin Booth découvre une sorte de cercle bizarre ressemblant à un rituel de guérison indien.

Brennan aperçoit des feuilles séreuses (métane s’échappe du sol), elle découvre le reste du squelette d’Adam mais aussi un second squelette, une femme surement Ann Noyes à qui le cœur a été arraché.

Au Jefferson, Goodman analyse le cercle. Et conclut qu’il s’agit d’un détournement du cercle de guérison des indiens Salish. La pierre à l’extrême sud est censé représenté la vigueur, celle au centre la force de vie, mais là les pierres sont disposées à l’envers. Il suppose donc que la représentation des pierres  est un moyen de prendre l’énergie d’une personne mangeant sa chair. Le bras est le symbole de la vigueur, le cœur celui de l’esprit, et deux autres points la connaissance et le courage. Deux victimes ont eu pour l’un le bras coupé et l’autre le cœur arraché. Il manque donc deux cadavres pour que le rituel soit complet. Mais seulement deux cadavres ont été retrouvés. Goodman en conclut donc qu’il y aura deux autres victimes.

Brennan et le Docteur Rigby autopsient les corps, tous deux ont été tués d’une balle dans la tête par un pistolet de petit calibre, à bout portant. La mort d’Ann Noyes est estimée à environ une semaine

Rivers est interrogé par le shérif et Booth. Rivers finit par leur apprendre qu’Adam Langer sortait avec la vétérinaire Denise Randall, qui apparemment sortait avec presque tous les hommes du coin.

Booth et Brennan vont rendre visite à Denise Randall et la font mordre dans un bloc de pâte molle pour récupérer ses empreintes, mais Brennan a des doutes, même si elle avait tué Adam Langer pourquoi tuer Ann Noyes et n’est pas d’accord sur le fait qu’elle pourrait être le cannibal, elle pense qu’il faut se diriger vers quelqu’un ayant un dérangement d’ordre clinque.

Zack envoie à Brennan par satellite les phots du sternum d’Ann Noyes :  il y a des traces de découpes sur le sternum d’Ann Noyes, seulement celles-ci ont été faites par un écarteur, une machine, pas par une personne. Brennan comprend alors que le Docteur Rigby est le coupable cannibal. 

Booth et Brennan se rendent à la clinique de Rigby.

Les cadavres ont disparus et Brennan pense que Rigby veut détruire des preuves. En effet il est sur le point d’incinérer les corps quand Booth et Brennan arrivent. Brennan le frappe et Booth l’arrête.

Avant de rentrer sur Washington DC, Booth et Brennan prennent le déjeuner à Aurora et Brennan dit à Booth que malgré sa réticence à venir, elle a trouvé l'enquête fascinante et ne regrette pas d'être venue.

 EPISODE 4 – DANS LA PEAU DE L’OURS

[ Ouverture : Près d’un bois. Sherman, garde forestier, tient une lanterne pour éclairer Denise, vétérinaire, qui examine la dépouille d’un ours. ]

Sherman : On sait déjà ce qui a tué cet ours.

Denise : C’est qui le vétérinaire, Sherman ?

Sherman : C’est toi, Denise. Et qui est le garde forestier ?

Denise : Ce doit être toi, Sherman.

Sherman : Et c’est pour ça que je sais déjà qui a tué cet animal (il s’accroupit près d’elle). Un campeur effrayé l’a abattu avec un Magnum Winchester 338.

Denise : Je sais ce que tu ressens, mais je dois examiner cet ours, c’est la moindre des choses.

Sherman : J’ai autre chose à faire que d’attendre que tu me dises ce que je sais déjà.

Denise : La loi m’impose de fournir tous les éléments que je peux déterminer. Son âge, son poids, ce qu’il a mangé avant sa mort (elle plonge sa main dans l’estomac de l’ours). Ohhh …. Ouais …. Hotdog, haricots fris, c’est quoi, ça ? (elle sort un sac en plastique). Beef Jerky.

Sherman : Beef Jerky ?

Denise : Oui, il se préparait à l’hiver. Il a avalé tout ce qu’il a pu trouver avant de se mettre en hibernation. Oh.

Sherman : Quoi ?

Denise : Sherman c’est … Oh mon Dieu.

Denise sort une main. Ils la regardent tous les deux, avant de se regarder l’un l’autre.

[ Nouvelle scène : Labo Médico Legal, à l’Institut Jefferson. Bones marche le long d’un couloir en observant une photo de la main. Booth marche derrière elle. ]

Bones : Elle semble venir d’un être humain.

Booth : C’est exact.

Bones (elle entre dans son bureau) : Racontez-moi.

Booth : Elle a été découverte à l’Est de l’Etat de Washington.

Bones : Où ça ?

Booth : Dans l’estomac d’un ours.

Bones : Quoi ? Dans l’estomac d’un ours ?

Booth : D’autres fragments d’os ont été découverts dans l’estomac et l’intestin au cours de l’autopsie.

Bones : Une autopsie sur un animal, cela s’appelle une nécropsie.

Booth : Ouais, on devra vraiment approfondir cette question plus tard mais, si on parlait plutôt des restes humains ?

Bones : En quoi je peux être utile si cet animal a mangé quelqu’un ?

Booth : 26 fragments d’os au total. Le dossier a atterrit sur le bureau de Seattle.  Ile me l’ont confié (il lui tend une disquette). Regardez ça.

Bones : Pourquoi est-ce qu’ils vous l’ont confié ?

Booth : Bones, vous voulez vraiment qu’on se penche sur le fonctionnement interne du FBI ?

Bones (elle sourit) : Ils vous l’ont confié parce que vous travaillez avec moi.

Booth : Non, ils ont pensé que vous pourriez aider à identifier le corps.

Bones s’assoit à son bureau et fait apparaitre l’image de la main sur son écran.

Bones : A partir d’une simple main ?

Booth : Oui, ils ont de grandes espérances.

Bones regarde son écran.

Bones : Je confirme qu’il s’agit d’un humain, le pouce opposable nous l’indique. C’est un homme, taille environ … Oh.

Booth la rejoint derrière le bureau pour observer l’écran à son tour.

Booth : Quoi ?

Bones : Il y a des traces de coupures, des entailles provoquées par un objet tranchant.

Booth : Peut-être quand ils ont ouvert l’ours ?

Bones : Non, ce n’est pas une coupure franche.

Bones agrandit les marques et les pointe du doigt sur son écran.

Bones : Il y a des stries irrégulières.

Booth : Mmh mmh. Vous savez, c’est pas parce que vous le dites avec autant d’assurance que ça signifie quoique ce soit pour moi.

Bones : Ces marques ont été faites par une scie. Cette main était déjà séparée du corps quand l’ours l’a dévorée.

Booth : Quelqu’un a été démembré et donner en pâture à un ours ?

Bones : C’est l’une des possibilités.

Booth (hoche la tête). OK. Mh. Merci Bones.

Bones : Ravie de vous avoir aidé.

Booth : Euh, oui, mais c’est pas terminé.

Bones : Je regarderai les autres photos et les radios pour voir si peux déterminer l’âge et le sexe.

Booth : Faites vos bagages, on va dans l’état de Washington.

Bones : Je ne vais pas dans l’état de Washington.

Booth (il s’assoit) : Encore une fois, c’est pas parce que vous êtes aussi catégorique que ça change quoique ce soit.

Booth sourit et lance un crayon en l’air avant de le rattraper.

[ Nouvelle scène : Dans un couloir de l’Institut Jefferson, Bones marche avec le Dr Goodman. ]

Bones : Pourquoi est-ce que c’est Booth qui décide si nous devons aller dans l’état de Washington ? C’est lui qui a une arme, et l’autorité d’un flic, c’est lui que tout le monde apprécie.

Dr Goodman : Premièrement, ce n’est pas lui qui décide si oui ou non vous allez dans l’état de Washington. Il en fait la demande, et c’est moi qui prend la décision de savoir où vous devez aller.

Bones : Et deuxièmement ?

Dr Goodman : Et deuxièmement, il est temps pour vous de vous laisser un peu vivre Temperance. De rencontrer des gens.

Bones : Est-ce vous me suggérez de profiter de ce voyage pour coucher avec Booth ?

Dr Goodman : Oh mon Dieu, où est le Dr Freud quand on a besoin de lui ?

Bones : Je ne comprend pas ce que vous voulez dire.

Dr Goodman : Oui, et c’est précisément la raison pour laquelle je vous envoie dans le grand Est. Oh , allez, vous allez identifier des restes humains partiellement digérés. Vous devriez avoir le sourire. Les moustiques dans cette région ont la taille d’énormes chiens, vous devriez emporter un puissant répulsif.

GENERIQUE

[ Nouvelle scène : Dans la voiture de Booth, sur une petite route au milieu des montagnes. Bones est avec lui. ]

Booth : Vous savez, être obligé de séjourner dans un hôtel miteux au milieu de nulle part avec un défraiement de 50 dollars par jour, je ne trouve pas ça réjouissant moi non plus.

Bones : Vous avez un forfait de 50 dollars par jour ? Comment vous pouvez vivre avec ça ?

Booth : Comment ça, vous avez combien, vous ?

Bones : Je n’ai pas de forfait, je leur donne mes reçus.

Booth : C’est pas possible vous devez bien avoir une limite. On a toujours une limite, on travaille pour le gouvernement.

Bones : Je n’ai pas de limite.

Booth : Mais ce n’est pas juste. Ce n’est pas juste pour le contribuable. Vous Comme ces toilettes automatiques qui coutent des milliers de dollars.

Bones : Je suppose que j’ai droit a un traitement spécial parce que je suis indispensable.

Booth : Indispensable, bien sûr. Moi j’ai pas besoin de vous.

Bones : Oh, vous pouvez donc déterminer d’où proviennent ces marques, ainsi que l’âge et le sexe de la victime ?

Booth (il rit) : Vous êtes une petite maline, vous.

Bones : Je suis effectivement maline, mais pas petite.

Booth : Puisque c’est comme ça, vous n’avez qu’à m’inviter à dîner. Vous passerez ça en frais professionnels.

Bones : Ce n’est pas très éthique.

Booth : Vous voulez toujours le droit de détenir une arme, n’est-ce pas ?

Bones : On peut commencer par un petit déjeuner.

Booth rit. La caméra change d’angle et on aperçoit les forêts et montagnes en arrière plan.

Booth : C’est plutôt sympa ici, ça fait du bien de sortir un peu de la ville.

Bones : Oui, là où les meurtriers offrent leurs victimes à manger aux ours.

[ Nouvelle scène : Une petite rue de la ville, des boutiques et les habitants qui marchent ici et là. Booth et Bones descendent de voiture. ]

Booth : Waow, une petite ville d’Amérique, ça doit être sympa (il retire ses lunettes de soleil).

Bones : Ce n’est pas une petite ville. Juntilla au Guatemala, 150 habitants, et pas d’eau courante, ça, c’est une petite ville.

Booth : Et c’est pour ça que j’ai dit « petite ville d’Amérique », et pas du Guatemala. J’y suis allé aussi, d’ailleurs.

Bones : Où allez-vous ?

Booth : Rencontrer le Shériff.

Bones : Et comment allez-vous le trouver.

Booth : Un vieux truc de flic : je vais demander aux gens du coin.

Bones : Que faisiez-vous au Guatemala ? De l’éco-tourisme ?

Booth : J’ai tué un homme, une balle en plein cœur, d’une distance de 500 m. (il remet ses lunettes).

[ Nouvelle scène : Dans les locaux du coroner. Le coroner, le vétérinaire et Sherman sont réunis. Bones porte des gants et examine des fragments de l’avant bras. ]

Denise : J’étais presque sûr qu’il s’agissait d’os humains mais je suis vétérinaire, alors j’ai appelé Andrew, enfin Dr Rigby, et il en a tiré la même conclusion.

Bones prend les fragments en photos.

Andrew : Officiellement, je suis le coroner , mais en fait je suis simplement un médecin de campagne. Je n’ai aucune expérience dans la recherche scientifique.

Bones : On a ici à peu près 60% de l’avant bras d’un homme, une vingtaine d’années, bien bâti.

Denise : C’est incroyable.

Bones désigne les marques sur l’os, le vétérinaire et le coroner s’approchent pour les observer.

Bones : Vous voyez ces marques, ici ? sous la tubérosité radiale ? Avez-vous procédé à des amputations, dernièrement ?

Andrew : Eh bien, quelques orteils gelés l’hiver dernier, et un pouce suite à une morsure de chien. Pourquoi ?

Bones : Ce sont des marques de scie.

Sherman : C’est pas très bon, quelqu’un a été scié et dévoré par un ours.

Bones : Je vais envoyer tout ça à mon labo. Mon équipe aura tout le matériel nécessaire pour déterminer quand l’ours a ingéré le bras.

Denise : Vous devez avoir un sacré équipement là-bas ? Rien de tel ici.

Bones : Quel est le moyen le plus rapide de faire envoyer tout ça ?

Denise, le coroner et Sherman : Charlie.

[ Nouvelle scène : Au bureau du transport express. Charlie est derrière le comptoir et Bones entre, elle porte un carton qu’elle souhaite expédier à l’Institut. ]

Charlie : Vous voulez un coup de main ?

Bones : Non, mais je cherche à me débarrasser de celle-ci. Ce sont des restes humains.

Charlie : Oh.

Bones (elle remplit un formulaire sur le comptoir) : Je dois les expédier à Washington, à l’Institut Jefferson.

Charlie : Oh, il y a aussi la trompette de Dizzy Gillespie là-bas.

Bones : Oui, je sais.

Charlie : Les gants de boxe de Mohammed Ali, le chapeau haut-de-forme que portait Lincoln quand il s’est fait assassiner.

Bones : Oui je sais, je travaille là-bas.

Charlie : Vous vous êtes déjà assise dans le fauteuil de Archie Bunker ?

Bones : Je ne travaille dans cette partie du musée. Je suis anthropologue judiciaire.

Charlie : Je m’appelle Charlie.

Bones : Oui, je sais.

Charlie : Waow, et vous pouvez le dire à partir de la structure de mon crâne ?

Bones : Non, c’est écrit juste ici. Où puis-je trouver le Sheriff ?

Charlie : Juste derrière, à droite après la grange (il prend le formulaire que Bones vient de remplir). Hey, Temperance Brennan, je suis en train de lire votre livre. Dites-moi comment procéder si je veux tuer quelqu’un et me débarrasser du corps ?

Bones (elle rit) : N’oubliez pas que le méchant se fait toujours coincer par l’héroïne, à la fin.

Bones sort de la boutique.

Charlie : Je veux bien me faire coincer.

Charlie prend le carton laissé par Bones et le renifle.

[ Nouvelle scène : Au labo de l’Institut Jefferson. Zach et Angela regarde les photos de l’os qui a coupé sur une écran d’ordinateur. ]

Zach : Les entailles laissent penser qu’elles ont été faites par une scie manuelle. Les traces …. ici (il pointe sur l’écran), devrait me permettre de déterminer le nombre de dents par centimètre mais pour moi, c’est juste cassé.

Angela : Je pourrais en tirer une image en trois dimensions, ça pourrait t’aider ?

Zach : Le Dr Brennan y arriverait sans cela.

Angela : Pas quand elle était encore étudiante, Zach. Transmets-moi tout ce que t’a donné Brennan sur mon poste. Et arrête de te mettre la pression comme ça.

[ Nouvelle scène : Booth et le Sheriff marchent dans une rue. ]

Booth : Quelqu’un lui a coupé le bras à ce garçon, Sheriff.

Sheriff : Ca ne peut pas être quelqu’un d’ici. Quelqu’un a qui il manque un bras, ça ne passe pas inaperçu.

Booth : Combien y a-t-il d’habitants dans cette ville ?

Sheriff : 126 personnes en ville, environ 200 dans les terres et peut-être 1200 dans les réserves indiennes.

Booth : Des touristes ?

Sheriff : Des campeurs, des randonneurs, c’est un endroit magnifique ici et ils ne voient pas toujours le danger. On perd à peu près 2 personnes tous les ans. Le cycle de la vie, n’est-ce pas ?

Booth : Vous avez perdu quelqu’un récemment ?

Sheriff : Une jeune femme de 29 ans, Anne Noyes de Olympia. Elle a disparu il y a environ  2 semaines. D’après ses parents, c’était une randonneuse expérimentée. Pff .

