VOTE | 477 fans
Rejoins notre web-communauté pour une expérience sans pubs ! C'est fun et gratuit ;-) Inscription

#105 : Innocence Perdue

Le corps d'un jeune enfant est retrouvé. Il s'agit de Charlie Sanders et d'après Brennan il est âgé de 6 à 10 ans et a été sexuellement abusé. Brennan et Booth mènent l'enquête ...

Popularité


4.56 - 16 votes

Titre VO
A Boy In a Bush

Titre VF
Innocence Perdue

Première diffusion
08.11.2005

Première diffusion en France
26.01.2007

Photos promo

Temperance Brennan (Emily Deschanel) et Seeley Booth (David Boreanaz)

Temperance Brennan (Emily Deschanel) et Seeley Booth (David Boreanaz)

Seeley Booth (David Boreanaz)

Seeley Booth (David Boreanaz)

Zack Addy (Eric Millegan) et Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Zack Addy (Eric Millegan) et Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Seeley Booth (David Boreanaz) et Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Seeley Booth (David Boreanaz) et Temperance Brennan (Emily Deschanel)

Temperance Brennan (Emily Deschanel) et le jeune garçon

Temperance Brennan (Emily Deschanel) et le jeune garçon

Diffusions

Logo de la chaîne W9

France (redif)
Mardi 06.09.2016 à 23:35

Logo de la chaîne M6

France (inédit)
Vendredi 26.01.2007 à 21:35
4.40m

Logo de la chaîne FOX

Etats-Unis (inédit)
Mardi 08.11.2005 à 21:00
8.90m

Plus de détails

RéalisateurJesús Salvador Treviño

Scénaristes : Greg Ball & Steve Blackman

Guest : Paul Butcher, Avan Elligson, Natacha Roi, Michelle Anne Johnson, Paul Parducci, Kathleen M. Darcy 

Le Docteur Temperance Brennan donne une conférence devant un groupe d’étudiants en anthropologie, plus intéressés par ses romans que par la conférence d’elle-même.

Booth les interrompt, il a besoin de Brennan pour une affaire : un garçon de 6 ans, Charlie Sanders a disparu près d’un centre commercial et des ossements ont été découverts dans un champ non loin par une personne qui a passé un coup de fil anonyme.

Booth a besoin de l’aide de Brennan pour localiser les restes humains et déterminer ensuite s’il s’agit bien du garçon de six ans.

Booth, Brennan, Zack et une armée de chercheurs se rendent dans le champ. Grâce à une imagerie thermique, Zack trouve une petite cage thoracique décomposée fourmillant d’insectes. Ils pensent avoir trouvé Charlie.

L’enquête semble délicate, chacun se sent mal à l’aise devant le squelette de l’enfant.

Brennan et Zack examinent le corps et donnent à la victime un âge approximatif de 6 à 10 ans.

Zack indique que la victime est morte des suites d’un coup provenant d’un objet pointu et Hodgins, grâce aux insectes détermine que la victime n’est morte que depuis 36 à 48 heures.

Brennan fait remarquer que les vêtements de la victime sont en parfait état, ce qui indique que la victime ne les portait pas au moment du meurtre donc l’enfant a été agressé sexuellement avant.

Angela bien que très émotive face à la situation élabore un portrait de la victime. Il n’y a plus aucun doute c’est bien Charlie Sanders.

 

Booth rend visite à la mère de Charlie, Margaret Sanders. Sa voisine Ellie Nelson, est venue la soutenir. Booth apprend que Margaret à deux autres fils adoptifs, Shawn et David Cook. Charlie était son seul enfant biologique Margaret confirme que le jour où Charlie a disparu il est allé au parc avec ses frères.

A ce moment arrivent le fils d’Elie Skyler avec Shawn et David. Maragaret leur présente l’agent du FBI, Booth, venu tenter de découvrir ce qui est arrivé à Charlie. Pour les mettre en confiance, Booth leur propose de les aider à réparer leur jeu vidéo qui est en panne, il en profite pour poser des questions aux enfants, il apprend que Charlie n’a pas disparu du parc mais du centre commercial car David y était parti rejoindre sa petite amie.