Booth retire ses lunettes et regarde une affiche sur la vitrine d’une boutique, avec une photo de la disparue. Lui et le Sheriff entre dans son bureau. ]

Booth : Est-ce qu’il y a parfois des incidents dans cette ville ? 

 Sheriff : Des idioties de jeunes ivres, violences familiales, bagarres dans les bars. Les seuls criminels ici sont les braconniers, ils tuent des ours noirs et vont cendre les vésicules biliaires au marché noir. Le garde forestier s’occupe d’eux.

Bones et une jeune femme blonde entrent dans le bureau du Sheriff, elle frappe à l’encadrement de la porte pour attirer leur attention.

Sheriff (à Bones) : Est-ce que je peux vous aider ?

Bones : Oui. (à la jeune femme blonde) Merci. (au Sheriff) Je suis avec lui (elle désigne Booth).

 Sheriff (tout bas, à Booth) : J’ai soudainement très envie d’être agent du FBI.

Booth (il rit) : Sheriff Chris Scutter, Dr Temperance Brennan.

Bones et le Sheriff se serrent la main.

Sheriff : Ma première anthropologue judiciaire (lui indique de poser son sac) Je vous en prie.

Bones pose son sac à terre devant son bureau.

Bones : Nous devons retrouver le reste du corps (elle s’assoit).

Sheriff : Sherman, notre garde forestier, a retracé le parcours de l’ours sur sa dernière semaine, et il n’a rien trouvé.

Le Sheriff s’assoit à son bureau.

Booth : Et c’est qui au juste, un scout indien ?

Sheriff : Sherman est effectivement indien mais l’ours portait une balise GPS, il n’a pas eu besoin d’utiliser ses pouvoirs ancestraux.

Bones : A-t-il vérifié les crottes ?

Booth : Quoi ? Vous pensez qu’il peut encore y avoir des parties du corps dans les excréments ?

Sheriff : On pourrait peut-être aller faire un tour demain avec Sherman pour jeter un œil.

Booth : Tiens donc, maintenant que vous avez rencontré Bones vous semblez être plus coopératif.

Sheriff : Bones ? Ce n’est une façon de parler à une dame.

Bones : Merci.

Bones reprend son sac et se lève. Le Sheriff se lève également.

Sheriff (à Bones) : Vous avez des projets pour le dîner ?

Booth place sa main dans le dos de Bones et la guide vers la sortie.

Booth : Nous avons du travail (il donne un dossier au Sheriff). Merci de vous occuper de ça.

[ Nouvelle scène : La salle de pause au labo. Zach se sert un café, il regarde une photo qu’il a à la main. Hodgins est assis sur un canapé et regarde lui aussi deux photos. ]

Hodgins : Qui peut avoir l’idée de couper un corps en plusieurs morceaux ?

Zach s’assoit à côté de lui sur le canapé.

Zach : Peut-être pour ça prenne moins de place, et le faire entrer dans une valise par exemple.

 Hodgins : Et comment fait un ours pour ouvrir une valise ?

Zach : J’ai vu un documentaire un jour, on y voyait un ours s’installer au volant d’une voiture et conduire.

Hodgins : Ce n’était pas un documentaire mais un dessin animé.

Une coursière arrive, elle porte le carton que Bones a expédié et un scanner digital.

La coursière : Bonjour. Je cherche Mr Zach Addy. J’ai un colis contenant des restes humains.

Zach et Hodgins sont visiblement sous le charme de la jeune femme. Hodgins se précipite pour poser sa tasse et aller à sa rencontre.

Hodgins : Oui, je vais signer.

Elle lui tend le scanner digital pour lui permettre de signer.

Hodgins : Où est Jimmy ?

La coursière : Qui sait, peut-être à Tahiti, ou aux îles Fidji. Il a gagné au loto.

Hodgins : Serait-ce abuser de dire que c’est plutôt nous qui avons gagné.

La coursière sourit et étouffe un  petit rire.

Hodgins : C’est abusé oui, je n’ai rien dit. Ce que je veux dire c’est que, comparé à Jimmy, vous voyez ...

La coursière : La troisième narine.

Hodgins : Ca faisait un bruit de sifflet quand il se mouchait.

Ils rient tous les deux. Hodgins lui rend le scanner.

Hodgins : Malheureusement, il est trop tôt pour vous inviter prendre un café.

La coursière : Vraiment ?

Hodgins : Oui. Le café, c’est pas avant la troisième livraison.

La coursière : Et qu’est-ce qui se passe à la première livraison ?

Hodgins : On prend contact, on flirte un peu.

Elle lui tend le colis.

La coursière : Alors on se revoit dans deux livraisons.

 Hodgins : Parfait. Salut.

La coursière s’en va et Zach rejoint Hodgins.

Zach : Tu m’as piqué ma livraison.

Hodgins : Tu as paniqué, vieux. C’est là que le colis entre en jeu, mais je ne t’ai rien piqué.

Il lui rend le colis et s’en va.

[ Nouvelle scène : Dans une forêt en montagne. Sherman, Bones et Booth marchent dans la forêt. ]

Sherman : Je recherche cette jeune randonneuse depuis que sa disparition a été déclarée mais parfois, on n’a pas la moindre piste. Elle a pu tomber dans un ravin. Comment trouvez-vous l’hôtel Evergreen ?

Bones : Très agréable. J’ai une vue imprenable sur les montagnes depuis ma terrasse.

Booth : Vous avez une terrasse ?

Bones : Oui.

Booth : Je n’ai même pas ma propre salle de bain.

Sherman (pointe le sol) : C’est ici que l’ours a été abattu.

Booth : Quelle distance a-t-il parcouru avant de mourir ?

Sherman : Environ 100 m.

Booth avance devant eux.

Bones (à Booth) : Comment savez-vous qu’il a pris cette direction ?

Booth : C’est pas difficile de suivre un ours blessé.

Sherman : Avez-vous déjà entendu parler de ces gens qui collectionnent les os des disparus, afin de les purifier et les guider vers l’au-delà ?

Bones : Je ne suis même pas sûre de croire en l’au-delà.

Sherman : Peu importe ce en quoi vous croyez. Vous collectionnez les os. C’est une bonne chose, d’aider les esprits à faire leur chemin.

Bones : Merci. C’est probablement la meilleure description que j’ai jamais entendue de mon travail.

Sherman et Bones rejoignent Booth qui s’est arrêté à côté d’un tas d’excréments d’ours.

Booth : Par ici.

Sherman : Vous avez trouvé quelque chose ?

Booth : Des excréments d’ours. Je pense qu’il s’est soulagé ici et qu’il a continué son chemin par là-bas.

Bones s’agenouille et prend des gans dans son sac.

Bones (à Booth) : OK, vous devriez regarder s’il y a en a d’autres plus anciens.

Booth et Sherman se lancent à la recherche d’autres échantillons. Bones se saisit des excréments et les met dans une boite.

Sherman : Elle est pas du genre a être impressionnée, hein ?

Booth : Je vais émettre une simple hypothèse Sherman, mais vous ne voyez pas souvent de jeune et jolie femme célibataire dans le coin, n’est-ce pas ?

[ Nouvelle scène : Au bureau du transport express. Bones entre et porte à nouveau un colis qu’elle souhaite faire parvenir à l’Institut Jefferson. Charlie est derrière le comptoir et lit le livre de Bones. Il lève les yeux et l’aperçoit. ]

Charlie (il pose le livre sur le comptoir) : Je viens de terminer le chapitre sept.

Bones (pose le colis sur le comptoir et attrape un formulaire) : Ce colis doit être envoyé …

Charlie : Est-ce que vous faites tout ce que fait l’héroïne de votre livre ?

Bones : Je ne suis pas très à l’aise de parler de cela avec vous.

Charlie : Oh non, je ne parle pas du sexe. Je parle des courses poursuites, et des tirs. Je veux dire, si vous faites aussi tout le reste, c’est pas mal aussi, tant mieux pour celui avec qui vous le faites.

Bones (elle lui tend le formulaire) : Je voudrais envoyer ce colis à mon labo.

Charlie (attrape le colis) : Mh, encore des os ?

Bones : Non, des excréments d’ours.

Charlie : Bien, je m’en occupe.

Le téléphone de Bones sonne, elle répond.

Bones : Brennan.

Zach est à l’autre bout du fil, il est au labo et observe des os à l’écran.

Zach : La personne à qui appartenait ce bras est morte il y a environ une semaine, et l’ours l’a mangé entre 1 et 3 jours après cela.

Bones : Tu as quelque chose sur la scie ?

Zach : Angela entre les données dans l’Angelator. J’ai trouvé autre chose que je n’arrive pas à déterminer. Est-ce que je peux vous l’envoyer ?

Bones : Oui. Une minute.

Elle met le haut parleur. Elle sort son ordinateur portable de son sac et le pose sur le comptoir.

Bones : Ca vous ennuie si je l’installe ici ?

Charlie : Non, allez-y.

Bones (au téléphone) : Attends une minute, je me connecte au satellite.

Elle branche son ordinateur.

Zach : Très bien.

Bones : C’est bon, je suis connectée.

Zach : J’ai fait un agrandissement Dr Brennan, des …

Charlie : Qui est-ce ?

Bones : Mon assistant, Zach.

Charlie fait le tour du comptoir pour se mettre à côté de Bones. Il se penche vers le portable pour parler.

Charlie : Salut Zach.

Zach : Qui est-ce ?

Bones : Le responsable du bureau du transport express, Charlie. (elle regarde son ordinateur) C’est bon, tu peux m’envoyer les photos.

Charlie : Hey Zach, votre patronne a un petit copain ?

Zach : Pas toujours. Vous êtes vraiment séduisant ?

Charlie : Je le suis Zach.

Bones : Zach, ce sont  des traces de morsure.

Zach : Causées par l’ours ?

Bones : Non les ours ont des pré-molaires de petite taille comme des cochons . Ces traces là sont bicuspides .

Zach : Bicuspides ?

Charlie : Hey Zach, vous êtes vraiment intelligent ?

Zach : Oui, je le suis.

Bones : Non, les cochons ont six incisives. Ces morsures ont été faites par quatre incisives comme la dentition d’un champa,zé sauf que là, les dents forment une voûte régulière.

Charlie : Et alors, qui possède une voûte régulière ?

Zach : Les êtres humains.

Bones : Nous n’avons pas seulement à faire à un meurtrier, mais aussi à un cannibale.

[ Nouvelle scène : Dans la voiture du Sheriff. La voiture est arrêtée, Bones et le Sheriff sont à l’intérieur. Le Sheriff mange un sandwich. Booth est près de la fenêtre conducteur, qui est ouverte. ]

Bones : Zach va demander à l’odontologiste de l’Institut de jeter un œil mais je suis sûre de ne pas me tromper.

Sheriff : Un cannibale. Vous voulez dire, comme Hannibal Lecter ?

Bones : Je ne sais pas ce que ça veut dire.

Booth : Vous êtes sûre qu’un être humain à mordu dans cet os ?

Bones : Mordu, rongé, enlevé la chair.

Sheriff : Ca c’est … c’est vraiment pas bon.

Le Sheriff regarde son sandwich et semble soudainement dégouté.

Booth : Vous êtes sûre Bones ? Vous avez déjà vu quelque chose de similaire auparavant ?

 Bones : Bien sûr que j’ai déjà vu ça auparavant. J’ai travaillé au sein d’une tribu Amazonienne, les Warri. Le cannibalisme fait partie intégrante de leur histoire. J’ai aussi vu des preuves de cannibalisme sur des os datant du 12 ° siècle sur un territoire d’Indiens d’Amérique. Ce n’est pas si extraordinaire.

Sheriff : Vous avez déjà … (il montre sa bouche de son doigt)

Bones : Personne ne m’a jamais proposé de manger de la chair humaine.

Booth : Et si quelqu’un l’avait fait ?

Bones : C’est une question intéressante. Il faudrait que confronte mes convictions culturelles et l’expérience scientifique.

Booth : Oh non, quelle horreur.

Bones : Vous savez, on est peut-être en train de chercher quelqu’un qui a besoin de secours. Peut-être que le jeune homme est mort et que la jeune femme disparue, affamée et désespérée, a succombé à son besoin vital de nourriture. Elle a peut-être …

Sheriff : Elle l’a peut-être scié et passé au barbecue.

Bones : Rien ne prouve que la chair ait été cuite.

 Sheriff : Ce n’est visiblement pas le genre de fille a dévorer de la chair crue.

Bones : Vous seriez surpris de ce que l’instinct de survie peut provoquer.

Booth : Si ce n’est pas elle, on a à faire un psychopathe cannibale et meurtrier.

Sheriff : Quelle horreur.

Bones : Quelqu’un qui dévore de la chair crue risque fort de tomber malade.

[ Nouvelle scène : Au labo. Angela et Zach passent en revue quelques tests au-dessus d’une table éclairée. Des photos de différents os sont affichées à l’écran d’un ordinateur derrière eux. Hodgins fait les cent pas près de la table. ]

Angela (elle prend une photo) : Des traces de dents ?

Zach (il désigne les marques sur la photo) : Oui, et ces marques ici indiquent l’endroit d’où la chair à été enlevée de l’os.

Angela : Oh, on dirait un film d’horreur.

Hodgins : Où sont mes excréments d’ours ?

Zach : Es-tu impatient de voir les excréments ou plutôt la coursière ?

Hodgins : D’après toi ?

Angela : Quelqu’un a rongé cet os comme s’il s’agissait d’un épi de maïs ?

Hodgins : D’après les membres de cette équipe de foot péruvienne sui se sont crashés dans les Andes, la chair humaine a le goût de cuisses de grenouille.

Hodgins s’approche de la table et reprend la photo que vient de poser Angela.

Angela : Comme s’il me fallait une raison supplémentaire de ne pas manger de grenouille.

Zach : Je vais essayé de faire un moulage de ses marques. Nous n’auront pas une empreinte dentaire complète, mais ce sera toujours un début.

Un laborantin entre.

Le laborantin : Zach, On te demande là-haut.

Zach retire ses gants et sort de la pièce pour se rendre en-haut.

Hodgins : Si nous avions été membres d’une équipe de foot péruvienne et qu’on s’était crashé dans les Andes, qui aurais-tu préféré manger, moi ou Zach ?

Angela secoue la tête.

Hodgins : Quoi ?

[ Nouvelle scène : Toujours au labo, à l’étage supérieur. La même coursière que la première fois attend Zach avec le colis contenant les excréments d’ours. Elle lui tourne le dos, Zach s’approche d’elle. ]

Zach tousse.

La coursière : J’ai un colis pour Zach Addy.

Zach : C’est moi.

La coursière : Je croyais que c’était l’autre garçon ?

Zach : Non, lui c’est Hodgins. Il est venu à ma place parce que vous êtes très jolie.

La coursière lui sourit et lui tend le scanner pour qu’il signe.

La coursière : Merci, c’est très gentil.

Zach : Ce n’est pas gentil, c’est un fait.

La coursière (lui tend le colis) : Quel âge as-tu ?

Zach : J’ai 24 ans.

La coursière : 24 ans ? (elle lui prend le menton) Je pourrais te manger tout cru.

[ Nouvelle scène : Devant le bureau du Docteur / coroner. Bones et lui marchent dans la rue et discutent. ]

Bones : Avez-vous récemment diagnostiqué une maladie à prions chez un patient ?

Dr Rigby : Une maladie à prions ? Non. Un Alzheimer ? Oui. Ainsi que des dommages cérébraux causés par l’alcool et les bagarres à répétition.

Bones : Hallucinations, comportement fantasque, excès de violence ?

Dr Rigby : Le temps d’incubation d’une maladie à prions peut-être de plusieurs années.  Vous pensez que le cannibale pourrait commencer à avoir quelques symptômes ?

Bones : Dr Rigby, je n’ai jamais parlé de cannibale.

Dr Rigby : Ca a déjà fait le tour de la ville.

Bones : Ah, Charlie, le type du transport express. Pensez-vous que nous avions une chance de garder cela sous silence ?

Dr Rigby : Absolument aucune.

Ils rient tous deux à cette remarque.

[ Nouvelle scène : Au labo. Hodgins manipule une pomme de douche à haute pression et passe l’excrément à travers un filtre. ]

Hodgins : Tu savais que j’attendais de pouvoir la revoir.

Zach : Tu disais que tu attendais ton excrément. Je t’ai demandé « Es-tu impatient de voir les excréments ou plutôt la coursière ? » et tu m’as dit « D’après toi ? »

Hodgins : Et tu pensais vraiment j’étais tout excité par les excréments ?

Zach : Il fallait être plus clair.

Hodgins se contente de secouer la tête et se reconcentre sur son travail. Il aperçoit un fragment d’os sur le filtre et l’attrape avec une grande pince.

Zach : Qu’est-ce que c’est ?

Hodgins : Un fragment d’os non digéré.

Zach se saisit des pinces et observe l’os de plus près.

Zach : Métacarpien. Je crois qu’il va avec ma main.

Hodgins voit d’autres fragments et les attrape eux aussi.

Hodgins : Des morceaux de métal, des fibres d’élastine, et de la sporocarpe … Il y a quelque chose ici (il approche ce fragment d’une loupe éclairée) Des follicules pileux. Des glandes sébacées. C’est une couche de derme.

Zach : Des traces de pigmentation qui paraissent profondes.

Hodgins : Un bout de peau avec un tatouage. Hum. Il nous faut une experte en tatouage.

[ Nouvelle scène : Angela devant son ordinateur. Elle a le bout de peau qui a été scanné et l’observe à l’écran. Hodgins et Zach sont avec elle. ]

Angela : C’est assez simple. Deux couleurs, rouge et noir, on dirait un tatouage indien.

Hodgins (à Zach) : Elle me préfère moi.

Zach : Elle a dit que j’étais gentil.

Hodgins : Je l’ai faite rire avec la troisième narine de Jimmy.

Pendant que Zach et Hodgins discutent, Angela démultiplie le tatouage pour en faire un ensemble.

Angela (elle rit) : Génial, tu l’as faite rire avec une troisième narine.

Hodgins : On a déjà prévu de prendre un café.

Zach : Elle a dit qu’elle me mangerait bien tout cru.

Angela : Zach a une longueur d’avance. 

Angela termine ce qu’elle faisait. Le dessin d’un tatouage apparait à l’écran.

Angela : Et voilà.

[ Nouvelle scène : Dans le bureau du Sheriff. Bones est assise devant son ordinateur et discute avec Angela par webcam. Le Sheriff et Booth sont avec elle. ]

Angela : Il y avait un soleil dessiné sur le morceau de peau retrouvé dans l’excrément d’ours.

Sheriff : C’est quoi un Haiku ?

Booth : C’est un tatouage.

Angela : Salut Booth (au Sheriff) Bonjour, je suis Angela Montenegro.

Sheriff (il se penche vers l’écran) Bonjour Angela, comment allez-vous ?

Bones : Angela, le tatouage s’il te plait.

Angela : C’est le dessin d’un soleil Hida.

Booth : Bien joué, je suis très impressionné. (au Sheriff) Un homme âgé de 18 à 25 ans avec un soleil Hida tatoué sur le bras ?

Angela : Hey Booth, moi aussi j’adore les tatouages. Vous en avez ?

Bones : Angela !

Angela : Désolée ma chérie mais qu’est-ce qui se passe dans cette ville ? Du nouveau avec le type de la Poste ?

Bones : Angela, on essaie de travailler.

Angela : Est-ce que cette ville te fait de l’effet ma chérie parce que je prendrai ça comme un signe du destin pour te lâcher un peu. Tu sais ce qu’on  dit, ce qui se passe à Aurora, reste à Aurora.

Bones coupe la connexion avec Angela et ferme son ordinateur.

Angela : Hey !

Le Sheriff (à Booth et Bones) : Je lance une recherche avec cette nouvelle information sur le tatouage. Elle a l’air très gentille, votre collègue.

Bones : Elle est à des milliers de kilomètres d’ici.

Booth : Autant aller chercher une fiancée en Russie.

Le Sheriff rit. La photo d’un jeune homme apparait à l’écran de l’ordinateur du Sheriff.

Le Sheriff : Adam Langer, 22 ans, disparu depuis 10 jours de l’université de Richland. Attendez, je le connais ce garçon. Il venait souvent rendre visite à Sherman, il voulait devenir Ranger.

[ Nouvelle scène : Devant la maison de Sherman. Le Sheriff, Booth et Bones s’approchent de la porte d’entrée. ]

Le Sheriff : Je connais Sherman depuis des années. Je ne peux pas croire qu’il ait quoique ce soit à voir avec cette histoire.

Il frappe à la porte et Sherman leur ouvre.

Le Sheriff : Salut Sherman, on peut entrer une minute (il retire son chapeau).

Sherman : Vous êtes ici pour cette histoire de cannibale ?

Le Sheriff : C’est une enquête officielle, on ne peut pas en parler. Tu nous offre un thé ?

Sherman : Bien sûr.

Sherman ferme la porte derrière eux et le Sheriff s’assoit. Sherman se rend dans la pièce d’à côté.

Le Sheriff : Et voilà.

Booth (tout bas, au Sheriff) : Pourquoi avez-vous fait ça ?

Sheriff : Pour vous permettre de jeter un œil, en savoir un peu plus sur lui.

Bones s’approche d’une sculpture posée sur la cheminée.

Bones : L’esprit du corbeau. Dans certaines croyances indiennes, le cannibalisme tient une place …

Ils entendent un bruit qui vient de la pièce où se trouve Sherman. Booth se précipite pour voir ce qui se passe.

Booth : Il est partit par la porte de derrière (au Sheriff) Donnez-moi votre lampe torche.

Le Sheriff la lui donne et Booth se rue à la poursuite de Sherman.

Le Sheriff : Vous ne retrouverez jamais Sherman Rivers dans la forêt.

Booth : Fouillez la maison.

Sherman court et Booth le poursuit à travers La forêt.

Booth : Sherman ! Arrêtez-vous !

Sherman court dans de l’eau. A l’intérieur de la maison, Bones inspecte la poubelle de la cuisine. Le Sheriff regarde autour de lui et voit des couteaux accrochés au mur.

Le Sheriff : Je ne sais pas si un mur rempli de couteaux c’est une preuve, mais en tout cas ça fiche la trouille.

Booth a presque rejoint Sherman et le pointe avec son  arme.

Booth : Hey ! Hey  Arrêtez-vous !

Sherman continue de courir, Bones et le Sheriff de leur côté inspectent les placards.

Bones : Est-ce qu’il y a aune scie ?

Le Sheriff (il vient d’en trouver une) : Oui.

Bones : Il nous faudra un mandat pour la prendre. On pourra déterminer si c’est cette scie qui a causé les marques sur les os de Adam Langer. (elle prend un trognon de pomme dans la poubelle avec des gants) Et avec ceci on verra si la dentition correspond aux marques de dents sur les os.

Booth court toujours après Sherman à travers la forêt. Il s’arrête, sa lampe torche ne fonctionne plus.

Booth : Non mais c’est une blague.

Bones attrape une cannette dans la cuisine et brise un cadenas qui ferme sur le congélateur.

Le Sheriff : En tant que représentant de l’autorité, je vous autorise à briser ce cadenas.

Bones : Merci.

Bones ouvre le congélateur, ils voient beaucoup de morceaux de viande congelée.

Le Sheriff : C’est quoi comme viande ça, d’après vous ?

[ Nouvelle scène : Booth et Bones dans le SUV de Booth. Booth conduit et Bones est au téléphone avec Angela. ]

Bones : Je vous envoie un colis de viande congelée. Je dois savoir ce que c’est exactement dès que possible.

Angela : Oh, tu crois que c’est de la chair humaine ?

Bones : C’est possible, ça a une drôle de couleur.

Angela : Alors, vous avez attrapé le type ?

Bones : Non (elle regarde Booth tout en parlant) Booth l’a perdu dans la forêt.

Booth : Eh, oh, attendez une minute, je ne l’ai pas perdu.

Bones : En tout cas vous ne l’avez pas rattrapé.

Angela : Donc, vous êtes libres jusqu’à demain matin ?

Bones : Oui, je ne peux pas avancer avant d’en savoir plus sur cette viande congelée et Booth doit attendre le lever du jour pour repartir à la recherche du type.

Booth : Je ne l’ai pas perdu. Dites-lui que c’est ma lampe torche qui est tombée en panne.

Bones : Elle s’en fiche.

Angela : Quoi ?

Booth : Donnez-moi le téléphone.

Bones : C’est très dangereux de téléphoner au volant.

Angela : Vous vous disputez ?

Booth : Fierté professionnelle, dites-le lui.

Bones : Booth tient à ce que tu saches qu’il a perdu le type uniquement parce que sa lampe torche est tombée en panne.

Booth : Et parce que c’est un ranger indien qui connait parfaitement cet environnement. Dites-le lui.

Bones : Est-ce que tu as entendu ?

Angela : Oui, quelque chose à propos du ranger indien.

Bones : Oui, elle dit qu’elle a compris (à Angela). Donnez-moi vos conclusions sur cette viande dès que possible.

Angela : OK, je transmets le message à Zach.

Booth attrape son téléphone.

Booth : Donnez-moi ce téléphone (il le lui prend des mains) Qui plus est ce n’était même pas ma lampe torche, mais celle du Sheriff d’accord, elle n’avait plus de batterie (Bones récupère son téléphone) Compris ?

Bones (au téléphone) : Bonne nuit Angela.

Angela : Tu sais quoi, tu devrais lui offrir un verre à cet homme et en profiter pour t’amuser un peu.

Bones (à Booth) : Boire et s’amuser, où est-ce qu’on fait ça ?

[ Nouvelle scène : Dans un bar de la ville. Les habitants écoutent de la musique country. Certains dansent, d’autres jouent au billard ou aux fléchettes. Bones danse avec Charlie, le guichetier du transport express, sur la piste. ]

Charlie : J’ai été surpris de vous voir ici. Dans votre livre on a l’impression que vous ne lâchez jamais votre enquête.

Bones : Et bien ce n’est qu’un livre, dans la vraie vie je dois parfois attendre les résultats du labo.

Charlie : Tant mieux pour moi.

Bones (elle rit) : Je ne sais pas. Je ne pense pas être très bonne danseuse. Apparemment, c’est moi qui mène.

Charlie : Eh bien, je vais me laisser conduire.

Booth s’approche du bar et s’assoit près du Sheriff.

Sheriff : Salut Booth (ils se serrent la main). Vous prenez une bière ?

Barman (il crie) : Il vous faut quelque chose, Sheriff ?

Sheriff : Une autre bière.

[ Nouvelle scène : Sur la piste de danse. ]

Charlie : Vous savez, j’avais l’habitude de partir en randonnée avec Adam parfois. J’ai été sous le choc d’apprendre que c’était son bras.

Bones : Vous connaissiez Adam Langer ?

Charlie : Je lui ai appris à grimper. Il était vraiment doué. Je ne lui arrivais pas à la cheville.

Bones (tâte son bras) : Vous avez un parfait développement de vos biceps et triceps.

Charlie : Merci, je dois dire que … les muscles de vos hanches sont pas mal non plus.

Bones : Abdominaux et transversaux. Merci.

Charlie : Alors cette viande qu’on a expédiée à votre labo, ce n’était pas encore des morceaux d’Adam n’est-ce pas ?

Bones : Je ne peux pas parler …

Dr Rigby : Excusez-moi ?

Dr Rigby rit et entre dans une danse avec Bones. Il la fait tournoyer.

Bones : Dr Rigby.

Dr Rigby : J’ai senti qu’il fallait vous venir en aide. Je ne pense pas que vous et Charlie puissiez avoir beaucoup de sujets de conversation.

Bones : On s’en sortait plutôt bien.

Dr Rigby : Ecoutez, euh … Je pense que les choses se présentent assez mal pour Sherman, n’est-ce pas ?

Bones : Je ne peux pas parler de l’enquête avec vous, Dr Rigby.

Dr Rigby : Sherman est un indien Flathead. Les croyances de sa tribu n’ont jamais eu le moindre rapport avec le cannibalisme.

Bones : Eh bien, l’anthropologie nous enseigne que les croyances et coutumes évoluent. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle on observe encore des actes de cannibalisme de nos jours.

Dr Rigby : Attendez, vous êtes en train de me dire que vous comprenez qu’un homme puisse dévorer un autre être humain ?

Booth regarde Bones et le Dr Rigby danser.

Bones : Je peux comprendre le raisonnement.

Dr Rigby : Oh, je ne devrais pas être en train de discuter boulot avec une femme aussi jolie que vous dans mes bras.

Le Dr Rigby la fait à nouveau tournoyer et le Sheriff en profite pour la prendre à son tour dans ses bras et la faire danser.

Sheriff : Eh, c’est au tour du Sheriff. Vous pensez vraiment que vous allez pouvoir comparer les marques de dents sur un trognon de pomme à celles retrouvées sur l’os ?

Bones : Je ne suis pas très à l’aise de discuter de cela sur une piste de danse.

Sheriff : Je suis le Sheriff (il désigne son insigne sur sa chemise). Nous sommes collègues.

Le Sheriff la fait tourner et cette fois c’est Booth qui en profite pour la prendre dans ses bras à son tour.

Booth : Ca ne vous ennuie pas ? J’ai pensé que vous aviez peut-être besoin d’un break.

Bones : Qu’est-il arrivé à votre chemise ?

Booth : On est dans un bar, je m’adapte.

Bones : Ils sont tous en train de me pomper.

Booth : Pardon ?

Bones : Ils me posent des questions sur l’enquête.

Booth : Bones, ils font semblant de s’intéresser à l’enquête.

 Bones : Pourquoi ?

Booth : Ils vous draguent.

Bones (elle rit) : Vous êtes sûr ?

Booth : Oui, j’en suis sûr. Vous êtes la plus jolie femme que cette ville ait vu depuis très longtemps (il la bascule en arrière). Regardez la concurrence.

Bones voit une jeune femme aux cheveux blonds coupés courts en train de boire au bar.

Booth : Voilà quelqu’un qui serait prête à vous dévorer le cœur.

[ Nouvelle scène : Au labo. Hodgins observe quelque chose au microscope dont l’image est retransmise sur l’écran placé à ses côtés. Angela le regarde. ]

Angela : Oh, c’est très joli.

Hodgins : Charmant, c’est un sporocarpe de type tiber gibbosum , après avoir passé une semaine dans un excrément d’ours.

Angela : Je te remercie de m’avoir gâché tout mon plaisir.

Hodgins : C’est un champignon, une truffe blanche de l’Oregon. C’est une variété particulière qui ne pousse qu’à proximité des pins Douglas.

Angela s’assoit près de lui.

Angela : Et est-ce que ces arbres sont particulièrement rares dans les forêts ?

Hodgins : Non.

Angela : Donc tu n’as rien trouvé qui puisse vraiment faire avancer l’enquête, n’est-ce pas ?

Hodgins (hoche la tête) : Non.

Angela : Tu veux manger quelque chose ?

Hodgins : Non.

Angela : Je vois, tu attends une livraison ce soir.

Hodgins : Zach attend une livraison.

Angela : Et tu vas le prendre de vitesse.

Hodgins : Et comment (il sourit, avant de se mettre à rire).

[ Nouvelle scène : Dans la forêt. Le Sheriff, Booth et Bones avancent le long d’un petit chemin. ]

Booth : Vous n’êtes pas descendue pour le petit déjeuner, Bones.

Bones : Je n’avais pas très faim. Désolé que vous ayez dû régler votre repas.

Booth : J’ai fait appeler votre chambre mais ça ne répondait pas.

Bones : Pourquoi est-ce que vous vous intéressez soudainement à mes habitudes matinales, Booth ?

Booth : Ecoutez, je pensais juste qu’on allait manger ensemble, donc je vous ai attendue et mes œufs ont refroidis, c’est tout. Mes œufs ont refroidis.

Ils escaladent quelques pierres qui barrent le chemin. Booth marchent devant eux, il s’arrête, s’accroupit et semble chercher quelque chose dans la poussière.

Booth : C’est ici que ma lampe torche s’est éteinte.

Le sheriff : Vous voulez dire ma lampe torche, et comment pouvez-vous en être sûr ?

Booth (il lui montre un bouton) : Parce que c’est ici que je me suis arrêté.

Le sheriff : Un bouton de chemise ?

Booth : Et il partait dans cette direction que je l’ai perdu (il pointe vers l’endroit où il l’a entendu).

Bones : Laisser un bouton de chemise sur son chemin, ça doit être un truc de baroudeur, ça ?

Le sheriff : C’est peut-être un truc de baroudeur mais il a pas de lampe sur lui.