 

Au Jefferson, Goodman réunit Brennan, Angela, Hodgins et Zack pour les informer qu’ils sont invités et dans l’obligation de se rendre à un banquet  que le Jefferson tient pour remercier ses patrons. Personne ne veut y aller mais Goodman leur fait du chantage et ils cèdent, excepté Hodgins qui refuse catégoriquement d’y aller.

 

Zack a du mal à travailler avec des restes humains si petits. Brennan lui dit que ce n’est jamais facile avec des enfants mais le prévient qu’il ne s’habituera jamais. Elle lui conseille de refouler ses émotions et de ne pas se référer à la victime en l’appelant par son prénom pour mener au mieux son travail.

Zack essaie la méthode de Brennan et parvint à se concentrer assez pour constater des fractures incomplètes sur les côtes 4, 5, 6 et 7, il se rend compte que le sternum est brisé transversalement. Il pense que la victime a été frappée au torse par un objet pointu. Brennan demande à Zack de sentir la bouche de la victime voire s’il détecte quelque chose d’autre que l’odeur normale de la décomposition. Zack décèle une odeur chimique comme du chloroforme. Brennan lui demande de faire des prélèvements complémentaires sur sa bouche, joue, sinus et sur le reste d’œsophage.

Angela tente de découvrir pourquoi Hodgins claque un élastique en caoutchouc sur son poignet dés qu’il est en colère. Hodgins lui explique que c’est une technique pour lui de maitriser sa colère. Mais il refuse de lui dire la raison de son entêtement à ne pas se rendre au banquet.

Il poursuit ses investigations sur l’enquête et après avoir effectué des tests sur la mâchoire de Charlie, il conclut que les formes résiduelles bleuâtres sur les dents de Charlie est de l’halogène.

 

Booth réunit Brennan et Angela pour examiner les bandes vidéos du centre commercial. Ils repèrent David, Charlie et une autre personne pouvant être le kidnappeur mais celui-ci à le visage caché derrière une banderole et même avec un zoom, il n’est pas identifiable.

 

Angela est assise sur un banc dans l’institut, songeuse… Brennan la rejoint et demande si elle songe à quitter l’institut. Angela lui confit que ce travail est difficile pour elle, que ce n’est pas à ça qu’elle songeait comme carrière, elle est une artiste qui avant dessiné des hommes nus, et maintenant des hommes morts ! Elle avoue à Brennan que la raison pour laquelle elle est restée si longtemps jusque là, est son amitié avec Brennan. Brennan comprend que pour Angéla c’est difficile, là où elle ne voit que les os, Angela voit leur visage. Angela ne sait pas quoi faire. Brennan lui demande de ne pas prendre de décision sans lui en parler.

 

Zack en examinant les os a trouvé des anormalités sur les os. Brennan lui demande de chercher une hyposphatémie qui est une maladie génétique qui se transmet de la mère à l’enfant, celle-ci est confirmée. Brennan en conclut que Margaret Sanders n’est pas la mère biologique de l’enfant.

 

Booth et Brennan confronte Margaret avec cette information, elle finit par avouer qu’elle n’est pas la mère biologique certes mais qu’elle aimait Charlie comme son propre enfant jamais elle n’aurait pu enlever et tuer Charlie. Elle leur apprend que la mère biologique était une toxicomane qui est morte d’une overdose. En voyant cela, elle a prit Charlie pour le sauver du système d’adoption.

Brennan en veut à Booth d’avoir arrêté Margaret  pour kidnapping mais Booth lui dit qu’il n’avait pas le choix. Elle lui dit que l’état du système est déplorable, elle veut que Booth libère Margaret pour que elle Shawn et David forment une famille mais Booth dit qu’il ne peut pas.