[ Nouvelle scène : Au labo. Hodgins est assoupi sur une table. Zach s’approche de lui et pose violemment le colis à coté de lui, ce qui le réveille. ]

Zach : Tu es resté ici toute la nuit ?

Hodgins : Oui, j’ai raté Toni ?

Zach : Oui, mais elle t’a demandé.

Hodgins : Oh je vois, tu m’as pris de vitesse, n’est-ce pas ?

Zach (il s’éloigne pour aller vers un écran d’ordinateur) : Non, je lui ai dit la vérité. Que tu étais en train d’analyser des excréments.

Hodgins (se met face à lui) : Tu veux la guerre ? Très bien, parce que c’est moi le guerrier.

Angela les rejoint, elle tient des papiers dans ses mains.

Angela : Zach : L’Angelator a fini de déterminer les dimensions de ta scie (elle lui tend les papiers). Tout ce qui te reste à faire, c’est trouver celle qui correspond (à Hodgins) Tu es resté là toute la nuit ?

Hodgins (dépité) : Ouais, j’ai disséqué la crotte.

Angela : C’est un truc comme, peigner la girafe ?

Hodgins : J’ai trouvé de la sciure.

Angela : C’est assez banal.

Hodgins : Produite uniquement par des insectes ravageurs, ça veut dire que l’arbre où le champignon a poussé devait en être infesté.

Zach : C’est pas ça qui va impressionner Toni.

Hodgins : Ce n’est pas le but. Je cherche à découvrir la vérité un capturer un tueur cannibale.

Angela : Ca, ça va impressionner votre coursière sexy.

Hodgins : Je suis de nouveau dans la course.

[ Nouvelle scène : Booth, Bones et le Sheriff, ils marchent toujours à travers les bois.]

Le sheriff : Vous n’avez aucune chance de trouver Sherman dans la forêt. Ils est ranger, et il est indien.

Booth (il voit Sherman assis sur un rocher) : Il est juste ici.

Le sheriff : Oh, il est en train de respecter un rituel indien.

Booth : Il nous attendait.

Le téléphone de Bones sonne. Zach et Hodgins sont à l’autre bout du fil, ils ont mis le haut-parleur.

Bones : Brennan.

Zach : Les morceaux de viande que vous nous avez envoyés étaient tous des Americanus Ursus.

Bones : Un ours noir ?

Sherman (à Booth) : Je n’ai tué personne.

Booth : Pourquoi vous êtes-vous enfui ?

Sherman : Vous êtes du F.B.I. Vous avez déjà entendu parler de Leonard Peltier ? Pine Ridge ? des blessures aux genoux ? (il se lève)

Booth : Oh.

Sherman : Les indiens et le F.B.I. ne font pas bon ménage.

Bones (elle pose le téléphone à ses côtés) : Il s’est enfui parce qu’il est le braconnier.

Le shériff : Tu braconnes ?

Bones : Oui, la viande que nous avons trouvé chez lui est de l’ours brun.

Booth (au shériff) : Inutile de se demander pourquoi vous ne l’avez pas attrapé.

Sherman : Je veux un avocat.

Hodgins reprend la parole, Bones récupère le téléphone pour écouter.

Hodgins : Il faut chercher des arbres infestés par des dendroctonus brevicomis.

Bones : Hodgins dit que l’ours a dû déterré le corps près d’un pin Douglas infesté par des insectes xylophages.

Le Sheriff passe les menottes à Sherman.

Sherman : Disons que tu as capturé un braconnier. Disons que c’est un indien qui ne devrait pas avoir à suivre les lois dictées par l’homme blanc.

Booth : Pas même un ranger ?

Sherman : Disons qu’il pourrait vous montrer où trouver ce genre d’arbres. Est-ce que vous laisseriez cet indien partir ?

Zach : La lame de scie mesure 30 cm, avec une douzaine de dents espacées d’environ 0,3 mm. Avec une précision de coupe de l’ordre du cinquantième de cm.

Bones : C’est une scie tout ce qu’il y  a de plus commun, ça ne nous sera pas très utile.

Zach : Dr Brennan, je me demandais si vous aviez encore des échantillons à nous faire parvenir ?

Hodgins : Oui, et euh, même si ce sont les mêmes échantillons, nous pourrions revérifier les résultats.

Bones : Je vous le ferai savoir (elle raccroche)

Zach : Tu penses qu’elle va nous en envoyer ?

Hodgins : Oh mon Dieu, je l’espère.

Sherman conduit Booth, le Sheriff et Bones aux arbres qu’ils recherchent.

Le Sheriff : Les japonais, c’est ça ? Ils sont prêts à payer une fortune pour la viande d’ours. Leurs ont des vertues curatives sur les problèmes d’érection.

Booth : Vou vous seriez enfui avec si vous n’aviez pas conservé la viande au congélateur.

Sherman : Je n’avoue absolument rien.

Bones : Il ne pouvait pas se résoudre à perdre la viande.

Sherman (il s’arrête) : Ces arbres sont infestés de bestioles en tout genre. D’après la balise GPS l’ours était ici il y a environ 7 jours.

Booth s’éloigne un peu pour inspecter les environs.

Bones : Ca correspond avec la chronologie déterminée par le bras.

Le Sheriff :Qu’est-ce qu’on cherche ?

Bones : Je suppose que l’on cherche une tombe creusée à la va-vite et qui aurait été découverte par un ours.

Booth s’arrête, retire ses lunettes de soleil et regarde au sol.

Booth : Ou peut-être une espèce de cercle satanique.

La caméra fait un plan sur l’endroit où regarde Booth. Des pierres blanches sont installées en cercle et . Bones s’approche, sort son appareil photo et commence à prendre des photos.

Le Sheriff : On voit souvent ce genre de choses par ici. Des gamins viennent ici, ils picolent un peu et ils se refont leur Projet Blair Witch.

Bones : Je ne vois pas ce que ça veut dire.

Booth : C’est un film d’horreur, Bones. Ca n’a aucun sens.

Le Sheriff : C’était quand même assez effrayant, avec les empreintes de main laissées avec du sang.

Bones (elle téléphone) : Angela, je t’envoie quelques clichés de ce qui semble être un site Indien, une sorte de cercle de guérison.

Booth (à Sherman) : C’est légal, ça ?

Sherman : Vous me prenez pour qui, un shaman ?

Bones : Le Dr Goodman est un expert en anthropologie des Indiens d’Amérique. Il pourra sûrement nous dire ce que cela signifie.

Le Sheriff : Des symboles indiens maintenant, Sherman tu parais de plus en plus suspect.

Sherman : Oh, je t’en prie Chris, tu me connais mieux que ça.

Le Sheriff : Eh, tu es un braconnier. Franchement, ça ne l’aurait jamais imaginé.

Bones s’éloigne du cercle et Booth s’approche d’elle.

Booth : Vous avez quelque chose ?

Bones : Des feuilles cireuses, ça signifie qu’il y a du méthane dans le sol.

Booth : Vous voulez dire un corps ?

Le Sheriff et Sherman s’approchent pour observer. Bones écartent quelques épines qui étaient sur sol et découvre le corps d’Adam, auquel il manque un bras.

Sherman : C’est Adam Langer.

Bones écarte davantage d’épines et découvre un second corps.

Bones : Il y a une femme également.

Booth : C’est probablement Anne Noyes, la randonneuse.

Bones remarque du sang sur son chemisier. Elle examine sa poitrine.

Bones : Elle n’a plus de cœur.

[ Nouvelle scène : Au labo. Le Dr Goodman et Angela regarde un écran où sont affichées les photos prises par Bones. ]

Dr Goodman : C’est un talisman détourné. C’est le chef spirituel, chi che hume met chu. La pierre la plus au sud doit représenter la force. Le centre du symbole, l’âme. Mais tout est inversé.

Angela : On a affaire à un cannibale.

Dr Goodman : Je suppose que l’interprétation à donner à ce symbole, c’est que l’on peut prendre l’énergie d’un homme en mangeant sa chair. Faites un agrandissement. (il désigne une pierre au centre du symbole) Ici, c’est ce qui symbolise la force, le bras (il désigne une autre pierre en haut cette fois) Et celui-ci le cœur, l’âme. Un pour le savoir, l’autre pour le courage.

Angela : Alors on recherche quoi au juste, un épouvantail, un homme en fer blanc ou un lion ?

Dr Goodman : Vous avez parlé de deux corps retrouvés ?

Angela (ré-éloigne l’angle de vue et désigne un endroit près du symbole) Juste ici, ils ont été déterrés par un ours. Il manquait un bras à l’un d’eux, il semble qu’il ait été dévoré par le cannibale, le second n’avait plus de cœur.

Dr Goodman : Pour parfaire ce rituel, il doit y avoir deux autres corps.

Angela : Ils ont fouillé l’endroit. Il n’y avait que ces deux corps.

Dr Goodman : Si mes conclusions sont exactes, il va y avoir deux nouvelles victimes.

[ Nouvelle scène : Dans le bureau du coroner à Aurora. Dr Rigby et Bones sont présents. Les deux victimes sont étendues sur des tables en métal. ]

Dr Rigby : Les deux victimes sont mortes de coups de feu tirés dans la tête.

Bones (parle dans un dictaphone) : Ces marques au centre de la blessure de l’homme (elle désigne la blessure sur le crâne) nous indiquent que le coup a tiré à bout portant d’une arme de petit calibre.

Dr Rigby : C’est remarquable.

Bones : Pas vraiment. Si l’on se fie à l’état de la masse adipeuse, je pense que la femme est décédée depuis environ …

Dr Rigby : Une semaine ?

Bones : Très bien.

Bones se dirige vers le corps de la femme.

Dr Rigby : Les vêtements qu’elle porte correspondent à ceux de Anne Noyes, quand à l’homme, il s’agit de Adam Langer.

Bones : Mon équipe à l’Institut Jefferson m’a indiqué que le symbole que nous avons retrouvé est une version détournée d’un rituel de guérison. Le cannibale a peut-être dévoré le bras pour gagner la force, et le cœur pour l’esprit.

Dr Rigby : C’est assez cohérent d’un certain point de vue. Ils pensent que c’est un rituel indien ?

Bones : Impossible à dire.

Dr Rigby : Ecoutez, je ne suis pas flic mais ça ne me parait pas logique que Sherman vous ait conduit à cet endroit s’il savait que vous y découvririez de quoi l’inculper de meurtre et cannibalisme.

[ Nouvelle scène : A l’extérieur de la pièce où se trouve Bones. Booth et le Sheriff parlent à Sherman dans le couloir. ]

Sherman : Adam était un homme bien. Il voulait devenir ranger. J’étais, comment dites-vous …

Le Sheriff : Son mentor ?

Sherman : C’est ça, son mentor . Il venait avec moi en forêt et je lui apprenais les ficelles du métier.

Booth : Oui, et Adam a peut-être découvert que vous étiez braconnier, alors vous avez fait en sorte qu’il se taise.

Sherman : Bien sûr, et je lui ai dévoré le bras ainsi que le cœur de cette femme, je suis comme ça que voulez-vous.

Booth : Il correspondait à la description faite de l’homme à qui il manquait un bras, pourquoi n’avoir rien dit ?

Sherman : Parfois les gens préviennent de leur visite, et parfois non. Et parfois ils vont voir leur copain d’escalade à la place.

Le Sheriff : Charlie ?

Booth : Le type du transport express ?

Sherman : Il est possible qu’ils allaient parfois rendre visite à une  femme.

Le Sheriff : Quelle femme ?

Sherman : Ca me gêne un peu d’en parler.

Booth : Peut-être que la suspicion de meurtre et de cannibalisme peut vous faire oublier cette gêne ?

Sherman : Charlie avait une aventure avec la vétérinaire, et son copain Adam aussi. Vous savez à quel point l’homme blanc peut être jaloux.

Le Sheriff : Bien, je crois qu’il est préférable pour moi de vous dire qu’il m’arrive également de fréquenter Denise.

Sherman rit.

Le Sheriff : Quoi ? Tu trouves ça drôle ?

La porte s’ouvre à côté de Booth et Bones sort. Elle est au téléphone.

Bones : Vous vous souvenez du trognon de pomme que nous avons trouvé dans la poubelle de Sherman ?

Booth : Vous avez une correspondance ?

Bones (elle a mis le téléphone sur haut parleur) : Zach ?

Zach : Oui, les marques de dents du trognon de pomme ne correspondent pas à celles laissées sur l’os de la victime.

Sherman : Et alors, qu’est-ce que ça veut dire ?

Bones : Ca veut dire que vous n’êtes pas le cannibale.

Sherman (le Sheriff lui retire les menottes) : Ca, je le savais déjà.

Booth : Il nous fallait confirmation.

Le Sheriff : Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? On vérifie les dents de toute la population de cette ville ?

Booth : Pas tout le monde.

[ Nouvelle scène : Au bar de la ville. Bones se tient à côté de Denise, la vétérinaire. Booth est de l’autre côté. ]

Denise : On pervertit et on est perverti. On est perverti par la faim, la jalousie, l’ambition, la luxure …

Booth : Dr Randall pourriez-vous simplement …

Denise : Je veux dire, même l’amour exclusif est une forme de cannibalisme.

Bones (elle désigne la pâte sur le comptoir) : Pourriez-vous juste mettre ceci entre vos dents …

Denise (elle prend la pâte dans ses mains) : L’idée que l’on a de l’amour parfait, ce sont deux personnes qui ne forment plus qu’une.

Bones : En ce qui nous concerne, nous parlons plutôt au sens propre du terme, Dr Randall (à Booth) : Il faut qu’elle le morde.

Booth : Pourquoi n’avez-vous pas signalé sa disparition ?

Denise : Parce que j’aurais dû avouer que nous étions amants.

Bones : Et pourquoi ne pas l’admettre ?

Denise : Parce que ça aurait pu en énerver un autre.

Booth : Qui ?

Denise : Charlie, et le Sheriff Scott, et Andrew Rigby, et peut-être quelques autres aussi. Je ne sais pas. Il n’y a pas grand-chose à faire ici, alors ce qu’on fait, on le fait souvent.

Booth : Dr Randall, pourriez-vous simplement … mordre ceci ?

Denise : Et si j’étais le cannibale que vous recherchez, est-ce que je vous aurais signalé la présence d’os humains dans l’estomac de l’ours après son autopsie ?

Bones : Une autopsie sur un animal s’appelle une nécropsie.

Denise : Ouais, et c’est pour ça que je me fais tous ces mecs, et pas vous (elle mord la pâte) Croyez-moi, si j’avais mangé Adam il n’en resterait plus rien.

[ Nouvelle scène : Au labo. Angela et Zach regardent des agrandissements d’os sur un écran. ]

Zach (désigne des marques sur l’os) : Ici et ici. Ca ressemble à nouveau à des marques de dents.

Angela : Vraiment ?

Zach : Mais elles sont trop régulières. Elles sont espacées de très exactement 2,4 mm chacune. Les dents ne sont pas aussi régulières. Ces marques ont plutôt été faites par une machine.

Angela : Ella été mangée par une machine ?

Zach : Je ne sais pas.

[ Nouvelle scène : Au bar, il fait nuit. Bones et Booth sortent. ]

Booth : Nous avons un triangle amoureux, ou plutôt un carré, un hexagone, ou peu importe, la jalousie est toujours un bon mobile.

Bones : Pour le meurtre d’Adam Langer peut-être, mais quel rapport avec Anne Noyes ? Non, on doit chercher quelqu’un qui serait mentalement instable.

Booth : Tout ce discours de la vétérinaire sur l’amour qui serait une forme de cannibalisme, c’est complètement dingue.

Bones : Peut-être, mais pas complètement faux quand on y pense.

Son téléphone sonne, elle répond.

Bones : Salut Angela.

Angela : Ma chérie, Zach veut que tu voies quelque chose.

Bones : D’accord, ne quitte pas (elle pose son sac sur une poubelle et sort son ordinateur).

Angela : Regarde et dis-nous si tu sais ce qui a pu faire ça, mais si tu es dans un endroit public tu devrais cacher ton écran.

Booth regarde l’écran avec elle.

Bones : Qu’est-ce que je suis en train de regarder ?

Zach : Les marques de dents sur le sternum d’Anne Noyes.

Bones : Quel agrandissement ?

Zach : Quarante fois.

Bones : Je n’arrive pas à croire que ni moi ni le Dr Rigby nous n’ayons vu cela. Bon travail.

Booth : Qu’est-ce que c’est ?

Bones : Quelle espace entre les marques ?

Zach : 2,4 mm.

Bones (à Booth) : Okay. Ces marques (elle les désigne sur l’écran) ainsi que les sur les os ont été faite par un écarteur sternal.

Booth : Anne Noyes n’a jamais subie de chirurgie du cœur.

Bones : Rigby n’est pas passé à côté.

Elle ferme son ordinateur.

[ Nouvelle scène : Bones et Booth marchent lentement d’un l’un des couloirs du laboratoire du coroner. ]

Bones : C’est dans des moments comme ceux-ci qu’il me faudrait une arme.

Booth s’arrête et sort une arme qu’il portait à son mollet.

Bones : Vous en avez encore beaucoup comme ça ? (elle prend l’arme). Merci.

Booth : C’est uniquement pour vous défendre, n’entrez pas là-dedans en tirant à tout va.

Bones : Et si je dois tirer, quelle partie de son corps je dois viser ?

Booth entrouvre une porte, jette une œil et entre.

Booth : Peu importe, dès lors que ce n’est pas une partie de mon corps. Restez derrière moi.

Bones passe devant lui.

Bones (regarde les tables d’autopsie vides) : Les corps ont disparu.

Booth : Qu’est-ce qu’il va en faire, les emmener dans la forêt pour se faire un petit en-cas avant de se coucher ?

Bones : A sa place, j’essaierai de détruire les preuves.

Dr Rigby se trouve devant le four crématoire avec les corps et s’apprête à les y jeter. Booth et Bones entre dans la pièce et Booth le met en joue.

Booth : Ecartez-vous du four, Dr Rigby.

Bones se précipite vers lui et ferme la porte du four, puis elle le met en joue à son tour.

Dr Rigby : Vous ne comprenez pas, c’est une quête spirituelle de se réapproprier la force de ceux …

Booth : Ouais OK, vous êtes cinglé, on a compris. Inutile de nous sortir votre baratin pour nous expliquer pourquoi vous avez fait ça.

Dr Rigby : Vous êtes anthropologue (il s’approche de Bones, puis des corps). Vous savez que dans les civilisations anciennes, il était coutume de faire disparaitre certains membres de la tribu afin de se régénérer …

Bones le frappe à la tête avec un bassin. Il s’effondre sur le sol.

Booth : Pourquoi vous avez fait ça ?

Bones : Personne n’a envie d’entendre son baratin.

Booth : Un bassin ? Hum.

Bones lance le bassin au sol.

[ Nouvelle scène : Au labo. Zach et Hodgins se sont fait beaux pour attendre la coursière. ]

Zach : Pourquoi est-ce qu’on doit la rencontrer ensemble ?

Hodgins : Tu veux qu’on règle cette histoire une bonne fois pour toute ?

Zach : Sans aucun doute, je veux régler cette histoire.

Angela arrive et les rejoint.

Hodgins : Qu’est-ce que tu fais ici ?

Angela : Tu plaisantes ? Je ne voudrais pour rien au monde manquer le choc des titans.

La coursière : Qui veut signer pour cette enveloppe ?

Hodgins : Qui ne voudrait pas signer ?

La coursière : Donc l’idée, c’est que celui qui signe …

Zach : Oui, l’acte de signer représente le choix …

 Hodgins : Elle a compris.

La coursière se place devant Hodgins, le regarde des pieds à la tête, puis s’avance devant Zach, et fait la même chose. Elle se met ensuite devant Angela qui parait surprise.

Angela : Oh ?

La coursière lui tend l’appareil pour signer.

Angela : Oh ? Oh ! (elle rit et signe) C’est très gentil. Merci.

Elle rend l’appareil à la coursière. Celle-ci s’en va, et Angela s’évente avec l’enveloppe qu’elle a laissé.

Hodgins : C’est chaud.

Zach : Pourquoi ? Pourquoi c’est chaud ? Ca aurait été chaud si elle m’avait choisi moi.

Hodgins : Oh non, c’est bien plus chaud. Wow.

[ Nouvelle scène : Dans un bar à Aurora. Bones et Booth sont assis au comptoir et mangent. ]

Bones : Quand je pense que je ne voulais pas venir avec vous. Cette affaire était fascinante. C’est pas tous les jours qu’on se trouve confronté à un cas de cannibalisme près de chez nous.

Booth : Et c’est pas plus mal.

Bones : Il y toujours au sein de chaque espèce des individus prêts à briser les tabous. Le Dr Rigby a vraiment mangé de la chair humaine.

Booth : Je suis en train de manger mon steak et mes œufs.

Bones : Le Dr Rigby souffre d’une maladie à prions, ce qui signifie qu’il est cannibale depuis quelques temps déjà. Vous imaginez, au tribunal il pourra plaider la folie pour expliquer ces crimes.

Booth : Ce type est cinglé.

Bones : C’est vrai, mais la question est de savoir s’il souffre d’une maladie mentale qui l’a poussé à faire ça ou si au contraire, il est devenu fou après avoir mangé de la chair humaine pour la première fois, ou encore est-ce qu’il s’est simplement léché les doigts après une intervention ?

Booth laisse tomber sa fourchette dans son assiette et prend sa tasse.

Booth : Je crois que je vais devenir végétarien.

Bones : Ou plus simplement, ne mangez pas d’êtres humains. Je vais revenir ici l’hiver prochain. Charlie dit qu’il a des coins très sympas pour skier.

Booth : Ah oui, Charlie ?

Bones : Oui vous savez, le guichetier du transport express.

Booth (il rit) : Je sais qui est Charlie.

Bones : Je parie que c’est un bon skieur. Ses hanches et ses cuisses sont parfaitement adaptées, il doit être à la fois fort et habile.

Booth (laisse à nouveau tomber sa fourchette) : OK, c’est bon, j’ai plus faim.

Bones : Quoi ? C’est pas bon ? Vous voulez des céréales (elle tend sa cuillère vers lui) Vous en voulez ?

Booth : Non.

GENERIQUE DE FIN.

 

Rédigé par Pepette44

[Ext. Open:  Woods area.  Sherman a park ranger is holding a lantern for Denise a vet    who is examining a bear carcass.]
 
Sherman:  We already know what killed the bear.
 
Denise:  Who’s the vet here Sherman?
 
Sherman:  You are Denise. Who’s a park ranger?
 
Denise:  That’d be you Sherman.
 
Sherman:  That’s why I know what killed him. (squats down beside her) Scared camper drilled him with a Winchester Magnum338.
 
Denise: I get it you’re afraid I’m not showing respect to the bear spirit.
 
Sherman:  Because I have better things to do then wait around for you to tell me what I already know.
 
Denise:  The law says I have to send in as much information as I can…age, weight, what he last ate.  (digs her hand in bears stomach) Eww…yummy…hotdog, refried beans, what is that? (pulls out a plastic bag.) Beef Jerky.
 
Sherman:  Beef Jerky?
 
Denise:  Yeah he’s in hyperfasia.  Eating everything he can find before going into hibernation.  Oh.
 
Sherman:  What?
 
Denise: Sherman this is…oh God.
 
(Denise holds up a hand.  They both look at it and then at each other.)
 
[Cut to:  Medico-Legal Lab, Jeffersonian Institute.  Bones is in a hallway looking at a picture of the hand with Booth walking right behind her.]
 
Bones:  Looks human to me.
 
Booth:  Alright.
 
Bones: (enters her office) What’s the deal?
 
Booth:  It was found in Eastern Washington State.
 
Bones:  Where?
 
Booth:  Inside a bear.
 
Bones: No, I mean,  inside a bear?
 
Booth:  An autopsy revealed more bone fragments inside the bear’s stomach and intestine.
 
Bones:  An autopsy on an animal is called necropsy.
 
Booth: Yeah,  it’s pretty crucial we get that straight right off the bat meanwhile, about the dead human being?
 
Bones: What do you need me for the bear ate somebody?
 
Booth: 26 bone fragments in total. Case bumped to the Seattle field office.  They bumped it to me. (hands her a disk) Check it out.
 
Bones:  Why did they bump it to you?
 
Booth: Bones, I mean do you really care about the inner workings of the FBI office?
 
Bones: (smiling) They bumped it to you because you work with me.
 
Booth:  No, they hoped that you could help ID the body.
 
(Bones sits at her desk and loads the picture of the hand into her computer.)
 
Bones:  From a hand?
 
Booth:  Yeah, they high expectations.
 
(Bones looks at the screen.)
 
Bones:  Definitely human opposable thumb probably male from the size…uh oh.
 
(Booth walks around her desk behind her to take a look.)
 
Booth: What?
 
Bones: Curf marks, marks made from a cutting tool.
 
Booth:  Maybe when they cut open the bear?
 
Bones: No, it’s not a straight edge.
 
(Bones highlights the marks and points to them on the screen.)
 
Bones:  Residual cross section striae.
 
Booth: Hmm. Just because you say it in that definitive tone doesn’t mean it means anything to me.
 
Bones:  These marks were made from a saw.  The hand was already separated from the rest of the person when the bear ate him.
 
Booth:  Somebody was dismembered and fed to a bear?
 
Bones: That’s one possibility.
 
Booth: (sighs) Okay, um thanks, Bones.
 
Bones:  Glad I could help.
 
Booth:  But, uh you’re not done.
 
Bones:  I’ll check out the photographs and the x-rays to see if I can confirm sex and age.
 
Booth:  Pack your bags we’re going to Washington State.
 
Bones:  I’m not going to Washington State.
 
Booth: (sits down) Again just because you say in that definitive tone doesn’t mean it means anything to me.
 
(Booth smiles and flips a pen in the air catching it.)
 
[Cut to:  Hallway inside the lab.  Bones is walking with Dr. Gibson.]
 
Bones: Why is Booth the one who decides if we are going to Washington state?  He gets the gun and the authority.  He’s the one that people like.
 
Dr. Gibson:  Firstly, he didn’t decide that you go to Washington state.  He made a request.  I’m the one who decides where you do and do not go.
 
Bones:  And secondly?
 
Dr. Gibson: Secondly, It’s time to live a little Temperance.  Connect with other people.
 
Bones:  Are you suggesting that I take this opportunity to have sex with Booth on a field trip?
 
Dr. Gibson:  Good God, where’s Dr. Freud when you need him?
 
Bones:  I don’t understand what you are saying.
 
Dr. Gibson: Uh, which is precisely why I am sending you to the great north woods.  Huh, C’mon now, you have partially digested human remains to examine.  That should put a smile on your face.  The mosquitoes out there are the size of dogs, pack insect repellent.
 
[Roll Intro.]
 
[Ext. Open:  Booth’s car driving down a winding road through mountains.  Bones is inside the car with him.]
 
Booth:  You know being cooped up in a crappy hotel in the middle of nowhere with a 50 dollar per Diem is not my idea of a good time either, you know.
 
Bones:  You only get fifty dollars a day? How can you live on that?
 
Booth: Okay, what do you mean?  What do you get?
 
Bones:  I don’t have a limit just give them the receipts.
 
Booth:  Oh no you have to have a limit.  Everyone has a limit.  We work for the Government.
 
Bones:  I don’t have a limit.
 
Booth:  But it’s not fair.  It’s not fair to the tax payers.  You could get one of those thousand dollar toilet seats.
 
Bones:  I imagine I’m treated differently then you because I have an indispensable skill.
 
Booth:  Oh right, indispensable.  I do not need you.
 
Bones: Oh, so you can determine the origin of the curf marks as well as the sex and age of the victim?
 
Booth: (laughs) You know you’re a smart ass.  You know that?
 
Bones:  Objectively I’d say I’m very smart although it has nothing to do with my ass.
 
Booth:  You know I tell you what. You can take me out to dinner. Hmm? Put me on your tab.
 
Bones:  That doesn’t seem ethical.
 
Booth:  You still want that gun now don’t ya,  Hmm?
 
Bones:  We’ll start with breakfast.
 
(Booth laughs. The camera pans over top of the car to show lots of woods and mountains.)
 
Booth:  You know, it’s beautiful here, feels good to be out of the city.
 
Bones:  Yeah, where murders feed their victims to bears.
 
[Cut to:   A small town street with lots of little shops and people walking outside.  Bones and Booth step out of the car.]
 
Booth:  Uh, phew, small town America (takes off his sunglasses) gotta love it.
 
Bones: This is not a small town.  Juntilla in Guatemala, a hundred and fifty people, no running water, that’s a small town.
 
Booth:  I said small town America not small town Guatemala and I’ve been there too by the way.
 
Bones:  Where are you going?
 
Booth:  To see the Sheriff.
 
Bones:  And how are you going to do that?
 
Booth:  It’s an old FBI trick, I’m going to ask somebody that lives here.
 
Bones:  What took you to Guatemala? Eco-tourism?
 
Booth:  I went down to shoot somebody through the heart from fifteen hundred feet. (puts his glasses back on.)
 
[Cut to: Coroner’s office.  The hand is on a metal sheet on the table.  The coroner, vet, and Sherman are in the room.  Bones is touching the pieces of the lower arm bone with gloves on.]
 
Vet:  Well I was pretty sure it was human but I’m a vet so I called Andrew, uh, Dr. Rigby and he thought it was human too.
 
(Bones takes some pictures of the pieces.)
 
Andrew:  Officially I’m the Coroner here in Aurora but I’m just a country doctor.  I have no training in forensics.
 
Bones:  This is approximately sixty percent of an arm of a male, late teens early twenties, well muscled.
 
Vet:  That’s amazing.
 
(Bones points to some marks on the bone and the Vet and Coroner come over to look at them.)
 
Bones:  You see these marks here, below the radial tuberocity?  You haven’t by any chance performed any amputations lately, have you?
 
Andrew: Uh, a few frostbit toes last winter and a thumb from a nasty Murphy bit accident.  Why?
 
Bones:  These are saw marks.
 
Sherman:  That’s not good, people getting sawed up and eaten by bears.
 
Bones:  I’m going to send this back to my lab.  My people there can give a better estimate of how long ago the bear ingested the arm.
 
Vet:  You got pretty good equipment there I guess?  I’m still on dial up.
 
Bones:  What’s the fastest way to ship a human arm?
 
Vet, Coroner, Sherman: (in unison)   Charlie.
 
[Cut to:  Post office.  Charlie is behind the counter and Bones enters carrying a box to mail back to the lab.]
 
Charlie: Need a hand?
 
Bones:  Thanks but I’m trying to get rid of this one.  These are human remains.
 
Charlie: Oh.
 
Bones: (she starts filling out a form on the counter) I have to ship them to the Jeffersonian Institute in Washington DC.
 
Charlie:  Cool they have Dizzy Gillespie’s trumpet there.
 
Bones:  Yeah I know.
 
Charlie:  Mohammed Ali’s boxing gloves, Abraham Lincoln’s assassination top hat.
 
Bones:  Yeah I know, I work there.
 
Charlie:  You ever sit in Archie Bunker’s chair?
 
Bones:  I work in a different part of the museum. I’m a forensic anthropologist.
 
Charlie:  My name is Charlie.
 
Bones:  Yeah I know.
 
Charlie: Wow, What you could tell from my like skull structure?
 
Bones:  It says it on your shirt Charlie.  Where could I find the Sheriff?
 
Charlie:  He’s out past the garage to the right. (grabs the form Bones filled out.) Hey, Temperance Brennan, I’m reading your book.  Gave me a few ideas if I ever want to kill someone and get rid of the body.
 
Bones: (laughs) Don’t forget Charlie the heroine always catches the bad guy.
 
(Bones walks out the front door.)
 
Charlie:  Sounds good to me.
 
(Charlie takes the box off the counter and sniffs it.)
 
[Cut to: Lab.  Zach and Angela are looking at the image of the bone that was cut on a computer screen.]
 
Zach:  These are false star curfs which suggest a handsaw.  The cut marks on the breakaway spurt …here (points to screen) should give me the number of teeth per inch but to me it just looks broken.
 
Angela:  I could work it up into a three dimensional image, see if that helps?
 
Zach:  Dr. Brennan could do it from this.
 
Angela:  Not when she was a lowly grad student, Zach.  Upload all the digital info that Brennan sent you into my main frame and lighten up Z-man.
 
[Cut to: Booth and Sheriff walking down the street.]
 
Booth:  Somebody cut that guys arm off Sheriff.
 
Sheriff:  Couldn’t be a local.  Somebody missing an arm that’s something you notice.
 
Booth:  How many people live in Aurora?
 