Angela en présence de Zack continue de travailler sur les vidéos pour essayer d’isoler l’image du kidnappeur. Angela pose des questions à Zack pour essayer de comprendre pourquoi Hodgins refuse d’aller à ce banquet. Zack qui vit au dessus du garage de Hodgins lui dit qu’il n’a jamais été dans la maison « de maître » mais avec la description de l’endroit que fait Zack cela ressemble à une propriété : Hodgins serait riche. Booth arrive pour savoir s'ils ont trouvé quelque chose, mais ils reparlent de Hodgins, Booth pense alors que c’est surement un des Hodgins de la famille du grand groupe industriel Hodgins qui possède le groupe Cantilever. Ce groupe est le plus grand donateur de l’institut Jefferson. Angela comprend la raison pour laquelle Hodgins est réfractaire à se rendre à ce banquet.

 

Tout en essayant de trouver des idées pour un nouveau roman, elle écoute Hodgins : il a identifié le produit chimique dans la bouche de Charlie comme étant une concentration très élevée de fluor. Elle lui demande de creuser plus.

 

Angela est parvenue à isoler un reflet du ravisseur de Charlie. Ils sont surpris de voir que le visage est celui de son frère Shawn Cook.

 

Booth essaie d’interroger Shawn mais le petit se replie sur lui. Booth essaie de le mettre en confiance en lui parlant de son frère Jared et lui. Il lui montre une cicatrice qu’il s’est fait en jouant avec. Shawn lui montre que lui aussi à une cicatrice, une brulure de cigarette faite par son père avant qu’il ne soit recueillie par Margaret. Le petit ne dit rien, il ne veut qu’une chose ; voir Margaret et retourner chez elle.

Angela confronte Hodgins, elle sait qu’il est riche. Jack lui demande qui est au courant. Il apprend que Zack et Booth savent. Hodgins ne veut pas que Brennan sache. Il ne veut pas se considérer comme le patron, il veut juste continuer à faire son travail de botaniste qui le passionne et demande de respecter cela car si des riches amis le reconnaissaient au banquet sa vie au Jefferson serait changée et il ne le veut surtout pas.

 

Brennan continue d’examiner le squelette. Elle découvre que la blessure sur le corps de Charlie n’a pas été causée par un coup mais par une compression du sternum seulement Shawn n’est pas assez lourd pour être le tueur. Elle et Booth font appellent à Angela pour entrer des scénarios dans l’ordinateur. Avec ce scénario, ils en concluent que l’assassin de Charlie est un homme adulte pesant un peu plus de 86 kilos.

 

Brennan veut parler à Shawn elle sait qu’elle sera trouver les mots pour le faire parler. Malgré ses réticences Booth finit par accepter. Brennan évoque à Charlie son expérience personnelle dans le système d’adoption. Le petit garçon finit au bout d’un moment par se confier à elle, il s’effondre dans les bras de Brennan et lui murmure à l’oreille le nom de l’assassin de Charlie.

 

Booth accompagné de Brennan se rendent chez les Nelson (les voisins de Margaret). Booth arrête Mr Nelson pour le viol et le meurtre de Charlie.

Margaret est libérée et récupère Shawn et David.

Booth vient au bureau de Brennan pour l’informer qu’ils ont confondus Mr Nelson. L’insecticide qu’il utilisé pour les termites a exactement la même concentration en fluor. Il a tout avouer.

 

Booth dit qu’il est désolé car il sait que cette affaire et l’histoire du système d’adoption a affecté Brennan. Elle lui dit qu’elle aussi était dans ce système jusqu'à ce que son grand-père l’en sorte. Mais elle ne veut pas s’étendre sur le sujet pour le moment.

L’équipe est réunit en tenue de soirée pour le banquet sauf Hodgins. Goodman les informe qu’ils devront parler de leur travail au sein de l’institut. Angela confie que pour elle son travail est de dessiner des maques mortuaires. Goodman sait trouver les mots pour rassurer Angela et faire une description très humaine de son métier ce qui émeut Angela.

Booth arrive à la rescousse d’Hodgins et prétexte qu’il a besoin de lui pour une analyse dans une affaire. Goodman excuse donc Hodgins il n’est pas obligé d’aller à ce banquet.

 

Booth est troublé par Brennan en robe de soirée. Brennan en profite pour remercier Booth, elle savait qu’il allait tenir sa promesse et que Shawn et David retourneraient chez Margaret pour qu’ils forment à nouveau une vraie famille.

 

 

EPISODE 6 – INNOCENCE PERDUE

[ Bones se tient sur une estrade et donne un cours à des étudiants dans un amphithéâtre. Des slides défilent sur un écran derrière elle. ]

Bones : Dès 1938, le directeur du F.B.I., J. Edgar Hoover, a contacté celui qui était alors le conservateur de l’Institut Jefferson (elle change le slide) Pr Daniel Payne, pour lui demander son aide dans l’identification d’ossements qui semblaient être humains. Et voici ce qui en résulta (elle change à nouveau  le slide et on découvre la photo d’un singe. Les étudiants rient). Malgré ce désaccord, le F.B.I. et l’Institut Jefferson ont alors débuté une collaboration qui survit encore aujourd’hui. Merci.

L’audience applaudit et l’écran redevient noir. Le Dr Goodman monte à son tour sur l’estrade et s’approche du micro.

Dr Goodman : Merci, Dr Brennan. Y a-t-il des questions ?

Une jeune fille lève la main et se lève.

Dr Goodman : Oui ?

L’étudiante : Combien avez-vous gagné avec la publication de votre livre ?

Bones s’approche rapidement du micro.

Bones : Je ne sais pas exactement. J’ai un comptable et un agent.

Dr Goodman : Ce n’est pas tout à fait le genre de question que l’on attend de la part d’un étudiant en anthropologie.

Un jeune homme se lève à son tour.

Dr Goodman : Oui ?

L’étudiant : Est-ce que vous aviez déjà un agent avant ou c’est seulement depuis la publication de votre livre ?

Dr Goodman : Jeunes gens. Le Dr Brennan est une anthropologue accomplie qui écrit des livres durant son temps libre.

Booth est dans l’amphithéâtre et se lève.

Booth : J’ai une question concernant le rôle du F.B.I. dans votre livre. De qui vous êtes-vous inspirée pour créer le personnage du brillant agent Andy Lister ?

Dr Goodman : Dites-moi que je rêve.

Booth : Parce qu’honnêtement, je suis convaincu qu’il s’agit de moi.

Bones : Qu’est-ce que vous faites ici, Booth ?

[  Nouvelle scène : Booth et Bones sortent du bâtiment, il fait nuit. ]

Booth : La police locale a reçu un appel anonyme qui leur disait avoir vu des ossements humains sur un terrain vague derrière un centre commercial, en banlieue.

Bones : J’ai réalisé une étude sur les banlieues quand j’étais étudiante en anthropologie, c’est une micro société utopique qui possède ses propres codes de valeur et de conduite. C’est fascinant.

Booth : Fascinant envers qui ?

Bones : Pour qui.

Booth : Pour qui.

Ils approchent de la nouvelle voiture de Bones. C’est une sportive clinquante et hors de prix. Bones en ouvre le toit à distance grâce à une télécommande.

Booth (il rit) : Vous vous moquez de moi !

Bones : Quoi ? Mon éditeur me l’a offerte.

Booth : Vous l’a offerte ?

Bones : Les ventes de mon livre sont plutôt bonnes. C’est une très belle voiture.

Booth : OK, et pourquoi vous êtes garée de travers ?

Bones : Et bien, on m’a dit de toujours me garer de cette manière.

Booth (il secoue la tête) : Et bien on a tord. Vous passez pour une idiote.

Bones : Et si je conduisais pour une fois ?

 Booth : Non, je ne peux pas arriver sur une scène de crime dans un engin pareil.

Bones : Pourquoi ?

Booth : Parce que ça nuirait au sérieux de mon image d’agent du F.B.I., surtout si vous vous garez de travers.