(Booth starts to take notes in his little notebook.)
 
Sheriff: Maybe a hundred twenty-six in town another couple of hundred in the unincorporated surroundings, maybe twelve hundred on the Indian reservation.
 
Booth: Tourists?
 
Sheriff:  Hikers, campers, it’s a beautiful country so they don’t realize how dangerous it is.  On average we loose a couple of hundred every year.  Cycle of life hey?
 
Booth:  Lose anybody recently?
 
Sheriff:  Woman, 29, Anne Noyes from Olympia.  Disappeared a couple of weeks ago, her parents’ say she was an experienced hiker. Pfft.
 
(Booth takes off his glasses and looks at the poster in a window of a shop. The Sheriff and him walk into his office.)
 
Booth:  You must have a few resident crazies?
 
Sheriff:  Juvenile bush drinking, a couple of domestics, a bar fight or two, joy riding.  The only felons we have are poachers.  They shoot the black bears and sell the gall bladders on the black market.  Park ranger handles that stuff.
 
(Bones and a blonde hair lady walk into the office and knock on the cubicle wall to get their attention.)
 
Sheriff:  (to Bones) Can I help you?
 
Bones:  Yeah.  (to blonde lady) Thanks. (to Sheriff) I’m with him.  (she points to Booth.)
 
Sheriff: (murmurs to Booth) Suddenly I wish I was FBI.
 
Booth: (laughs) Sheriff Chris Scutter, Dr. Temperance Brennan.
 
(Bones and the Sheriff shake hands.)
 
Sheriff:  My first forensic anthropologist. (gestures for her to put her bag down.) Please.
 
(Bones sets her bag on the floor in front of his desk.)
 
Bones:  We need to find the rest of the body. (she sits)
 
Sheriff:  Sherman, ranger Rivers, traced the bear’s route back a week said he didn’t find anything.
 
(The Sheriff sits at his desk.)
 
Booth:  What is he some kind of Indian scout?
 
Sheriff:  Sherman’s a flat head Indian but since the bear was wearing a GPS collar he didn’t have to fully utilize his Native powers.
 
Bones:  Did he check the scat?
 
Booth: What?  What do you think there’s more people parts in the bear crap?
 
Sheriff:  We could maybe go out with Sherman Tomorrow take a look.
 
Booth:  Oh yeah, now that you’ve met Bones you’re all about the inner agency cooperation.
 
Sheriff:  Bones?  Now I don’t think that is anyway to talk to a lady.
 
Bones:  Thank You.
 
(Bones grabs her bag off the floor and goes to stand.  The Sheriff stands up.)
 
Sheriff: (to Bones) Do you have dinner plans?
 
(Booth puts his hand on Bones’ back and guides her away.)
 
Booth:  We’re working. (he throws a file to the Sheriff.)  Thanks for that.
 
[Cut to:  a lounge area in the lobby of the lab.  Zach is getting coffee and has a photograph in his hand.  Hodgins is sitting on a couch looking at two photographs in his hands.]
 
Hodgins:  All I am saying is why cut somebody into pieces?
 
(Zach comes around and sits next to Hodgins.)
 
Zach:  Pack em up tighter maybe, say in a suitcase.
 
Hodgins:  How did a bear open a suitcase?
 
Zach: I saw a documentary once where a bear got into a car and drove away.
 
Hodgins:  That was not a documentary it was a cartoon.
 
(A UPS woman comes walking up with the box Bones sent in her hands with her electronic scanner)
 
Woman:  Hello.  I’m looking for a Zach Addy.  I’ve got a package of human remains.
 
(Zach and Hodgins are shocked and obviously attracted to this woman.  Hodgins puts his cup down quick and jumps up.)
 
Hodgins:  Yeah, I can sign for that.
 
(She hands him the electronic scanner in her hand for him to sign.)
 
Hodgins:  Where’s Jimmy?
 
Woman:  Tahiti, Fiji, who knows?  He won the lottery.
 
Hodgins:  Is it too much of a line to say no we won the lottery.
 
(The woman smiles and laughs a little)
 
Hodgins:  It is, yeah you know, I take it back.  It’s just compared to you, Jimmy, you know.
 
Woman:  That third nostril.
 
Hodgins:  That whistling sound when he sneezes.
 
(They both share a laugh.  Hodgins hands her back her scanner.)
 
Hodgins:  Unfortunately, it is too soon to ask you to have coffee.
 
Woman:  It is?
 
Hodgins:  Yes, yes.  Coffee is the third delivery capper.
 
Woman:  So what’s the first delivery capper?
 
Hodgins:  Initial contact, Meet cute, light flirting.
 
(She grabs the box and hands it to him.)
 
Woman:  Then I will catch you in another couple of deliveries.
 
Hodgins:  Okay. Bye.
 
(The woman leaves and Zach walks up to Hodgins.)
 
Zach:  You bogarted my package.
 
Hodgins:  You panicked and froze my man. Thus the package came into play also incorrect use of verb bogarted.
 
(He hands the package to Zach and walks away.)
 
[Cut to: Outside in woods and mountain area.  Sherman, Booth and Bones are walking through the woods.]
 
Sherman:  I’ve been looking for that female hiker since she went missing but sometimes you never find a trace.  They fall under a ravine the river.  So how do you like Evergreen lodge?
 
Bones:  Very nice.  I have a beautiful view of the mountains from the terrace.
 
Booth:  You have a terrace?
 
Bones:  Yeah.
 
Booth:  I’m sharing a bathroom.
 
Sherman: (points to ground) This is where the bear was shot. 
 
Booth:  How far did he get before he died?
 
Sherman: Oh, about a hundred yards.
 
(Booth walks off in front of them.)
 
Bones: (to Booth) How do you know that’s the right way?
 
Booth:  It’s not hard to track a wounded bear.
 
Sherman: (to Bones) Did you ever hear of the bone gatherers, collecting Bones so that the dead can make their journey to the next world?
 
Bones: Not even sure I believe in the next world.
 
Sherman: Doesn’t matter what you believe in.  You’re a bone gatherer.  That’s a good thing, helping the spirits move on.
 
Bones:  Thank you.  It’s probably the best job description I will ever get.
 
(Sherman and Bones walk up to Booth who is standing next to a pile of bear scat with a toothpick in his mouth.)
 
Booth:  Over here.
 
Bones:  You find something?
 
Booth:  Bear scat in the woods.  I think he voided here and headed off over there.
 
(Bones kneels down in front of it and opens her backpack taking out some blue rubber gloves.)
 
Bones: (to Booth)Okay, See if you can find any older samples.
 
(Booth and Sherman head off to look for more samples.  Bones picks up the scat and puts it into a Tupperware bowl.)
 
Sherman:  She’s ain’t the squeamish type, is she?
 
Booth:  I’m going to go out on a limb here Sherman and guess you don’t get a lot of eligible good looking woman coming through town.
 
[Cut to: Post office.  Bones comes in carrying another box and Charlie is behind the counter reading her book. He looks up and notices her.]
 
Charlie: (places book on the counter) Hey, I just finished Chapter seven.
 
Bones: (places box on the counter and grabs a form) This has to go to my…
 
Charlie:  Do you do all the stuff the girl in your book does?
 
Bones:  I’m slightly uncomfortable discussing that with you.
 
Charlie:  No, I’m not talking about the sex.  I’m talking about the running and the shooting.  I mean if you do do all that other stuff that’s great too for you and, um, whoever you’re doing it with.
 
Bones: (hands him the form) I would like to send this to my lab.
 
Charlie: (grabs the box) Um, more bones?
 
Bones: Nope, its bear scat.
 
Charlie: Oh, I can deal with that.
 
(Bones phone rings and she unfolds it to answer it.)
 
Bones:  Brennan.
 
(Zach is on the other end of the phone and is in the lab looking at bones on the computer.)
 
Zach:  The person who belonged to the arm died approximately a week ago and the bear ate it between one and three days after that.
 
Bones:  Anything from the saw?
 
Zach:  Angela is entering the data into the holographic display.  I…I found something else I can’t categorize.  Can I beam it to you?
 
Bones:  Okay. Hold on.
 
(Bones puts her cell on speaker phone. She takes her laptop out of her bag and places it on the counter.)
 
Bones: (to Charlie) Do you mind if I set this up here?
 
Charlie: Yeah no problem.
 
Bones: (in phone) Give me a second, I’m connecting with the satellite.
 
(She hooks up a box with wires to the laptop.)
 
Zach:  Alright.
 
Bones:  Okay, I’m linked.
 
Zach: I’ve been focusing on Dr. Brennan, a series of indentations on the bone.
 
Charlie:  Who’s that?
 
Bones:  My assistant Zach.
 
(Charlie walks around the counter next to Bones and leans over to the phone on the counter.)
 
Charlie: (into phone) Hey Zach.
 
Zach: Who’s that?
 
Bones:  The overnight guy, Charlie.  (She looks at the computer.) Okay, I’m set up you can send me the picture.
 
Charlie:  Hey Zach, does your boss have a boyfriend?
 
Zach:  Not currently.  Are you extremely good looking?
 
Charlie: Yes I am Zach.
 
Bones:  Zach, these are bite marks.
 
Zach:  You mean from the bear?
 
Bones: No, black bears have pre-molars that are small and peg like.  These marks show a doubled cusp pattern.
 
Zach:  Pigs are doubled cusped?
 
Charlie:  Hey Zach, are you extremely smart?
 
Zach:  Yes I am, Charlie.
 
Bones: No, pigs have six incisors.  These marks were made with four incisors like a chimp except these teeth form a continuous arch.
 
Charlie:  So, what’s got a continuous arch?
 
Zach:  Humans.
 
Bones:  We don’t just have a killer on our hands, we have a cannibal.
 
[Cut to: Sheriffs bronco.  The bronco is parked and the Sheriff and Bones are inside.  The Sheriff is eating a sandwich. Booth looks in through the Sheriff’s rolled down window.]
 
Bones:  Zach will have the odontologist at the Jeffersonian take a look but I’m right.
 
Sheriff: A cannibal.  You mean a Hannibal Lecter type deal?
 
Bones: I don’t know what that means?
 
Booth:  And we’re certain a human being gnawed on that bone?
 
Bones:  Bit, gnawed, removed the flesh.
 
Sheriff:  That’s …That’s really not good.
 
(The Sheriff begins to look at his sandwich then look disgusted.)
 
Booth:  Are you sure, Bones?  You have never seen anything like this before?
 
Bones:  Of course I have seen this before.  I did grad work among the Warri of the Amazon.  They have a long history of cannibalism. I’ve also seen evidence of cannibalism in some 12th century Native American sites.  It’s not a big deal.
 
Sheriff: Have you ever? (points to his mouth)
 
Bones:  I’ve never been offered human flesh before?
 
Booth:  But what if you had?
 
Bones:  It’s an interesting question.  I would have to measure my own social inculcation against scientific inquiry.
 
Booth:  Okay that’s sick.
 
Bones:   You know maybe we’re looking for someone who needs to be rescued.  Maybe the young man died and the missing girl hungry and lost came upon him needing food. She…
 
Sheriff:  Sawed him up and barbequed him.
 
Bones:  There was no evidence that the hand was cooked.
 
Sheriff:  She does not look like the type of girl that would chew on raw flesh.
 
Bones:  You would be surprised, when survival instincts kick in.
 
Booth:  If it isn’t her then we’re dealing with some psycho cannibal killer.
 
Sheriff:  This is sick.
 
Bones:  Someone eating raw human flesh is going to get sick.
 
[Cut to:  Lab.  Angela and Zach are running some tests at a lit up table.  There are pictures of the various bones displayed on a computer screen beside them. Hodgins is pacing back and forth near the table.]
 
Angela: (picks up a photograph) Teeth marks?
 
Zach: (points to marks on bones in photograph) Yes and these drag marks are where the flesh was ripped right off the bone.
 
Angela:  Ugh, it’s like a zombie movie.
 
Hodgins:  Where is my bear poop?
 
Zach:  Is it the excrement you’re anxious to look at or the currier?
 
Hodgins:  What do you think?
 
Angela:  Somebody gnawed on this arm like some kind of man corn?
 
Hodgins: According to that Peruvian soccer team that crashed in the Andes, human flesh tastes like frogs legs.
 
(Hodgins walks over to the table and picks up a photo that Angela has just laid down.)
 
Angela: Like I need another reason why not to eat frogs.
 
Zach:  I’m going to make a cast of these markings.  We won’t get a full dental impression but at least we will get something.
 
(A lab worker walks into the area to get Zach.)
 
Lab Worker:  Zach, you’re needed upstairs.
 
(Zach gets up and removes his gloves.  He then leaves to go upstairs.)
 
Hodgins:  Angela, if we were a Peruvian soccer team and crashed in the Andes who would you rather eat me or Zach?
 
Angela:  (sighs)
 
Hodgins:  What?
 
[Cut to: Upstairs in the lobby.  The same Currier woman from before is upstairs with the package of bear scat.  Zach walks up behind her.]
 
Zach: (clears throat)
 
Woman:  I have a package for Zach Addy.
 
Zach:  That’s me.
 
Woman:  I thought.  There was the other guy.
 
Zach:  That was Hodgins.  He zoomed you because you’re so beautiful.
 
(The Woman smiles and hand him the electronic board for him to sign.)
 
Woman:  Thanks, that’s sweet.
 
(Zach takes the electronic board and signs it.)
 
Zach:  I’m not being sweet, it’s just a fact.
 
Woman: (hands him the box) How old are you?
 
Zach: Twenty-four.
 
Woman:  Twenty-four? (she gives his chin a light squeeze.)I could just eat you up.
 
[Cut to:  Outside the doctor/coroner’s office.  Bones and the Coroner/Doctor are walking down the sidewalk talking.]
 
Bones:  Have you diagnosed anyone recently with a prion disease?
 
Dr. Rigby:  Prion disease?  No. Some Alzheimer’s? Yes. Some brain damage due to alcoholism and huffing.
 
Bones:  Delusions? Erratic behavior? Violent outbursts?
 
Dr. Rigby:  The incubation for a prion disease can be years.  You’re thinking the cannibal might be showing symptoms of deterioration?
 
Bones: Dr. Rigby, I never said anything about a cannibal.
 
Dr. Rigby:  Well, it’s all over town.
 
Bones: ugh, Charlie, the overnight guy.  What do you think our chances are of keeping this quiet?
 
Dr. Rigby:  I’d say absolutely zero.
 
(They both laugh at that last comment.)
 
[Cut to: Lab.  Hodgins is taking a high pressure shower head and washing the bear scat through a strainer.]
 
Hodgins:  You knew I was waiting to see her again.
 
Zach:  You said you were waiting for your bear poop.  I said ‘are you excited about the excrement or the currier?’ and you said ‘What do you think’?
 
Hodgins:  You actually thought I was excited about excrement?
 
Zach:  You have to be clear.
 
(Hodgins just shakes his head while looking down. He sees a piece of bone in the strainer and picks it up with some long tweezers.)
 
Zach:  What’s that?
 
Hodgins: It’s a piece of undigested bone.
 
(Zach grabs the lower end of the tweezers to look at the bone piece.)
 
Zach: Metacarpal.  I think that goes with my hand.
 
(Hodgins notices more fragments in the strainer and starts to tweeze those out too.)
 
Hodgins:  Part of a tin can lots of tin fibers and some kind of sporocarp… here’s something (he takes the piece to a magnifier glass with a light.) Hair follicles, sebaceous glands? It’s a layer of dermis.
 
Zach:  Pigmentation marks in the microphage.
 
Hodgins:  A flap of skin with a tattoo. Huh.  We need a tattoo expert.
 
[Cut to:  Angela at a computer. She has the pieces of skin scanned into the computer looking at it.  Hodgins and Zach look on.]
 
Angela:  It’s fairly simple. Uh, two colors, red and black, some kind of Native design.
 
Hodgins: (to Zach) She likes me more then she likes you.
 
Zach:  She said I was sweet.
 
Hodgins: I made her laugh at Jimmy’s third nostril.
 
(While Hodgins and Zach talk, Angela is duplicating parts of the tattoo on the screen to make a pattern.)
 
Angela: (laughs) That’s pretty good, making a woman laugh at a third nostril.
 
Hodgins: We have a tentative coffee date.
 
Zach:  She said she wanted to eat me up.
 
Angela:  Zach’s definitely ahead on points.
 
(Angela draws something on her digital pad and a circular sun kind of pattern is formed.)
 
Angela:  Hmm, Well there it is.
 
[Cut to:  Sheriff’s Office.  Bones is sitting at a computer looking at the screen with Angela on a web cam talking.  The Sheriff and Booth look on]
 
Angela:  The skin in the scat has a sun on it.
 
Sheriff:  What is that, A Haiku?
 
Booth: It’s a tattoo.
 
Angela: Hi Booth. (to Sheriff) Hi, I’m Angela Montenegro.
 
Sheriff: (leans in) How you doing Angela?
 
Bones:  Angela, focus Please.
 
Angela:  It’s a hida sun motif.
 
Booth:  Good work, very impressive.(to Sheriff) Eighteen to twenty-five year old man with a hida sun tattoo on his arm?
 
Angela:  Hey Booth, I have kind of a thing for tattoos.  You got any?
 
Bones:  Angela!
 
Angela:  I’m sorry sweetie but what’s with that town?  You gettin any from that hot overnight guy?
 
Bones:  Ang, we’re trying to work.
 
Angela:  Is that town totally wasted on you sweetie because I take this as a sign from God to loosen up.  You know what they say ‘what happens in Aurora stays in Aurora.’
 
(Bones get irritated and close her computer ending the connection with Angela.)
 
Angela:  Hey!
 
Sheriff: (to Booth and Bones) I’m running a missing persons check using the new info on the tattoo.  She seems very friendly, your associate.
 
Bones:  She’s three thousand miles away.
 
Booth:  I’d send away for a Russian bride.
 
(The Sheriff laughs. A picture comes up on the Sheriffs computer screen of a male.)
 
Sheriff: (nods at the screen) Adam Langer, Twenty two, missing ten days from college in Richland. Wait, I know this kid.  He used to come up to visit Sherman, wanted to be a ranger.
 
[Cut to: Outside of Sherman’s house.  The Sheriff, Booth, and Bones walk up on the front porch.]
 
Sheriff:  Look I’ve know Sherman for years.  I can’t believe he had anything to do with this.
 
(The Sheriff knocks at the door and Sherman answers.)
 
Sherman:  Hey Sheriff.
 
Sheriff:  Hey Sherman, mind if we come in. (he removes his hat.)
 
Sherman:  You guys here about the cannibal?
 
Sheriff:  We can’t talk about official business.  How’s about some tea?
 
Sherman:  Sure.
 
(Sherman closes the door and the Sheriff sits down.)
 
Sheriff:  Oh yeah.
 
Booth: (whispers to Sheriff) What did you do that for?
 
Sheriff: Give you a chance to look around, get a sense of the man.
 
(Bones walks over to a sculpture above a fire place.)
 
Bones:  The raven spirit.  In some Native American stories it has a cannibalistic elem…
 
(They hear a bang from the room Sherman is in.  Booth runs to the kitchen door to see what happened.)
 
Booth:  He went out back. (to Sheriff)Give me your flashlight.
 
(The Sheriff tosses Booth his flashlight and Booth goes to run out the front door.)
 
Sheriff:  No way you will catch Sherman Rivers in the woods.
 
Booth:  Just search the place.
 
(Sherman is running and Booth is chasing him through the woods.)
 
Booth:  Sherman! Stop!
 
(Sherman runs through some water.  Back at the house Bones is going through the kitchen trash. The Sheriff is looking around the kitchen and sees knifes on the walls.)
 
Sheriff:  I don’t know if a wall of knives is evidence but it sure is creepy.
 
(Booth is catching up to Sherman and points his gun at him.)
 
Booth:  Hey! Hey! Stop!
 
(Sherman keeps running while Bones and the Sheriff are looking through cupboards.)
 
Bones:  Is there a saw?
 
Sheriff: (sees on in a cabinet.) Yep.
 
Bones:  We’ll want to take it.  See if it matches the cuts in Adam Langer’s bone.  (She picks up an eaten apple out of the garbage with a glove.)  Let’s see if this matches the teeth marks.
 
(Booth is still running out in the woods trying to catch Sherman and stops shining the flashlight in front of him.  The flashlight goes out.)
 
Booth:  You’ve got to be kidding me.
 
(Bones grabs a can back in the kitchen to break a lock she sees on a chest freezer. She breaks it open.)
 
Sheriff:  As justice of the peace I authorize you to open that locked freezer.
 
Bones:  Thank You.
 
(Bones lifts the lid and sees a freezer full of wrapped meat.)
 
Sheriff:  What kind of meat do you think that is?
 
[Cut to: Booth and Bones in the car.  Booth is driving and Bones is on her cell phone to Angela.]
 
 
Bones:  I’m sending a bunch of frozen meat by overnight air.  I need to know what it is as soon as possible.
 
Angela: Ugh, you think it’s human?
 
Bones:  Maybe, it’s a funny color.
 
Angela:  So did you catch the guy?
 
Bones: No, (she looks at booth while talking) Booth lost him in the woods.
 
Booth:  Whoa, wait a second.  I didn’t loose him.
 
Bones:  Well you didn’t catch him.
 
Angela:  So you two have the night free?
 
Bones: Yes, we can’t do anything until I get a determination on that meat and Booth has to wait until it’s light for the guy he lost.
 
Booth:  I didn’t loose him okay.  He, uh, Tell her that my flashlight died.
 
Bones:  She doesn’t care.
 
Angela:  What?
 
Booth:  Give me the phone.
 
Bones:  It’s not safe to drive and talk on the cell phone.
 
Angela:  Are you two fighting?
 
Booth: Professional pride, tell her, please tell her that.
 
Bones:  Booth wants you to know that he lost the guy because his flashlight died.
 
Booth:  And because he’s an Indian and he’s a park ranger and he’s very very familiar with the territory.  Tell her that.
 
Bones:  Did you hear that?
 
Angela:  Yeah, something about Indian Territory.
 
Bones:  Yeah, she says she understands. (to Angela) I need to know about that meat as soon as possible.
 
Angela:  Yeah, I’ll tell Zach.
 
(Booth reaches for her cell phone.)
 
Booth:  Give me the phone.(he grabs it away from her.)  Hold up. (to Angela) Plus you know what it wasn’t even my flashlight okay, it was the Sheriffs flashlight and his batteries they ran out (Bones snatches her phone back) Okay!
 
Bones: (in phone) Goodnight Angela.
 
Angela:  Hey, you have to take that man for a drink and have a little fun yourself.
 
Bones: (to Booth) Fun and a drink, where do we find that?
 
[Cut to:  A local bar.  The locals are listening to country type music.  There is pool playing, darts, and dancing.  Bones is dancing with Charlie the overnight guy on the dance floor.]
 
Charlie:  So I was surprised to see you here.  You know in your book you never seem to get your man.
 
Bones:  Well, that’s not me that’s just a character.  In real life you have to wait for lab results.
 
Charlie: I see well lucky for me.
 
Bones: (laughs) I don’t know.  I’m afraid I’m not a very good dancer. Apparently I lead.
 
Charlie:  So I’ll follow.
 
(Booth goes up to the bar next to the Sheriff and takes a seat.)
 
Sheriff: Hey Booth. (shakes hand)  Want a beer?
 
Bar Tender: (yells) What do you need Sheriff?
 
Sheriff:  Another beer.
 
[Cut to: Dance floor.]
 
Charlie:  You know I climbed with Adam sometimes.  I was kinda freaked out when I found out it was his arm.
 
Bones:  You knew Adam Langer?
 
Charlie:  I taught him how to climb.  Man he’s was strong.  No matter how much I’d lift I could never match him.
 
Bones: (she feels his arms) You have excellent definition in your biceps and triceps.
 
Charlie:  Well thanks and your, uh, waist muscles feel good too.
 
Bones: Transverse abdominals.  Thank you.
 
Charlie:  So that meat we sent back to your lab that wasn’t ah more of Adam was it.
 
Bones: I can’t discuss…
 
Dr. Rigby: Excusez-moi?
 
(Dr. Rigby laughs and cuts in to dance with Bones. He twirls her around.)
 
Bones:  Dr. Rigby.
 
Dr. Rigby: I thought I would rescue you.  I can’t imagine you and Charlie have a lot to talk about.
 
Bones:  We were managing. 
 
Dr. Rigby: Look, um I guess it looks pretty bad for Sherman, huh?
 
Bones: I can’t discuss the investigation with you Dr. Rigby.
 
Dr. Rigby: Look, Sherman is a flathead.  The spiritual beliefs of his tribe don’t value cannibalism. They never have.
 
Bones: Well anthropology teaches us that beliefs and customs evolve.  That’s why you can still find cannibalism practice today.
 
Dr. Rigby: So wait you can justify the active eating of another human being.
 
(Booth is watching Bones dance with Dr. Rigby.)
 
Bones:  I can understand it intellectually.
 
Dr. Rigby: Alright, I shouldn’t be talking shop not with such a beautiful woman in my arms.
 
(Dr. Rigby twirls her away from him and the Sheriff grabs her to dance.)
 
Sheriff:  Hey, Sheriffs time. You really think you can match the bite marks on Sherman’s apple with the bite marks on that kids’ arm bone.
 
Bones:  I don’t really feel comfortable discussing a case on the dance floor.
 
Sheriff:  Well I’m the Sheriff. (grabs the badge on his shirt.) We’re colleagues.
 
(The Sheriff twirls her a little and Booth catches her.)
 
Booth:  Mind if I cut in?  I thought you might need a break.
 
Bones:  What happened to your shirt?
 
Booth:  Well, we’re in a bar it’s a look.
 
Bones:  Everybody is pumping me.
 
Booth:  I’m sorry?
 
Bones: For information on the case.
 
Booth:  Bones they are only pretending to be interested in the case.
 
Bones:  Why?
 
Booth:  They’re hitting on you.
 
Bones: (laughs) Are you sure?
 
Booth:  Yes, I’m sure. You’re the hottest thing this town has seen in a long time. (he dips her.) Check out the competition.
 
(Bones sees a short haired blonde woman drinking at the bar from her upside down view.)
 
Booth: Now that is someone who wants to eat your heart.
 
[Cut to: Lab.  Hodgins is looking in a microscope and has whatever is underneath magnified on a screen next to him.  Angela watches him.]
 
Angela: Oh, very pretty.
 
Hodgins: Lovely, it’s a sporocarp called tubber gibbosum after a week in bear poop.
 
Angela:  Thank you for ruining my moment.
 
Hodgins:  It’s a mushroom, an Oregon white truffle.  They’re a microrisal species that only grow in symbiosis with Douglas fir trees.
 
(Angela sits down next to Hodgins.)
 
Angela:  Are Douglas fir trees very very rare in the woods?
 
Hodgins: No.
 
Angela:  Then you really haven’t found anything useful, have you?
 
Hodgins: (sighs) No.
 
Angela:  Do you want to get something to eat?
 
Hodgins: No.
 
Angela: Oh, you’re expecting a delivery tonight.
 
Hodgins: Zach is.
 
Angela:  And you’re going to zoom him.
 
Hodgins:  Like the Indy 500 baby. (smiles then laughs)
 
[Cut to: Outdoors in the woods.  The Sheriff, Booth and Bones are walking along the bank of a stream.]
 
Booth:  You didn’t come down for breakfast Bones.
 
Bones:  I wasn’t hungry.  Sorry you had to pay for your own meal.
 
Booth:  I called your room there was no answer.
 
Bones:  Why the sudden interest in my morning habits, Booth?
 
Booth:  Look, I just thought we were going to get something to eat. You know and so I waited.  My eggs got cold that’s all. Cold eggs.
 
(They all step across rocks in the stream to cross it. Booth is leading the way and stops on the other side, squats down, and plays with some dirt.)
 
Booth: This is where my flashlight failed.
 
Sheriff: You mean my flashlight and how can you be sure?
 
Booth: (shows him a button.) Because this is where I was standing.
 
Sheriff:  A shirt button?
 
Booth:  And I heard him, um, disappear in this direction. (he points in front of him.)
 
Bones: (to Sheriff) Leaving buttons on the trail must be an old fish chewer trick.
 
Sheriff:  You mean a snake eater, an old snake eater trick.
 
[Cut to: Lab.  Hodgins is leaning on his head and appears to be napping. Zach walks up and drops the box on the desk next to him waking him up.]
 
Zach:  Were you here all night?
 
Hodgins: Yes, Did I miss Toni?
 
Zach: Yes, she asked about you?
 
Hodgins: Oh, you torpedoed me didn’t you?
 
Zach: (he walks over and leans on the back of the computer)No, I told her the truth that you were shifting through excrement.
 
Hodgins: (stands to face him) You want a war?  Fine, because I am the warrior.
 
(Angela comes walking up to them with papers in her hands.)
 
Angela:  Zach, I got the measurements for your saw from the Angelator. (she hands him the papers) Now all you have to do is find a match.  Say thank you with gifts. (to Hodgins) Did you work all night?
 
Hodgins: (defeated) Yes, I shaved the truffle.
 
Angela:  Is that anything like spanking the monkey?
 
Hodgins: I found boaring dust.
 
Angela:  Is there any other kind.
 
Hodgins:  Boaring dust is produced by beetles which mean the tree the truffle grew on was infested.
 
Zach:  That’s not going to impress Toni.
 
Hodgins:  That’s not why I did it.  I did it to serve justice and capture a murderous cannibal.
 
Angela:  That’ll impress the hot currier.
 
Hodgins:  I am back in the game.
 
[Cut to:  Bones, Booth, and the Sheriff still walking through the woods.]
 
Sheriff: No way you catch Sherman in the woods.  He’s a park ranger and an Indian.
 
Booth: (sees Sherman sitting on a rock) He’s right there.
 
Sheriff: Oh, he’s doing some kind of Indian ritual.
 
Booth:  He’s waiting for us.
 
(Bones cell phone rings.  It’s Hodgins and Zach on the other end on speaker phone.)
 
Bones:  Brennan.
 
Zach:  The meat samples you sent us were all Ursus Americanus.
 
Bones:  Black bear?
 
Sherman: (to Booth) I didn’t kill no one.
 
Booth:  Why’d you run?
 
Sherman:  You’re FBI.  Did you ever hear of Leonard Peltier?, Pine Ridge? , Wounded knee? (he stands up)
 
Booth: Oh.
 
Sherman:  Indians and FBI don’t mix.
 
Bones:  (she holds the phone down at her side.) He ran because he’s the poacher.
 
Sheriff: You’re the poacher?
 
Bones: Yeah, the meat we found in his freezer was black bear.
 
Booth: (to Sheriff) No wonder you never caught him.
 
Sherman:  I want a lawyer.
 
(Hodgins speaks loudly over phone and Bones puts it back up to her ear.)
 
Hodgins:  You should be on the look out for a patch of woods that’s infested with Dendroctonous brevicomis lacont.
 
Bones: (to Booth) Alright, Hodgins says that the bear dug up the arm in a stand of western pine beetle infested Douglas fir.
 
(The Sheriff puts handcuffs on Sherman.)
 
Sherman:  Say you did catch a poacher. Say it was an Indian who shouldn’t have to follow white mans law anyway.
 
Booth:  Not even a park ranger?
 
Sherman:  Say he could show you a stand of trees like that.  Would you maybe let that Indian go?
 
Hodgins: (on phone) The saw is 300 millimeter with 32 offset teeth per inch with a wobble factor of one one hundredth of an inch.
 
Bones:(on phone) That’s a common hack saw.  That won’t help us much.
 
Zach: Dr. Brennan, I was just wondering if you were going to send us anymore samples?
 
Hodgins: Yeah,uh, even more of the same samples in case we want to double check the data?
 
Bones: Okay, I’ll let you know. (She hangs up her phone.)
 
Zach:  Do you think she’ll send more?
 
Hodgins: God in Heaven, I hope so.
 
(Sherman is leading the Sheriff, Booth, and Bones to the trees they are looking for.)
 
Sheriff: Japanese right? They pay a fortune for that bear meat.  They take the gall bladders to fix up their pecker troubles.
 
Booth:  Would have gotten away with it if you hadn’t kept the meat in the freezer.
 
Sherman:  I’m not admitting nothing.
 
Bones:  He couldn’t bring himself to waste the meat.
 
Sherman: (stops) This patch of trees is all infested with beetles.  According to the GPS the bear was here seven days ago.
 
(Booth goes off to look around the area.)
 
Bones:  It fits the timeline for the arm.
 
Sheriff:  What are we looking for?
 