Bones : Pourquoi le F.B.I. est-il impliqué dans la découverte d’ossements humains derrière un centre commercial de banlieue ?

Booth (il sort une photo de sa poche et le lui tend) : Parce que cet enfant est porté disparu.

Bones : Oh, un enfant.

Booth : Ouais.

[ Nouvelle scène : Près du centre commercial, en pleine nuit. Il y a beaucoup d’agents de police et de véhicules dont les lumières sont allumées. Le véhicule de l’Institut Jefferson est également là. Bones et Booth marchent avec le Capitaine Kyle Henning vers la zone de recherches. Zach les rejoint. ]

Capitaine Henning : Nous avons reçu l’appel anonyme il y a deux heures environ, nous n’avons encore rien trouvé pour l’instant.

Booth : Il s’agissait  peut-être d’un canular ?

Le Capitaine Henning leur fait écouter l’appel qui a été enregistré. Il s’agit de la voix d’une adolescente apparemment.

La vois est frénétique : «  Vous devez venir tout de suite. Il y a le corps d’un  enfant ici, c’est comme s’il avait été brûlé. Il est dans un champ derrière le centre commercial de Clayton Hills. Vous devez venir. »

Le Capitaine arrête l’enregistrement et se tourne vers eux.

Booth : Ca sonne vrai.

Bones : Pourquoi un appel anonyme ?

Le Capitaine : Les jeunes viennent ici pour faire la fête, des idioties.

Bones : Les adolescents et pré-adolescents essaient de créer leur propre univers, afin d’évoluer comme ils le souhaitent et aller à l’encontre de l’influence parentale.

Le Capitaine (à Bones) : Puis-je me permettre une remarque ?

Bones : Oui, bien sûr.

Le Capitaine : Dans votre livre, les policiers semblent être unidimensionnels. Pourquoi ?

Bones : Vous voulez dire bidimensionnels.

Zach : L’unidimensionnalité n’existe qu’en théorie, c’est une valeur mathématique.

Le Capitaine : OK. Je suis impatient de lire votre prochain livre.

Le Capitaine s’en va. Bones s’adresse à Zach.

Bones : As-tu apporté la caméra thermique ?

Zach : Je ne pense pas que ce soit nécessaire.

Bones le soutient du regard.

Zach : Je ressemble à  un monstre avec cet accoutrement.

Bones : Bien, je ne sais pas ce que ça veut dire mais nous avons besoin de cette caméra, Zach.

Zach pose sa valise, énervé.

[Nouvelle scène : On observe la scène telle que Zach la voit avec la caméra thermique. Il regarde Booth qui apparait en image colorée de rouge, orange et vert. ]

Booth (à Zach) : Alors, comment ça va, ? (il rit ) Tout va bien Dark Vador ? (Bones apparait dans le champ de vision de Zach à côté de Booth) Dites-moi que vous avez vu au moins un des films de Star Wars ?

Bones : Oui quand j’avais sept ans, et laissez Zach travailler en paix.

Zach : Est-ce qu’on peut faire vite ? J’étouffe là-dedans. Je devrais pouvoir repérer toute source de chaleur émanant d’un corps en décomposition.

Il avance sur la zone de recherches et balaie le sol du regard. Booth et Bones le suivent et cherchent eux aussi. Ils trouvent des déchets et des bouteilles brisées.

Booth : Le lieu des réjouissances.

Bones : C’est parce que les banlieues sont tellement homogènes. Les adolescents tentent de se démarquer en agissant de manière inconsidérée.

Booth : Vous pensez qu’agir de manière inconsidérée, ça inclut tuer un enfant de six ans ?

Bones : C’est tout de même extrême. Il s’agit le plus souvent de boire de l’alcool et écouter de la musique insupportable très fort.

Zach : J’ai trouvé quelque chose (au sol, il y a une source de chaleur). Oh mon Dieu.

Booth : Quoi ? Pourquoi vous vous arrêtez ?