Bones:  I’m guessing we’re looking for a shallow grave that’s been disrupted by a hungry bear.
 
(Booth stops takes off his sunglasses and looks at the ground.)
 
Booth: Or maybe some kind of Satanic Stonehenge circle.
 
(The camera pans back and we see white stones on the ground in a circle with spokes like the wheel of a wagon made out of white rocks too.  Bones runs over to it with her bag and takes her camera out. She starts snapping pictures.)
 
Sheriff:  We see this kind of thing all the time. Kids come up here, get baked, do their own version of the Blair Witch Project.
 
Bones:  I don’t know what that means?
 
Booth:  It’s a horror movie, Bones.  Didn’t make any sense.
 
Sheriff:  It was scary though with the bloody handprints.
 
Bones: (dials phone) Ang, I’m going to beam you some stills of what looks like a ritualistic Indian site,  a medicine wheel of some kind.
 
Booth: (to Sherman) This thing legit?
 
Sherman:  What am I, a shaman?
 
Bones: Dr. Goodman is an expert in Native American Anthropology.  He should be able to tell you what it means.
 
Sheriff: Indian symbols on the inside, Sherman you’re looking guiltier by the minute.
 
Sherman:  Oh, shut up Chris. You know better then that.
 
Sheriff: Hey, you’re a poacher man. I sure as hell didn’t see that coming either.
 
(Bones walks off from the circle a little ways and Booth goes over to her.)
 
Booth: You got something?
 
Bones: Waxy leaves, it means methane gas is leeching from the soil.
 
Booth: You mean like a body?
 
(The Sheriff and Sherman come over to look. Bones pushes some pine needles away and sees Adams body without the arm underneath.)
 
Sherman:  That’s Adam Langer.
 
(Bones removes more pine needles and sees another body.)
 
Bones: Uh, there’s a woman here too.
 
Booth:  Probably Anne Noyes, the hiker.
 
(Bones notices blood on the front of the woman’s shirt and reaches in her chest.)
 
Bones: (to Booth) And she’s missing her heart.
 
[Cut to: Lab. Dr. Goodman and Angela are looking at the screen with the medicine wheel made out of stones on it.]
 
Dr. Goodman: It’s a perversion of Salish medicine wheel. This is the spirit chief, chi che hume met chu.  The southern most stone should represent strength.  The center of the wheel should represent life force.  (sighs) but  this is upside down and inside out.
 
Angela: We’re dealing with a cannibal.
 
Dr. Goodman:  I suppose you could interpret this as a way of taking energy from someone by eating their flesh. Zoom in. (points to a stone at the center.) There, this is the symbol for strength the arm.  (points to another stone at the top of a spoke.) This one is for spirit, the heart.  This one for knowledge and this is for courage.
 
Angela:  So we’re looking for maybe a scarecrow, tin man, or a lion?
 
Dr, Goodman:  You say two bodies were found?
 
Angela: (Zooms out and points to another area of the picture) Over here, they were dug up by a bear.  One showing signs that his arms was eaten by the cannibal the other missing her heart.
 
Dr. Goodman:  There should be two more bodies to complete the ritual.
 
Angela:  They checked the site.  There were only these two.
 
Dr. Goodman:  If I’ve analyzed this correctly it means there will be two more victims.
 
[Cut to: Coroner’s office in Aurora. Dr. Rigby and Bones are there. The two victims lie on metal tables.]
 
Dr. Rigby: Both victims were killed by gunshots to the head.
 
Bones: (talking into recorder.)  These stalite patterns (points to wound in head of guy) at the entry wounds indicate a low caliber hand gun at close range.
 
Dr. Rigby:  That’s remarkable.
 
Bones: Not really.  Based on attapushphere formation I’m estimating the female has been dead for about…
 
Dr. Rigby:  A week?
 
Bones: Very good.
 
(Bones walks over to the female body.)
 
Dr. Rigby:  Well her clothing matches that of Anne Noyes and the male is Adam Langer.
 
Bones:  My people at the Jeffersonian tell me that the medicine wheel suggests a perversion of an old healing ritual.  The cannibal may have eaten the arm for strength and the heart for spirit.
 
Dr. Rigby:  Well that makes sense from a certain point of view.  Do they think that it’s an Indian?
 
Bones: No way to tell.
 
Dr. Rigby: Look, I’m no policeman but it doesn’t make sense that Sherman Rivers would lead you straight to the evidence that proves he’s a murderer and a cannibal.
 
[Cut to: outside of the room Bones is in.  Booth and the Sheriff talk to Sherman in the hallway.]
 
Sherman:  Adam was a good guy.  He wanted to be a park ranger. I was a, what do you call it?
 
Sheriff:  His mentor?
 
Sherman:  That’s right, his mentor, taking him out with me on my rounds showing him the ropes of the job.
 
Booth:  Well maybe Adam found out you were poaching so you made sure he wouldn’t talk.
 
Sherman: Yeah so I ate his arm and ate some woman’s heart for dessert because that’s the type of guy I am.
 
Booth: Well he fits the description of someone that’s missing an arm. Why didn’t you say anything?
 
Sherman: Somebody says maybe they are going to come and visit, maybe they do, maybe they don’t maybe they go see their climbing buddy instead?
 
Sheriff:  Charlie?
 
Booth:  The overnight guy?
 
Sherman:  Maybe sometimes they go visit a girl?
 
Sheriff:  What girl?
 
Sherman:  I’m not comfortable saying.
 
Booth: Well maybe what with the murders and cannibalism you get past that discomfort. Hmm?
 
Sherman:  Adam had a thing with the vet lady so did his buddy Charlie. You know how jealous white people can be.
 
Sheriff:  Um, in the interest of full disclosure I gotta say I see Denise from time to time too.
 
(Sherman laughs.)
 
Sheriff:  What? You find that funny?
 
(The door opens next to Booth and Bones comes out holding her phone.)
 
Bones: You know the apple we found in Sherman’s cabin?
 
Booth:  You get a mold?
 
Bones: (Has the phone on speaker) Zach?
 
Zach: Yeah, the mold from the apple does not match the teeth marks on the bone.
 
Sherman: So what does that mean?
 
Bones:  It means that you aren’t the cannibal.
 
Sherman: (Sheriff unhand cuffs him) I already knew that.
 
Booth:  The point was to convince us.
 
Sheriff:  What do we do now?  Check everybody’s teeth in town?
 
Booth: Not everybody.
 
{Cut to: Bar.  Bones is standing next to Denise the vet. Booth is standing on the other side of Denise.]
 
Denise: We consume and we are consumed.  We are consumed by greed, by ambition, lust, jealousy.
 
Booth: Dr. Randall if you could just…
 
Denise: I mean even just regular love is a form of cannibalism.
 
Bones:  (points to mold on table) Could you just put the dental medium between your teeth…
 
Denise: (holds mold in her hand) I mean the whole perfect idea of love is that two people become one. Now that’s a kind of consumption.
 
Bones:  We’re talking about something a little more literal, Dr. Randall. (to Booth)We need her to bite it. 
 
Booth: Why didn’t you report him missing?
 
Denise:  Because I would have had to admit that he and I were lovers.
 
Bones:  Why not admit it?
 
Denise: Because it would of made another guy angry.
 
Booth:  What other guy?
 
Denise: Charlie and Sheriff Scott and Andrew Rigby and maybe a couple of others…I don’t know.  Well, there’s not a lot to do in a place like Aurora so what you do you do a lot.
 
Booth:  Dr. Randall, if you...can you just bite these?
 
Denise:  And if I were your cannibal would I have pointed out that there were human bones in the bear after the autopsy?
 
Bones: An autopsy on an animal is called a necropsy.
 
Denise: Yeah, there’s a reason I get all the guys and you don’t. (She bites down on the mold.) Let me tell ya if I ate Adam there wouldn’t be anything left.
 
[Cut to: Lab.  Angela and Zach are looking at close up of bones on a computer screen.]
 
Zach: (points to marks on bones.) Here and here.  These look like tooth marks again.
 
Angela: Okay?
 
Zach: But they’re too regular.  They are exactly two point four millimeters apart.  Teeth aren’t that exact.  It has to be some kind of machine.
 
Angela:  She was eaten by a machine?
 
Zach:  I don’t know.
 
[Cut to: bar at night.  Bones and Booth are walking out.]
 
Booth:  We’ve got a love triangle, quadrangle, octangle, whatever jealousy always a good motive.
 
Bones:  For murdering Adam Langer maybe but Anne Noyes and the cannibalism? No, we are looking for someone who is clinically insane.
 
Booth:  The whole rant thing the vet lady had about people consuming each other that was wacky.
 
Bones: Yeah but kinda true don’t you think?
 
(Bones cell phone rings and she answers it.)
 
Bones: Hey Angela.
 
Angela:  Sweetie, Zach wants to beam you something.
 
Bones: Okay, hold on a second. (She puts her bag on a garbage can and grabs her laptop.)
 
Angela:  Just see if you can tell what it is but if you’re in a public place you might want to cover your screen.
 
(Booth looks at her computer with her.)
 
Bones: What am I looking at?
 
Zach: Indentations on Anne Noyes sternum.
 
Bones: Magnification?
 
Zach: forty.
 
Bones: I can’t believe both Dr. Rigby and I missed these.  Good job.
 
Booth:  What are they?
 
Bones: How far apart are these indentations?
 
Angela: Two point four millimeters.
 
Bones: (to Booth) Okay, these marks (points to screen) and the splitting of the bone here were made by a sternum spreader.
 
Booth:  There is no record of Anne Noyes having  heart surgery.
 
Bones: Rigby didn’t miss it.
 
(She slams her laptop down.)
 
[Cut to: Bones and Booth walking slowly down a hallway in the coroners’ office.]
 
Bones: Moments like this are why I need a gun.
 
(Booth sighs and takes a gun out of his pant leg.)
 
Bones:  Where else do you keep them? (takes gun) Thank you.
 
Booth:  That is for self defense so you don’t just go blasting away in there.
 
Bones:  What if I have to shoot?  What part of his body should I hit?
 
(Booth peaks in a door then opens it and goes in.)
 
Booth:  The part that isn’t me. Just stay back.
 
(Bones gets ahead of him.)
 
Bones: (notices the empty metal tables.) The bodies are gone.
 
Booth:  What’s he gonna do take them into the woods for a late night snack?
 
Bones: If I were him I would destroy the evidence.
 
(Dr. Rigby has the bodies on the tables getting ready to push them into a cremation furnace. Booth and Bones go in the room and Booth aims his gun at him.)
 
Booth:  Step away from the incinerator, Dr. Rigby.
 
(Bones steps over towards the wall and flips the incinerator switch off then points her gun at him too.)
 
Dr. Rigby:  You don’t understand it’s a spiritual right to share the life force…
 
Booth: Look, you’re nuts okay we get it.  We don’t need to hear the rambling psycho speech on why you did it.
 
Dr. Rigby: You’re an anthropologist. (he steps towards Bones and then by her to the body)You know that ancient civilizations would sacrifice some in order to preserve the strength…
 
(Bones hits him from behind in the head with a bed pan.  He goes down on the floor.)
 
Booth:  What’d you do that for?
 
Bones: Nobody wants to hear that rambling psycho speech.
 
Booth:  A bedpan? Hmm.
 
(Bones throws the bedpan on the floor.)
 
[Cut to: Lab lobby.  Zach and Hodgins are dressed up waiting for the currier.]
 
Zach: Why do we have to face her together?
 
Hodgins: You want this settled or what?
 
Zach: I would definitely like this settled.
 
(Angela comes walking up to them.)
 
Hodgins:  What are you doing here?
 
Angela:  Are you kidding? It’s like watching the clash of the horny titans.
 
Woman:  Who’d like to sign for this?
 
Hodgins:  Who wouldn’t want to sign for it?
 
Woman:  So the idea is whoever signs for this…
 
Zach:  Yes, the act of signing is an analog for choos…
 
Hodgins:  She gets it.
 
(The currier goes up to Hodgins and looks him over then to Zach and does the same.  She then looks at Angela who looks a little surprised.)
 
Angela: Oh?
 
(The currier hands her the thing to sign.)
 
Angela: Oh? oh, (laughs and signs) That is really sweet.  Thank you.
 
(She hands the electronic gadget back over to the currier.  The currier leaves and Angela fans herself with the large envelope.)
 
Hodgins:  That is so hot.
 
Zach:  Why? Why is that hot? It would be hotter if she chosen me.
 
Hodgins: No, this is definitely hotter. Phew.
 
[Cut to: A more upscale bar in Aurora. Booth and Bones are sitting at the bar area eating.]
 
Bones:  And to think I didn’t want to come here with you.  I mean this was a fascinating case. You don’t often find ritual cannibalism practice so close to home.
 
Booth:  Which I find a plus.
 
Bones:  There are always those individuals within a species who are driven to break the most basic taboos. I mean Rigby actually ate human flesh.
 
Booth:  Bones I just got my steak and eggs.
 
Bones:  Rigby has a prion disease which means he’s been a cannibal for quite some time.  Do you realize when we go to trial he could use the insanity defense?
 
Booth:  The guy is nuts.
 
Bones: Yes, but is it nuts because he got a brain disease from eating human flesh or was he already nuts the first time he ate flesh or did he just lick his fingers after surgery?
 
(Booth drops his fork on his plate and picks up his mug.)
 
Booth:  I should just become a vegetarian.
 
Bones: Or as an alternative just don’t eat people.  You know I’m going come back up here this winter.  Charlie says the skiing is great.
 
Booth: Oh, it’s Charlie?
 
Bones: Yeah the overnight guy.
 
Booth: (laughs) Yeah I know who he is.
 
Bones:  I bet he’s a great skier.  His hips and thighs are perfectly developed for strength and maneuverability.
 
Booth:  (drops his fork) That’s it I’m done.
 
Bones:  What? No good?  You want some corn flakes? (she holds some up on her spoon for him) Want some?
 
Booth: No.
 
Fade to Black.




Source: www.twiztv.com

Kikavu ?

Au total, 168 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Neelah 
19.02.2021 vers 18h

densi76 
28.12.2020 vers 14h

Collen08 
13.12.2020 vers 10h

Beranne 
26.08.2020 vers 17h

melanie91 
03.07.2020 vers 18h

MikeBallin 
16.06.2020 vers 03h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bones459 
coldu93 
Minamous 
serieserie 
Ne manque pas...

Le nouveau numéro d'HypnoMag est disponible en ligne. Bonne lecture !
HypnoMag | Lire ce numéro

Activité récente

Suite de mots
Aujourd'hui à 18:05

Pendu
Aujourd'hui à 16:18

447 votes [PDM]
Aujourd'hui à 16:16

Saison 10
09.04.2021

Calendriers
30.04.2021

Obsession
07.04.2021

Actualités
Calendrier du mois

Calendrier du mois
Pour mai, c'est avec Booth, Brennan et Zack que nous serons! >>Le calendrier...

Emily Deschanel sera dans The Rookie!

Emily Deschanel sera dans The Rookie!
Emily Deschanel rejoint le casting de la série The Rookie sur ABC. Elle sera présente lors de...

Calendrier du mois!

Calendrier du mois!
Pour avril, c'est avec Booth et Brennan que nous serons! >>Le calendrier...

Une HypnoCard Booth et Brennan pour célébrer leur 3è place!

Une HypnoCard Booth et Brennan pour célébrer leur 3è place!
L'HypnoCup vient de se terminer sur la citadelle! L'HypnoBoutique a décidé de célébrer les 3 couples...

HypnoCup 2021 - Booth et Brennan tentent la 3ème place!

HypnoCup 2021 - Booth et Brennan tentent la 3ème place!
L'HypnoCup 2021 continuent aujourd'hui sur la citadelle! Cette année, ce sont 512 couples qui...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

SeySey, Avant-hier à 15:59

Bonjour ! Nouveau design sur le quartier Sex Education et nouveaux romans dans la bibliothque de Maeve

Luna25, Hier à 18:02

Bonjour ! Nouveau mois sur le quartier Reign

Luna25, Hier à 18:02

et nouveau design sur le quartier Legends of tomorrow avec l'arrivée de la nouvelle saison

ShanInXYZ, Aujourd'hui à 00:43

On continue le Voyage au centre du Tardis et on attends vos photos du Maître, où ça ? chez Doctor Who

Locksley, Aujourd'hui à 11:24

Nouvelles HypnoCards en rayon ! Bonne collection et bon WE !

Viens chatter !