Zach enlève son casque et s’approche d’un buisson.

Zach : Eclairez juste ici (il écarte les feuillages)

Bones éclaire, on aperçoit un visage dévoré par des asticots.

GENERIQUE DE DEBUT

[Nouvelle scène : Au labo. Le corps décomposé du jeune garçon est sur une table éclairée. Zach et Bones l’observent. Hodgins est derrière eux et réalise des tests. Angela est sur la plateforme elle aussi, mais assez loin du corps. ]

Bones : Avant de procéder à la macération as-tu des observations, Zach ?

Zach : La fusion épiphysaire nous indique un individu d’environ 6 à 10 ans, mais sa taille nous laisse penser qu’il est plus jeune.

Angela est devant l’écran où apparaît le visage décomposé de la victime. Elle s’en détourne visiblement bouleversée, et soupire profondément.

Bones : Bien, je suis d’accord avec toi. Cause de la mort ?

Zach : Traumatisme sur la cage thoracique.

Bones se dirige vers Angela.                                

Bones : Est-ce que ça va ?

Angela : Il est tellement petit, c’est tout. (Elle commence à dessiner sur son bloc). Retourne à ton travail, ça va aller.

Hodgins : Le restes étaient très endommagés par la présence d’insecte et de petits animaux,  essentiellement des chiens et des rongeurs. Malgré les apparences la victime n’est décédée que depuis 36 à 48 heures.

Bones : Ceci a été découvert à quelques centaines de mètres du corps (elle leur montre une pile de vêtements sur la table.) Nous pouvons constater qu’ils sont en parfait état. Que peut-on en déduire ?

Zach : Que la victime ne les portait pas lorsqu’elle a été tuée.

Bones : Ce qui laisse penser à une agression sexuelle.

Angela (tend son bloc à Bones) : J’ai fini.

Bones (compare le dessin à l’avis de recherche de l’enfant). Je pense que nous avons une correspondance. Les vêtements correspondent également. Il s’agit de Charles Gregory Sanders.

[Nouvelle scène : Chez les Sanders. Booth est assis au salon avec la mère de Gregory et leur voisine. ]

Booth : Au nom du F.B.I. je vous présente toutes nos condoléances, nous sommes sincèrement désolés de la mort de votre fils. J’aurais quelques questions à vous poser, si vous êtes prête pour cela bien sûr. Vous avez 2 autres fils, c’est bien cela ?

La mère : Mes fils adoptifs, mais j’ai toujours fait en sorte de ne pas faire de distinction.

La voisine : Sean et David Cook. Ils sont frères. J’habite juste à côté.

Booth : Charlie était votre fils biologique ?

La mère (elle pleure) : Oui, Charlie était mon fils biologique.

Booth : Et qu’en est-il de Mr Sanders ?

La mère : Nous avons divorcé peu de temps après la naissance de Charlie. Il part à l’étranger pour son travail.

La voisine : Il ne verse même pas de pension alimentaire.

Booth : Puis-je vous demander comment vous pouvez vous permettre de vivre dans ce quartier ?

La mère : Les services sociaux ne permettraient pas à une mère célibataire de garder des enfants si elle travaillait. Je subviens à nos besoins grâce à l’argent d’un fond de pension que mes parents avaient constitué

Booth : Le jour de la disparition de Charlie, vos 3 fils s’étaient rendus au parc ?

La voisine : C’est à deux pâtés de maison. Le quartier est très sûr. Ils ont davantage de chemin à faire pour aller à l’école.

La mère : On veille tous les uns sur les autres par ici. Nous avons de très bons voisins, vous pourrez les interroger.

La porte de la maison s’ouvre et 3 garçons entrent. Sean et Skyler sont les plus grands, ils ont une dizaine d’années. David doit avoir 8 ans.

Skyler : Maman ?

La voisine : C’est mon fils, Skyler.

Skyler : Papa m’a dit de raccompagner les garçons ici.

David : Il n’y a rien à faire ici.

Sean (il acquiesce) : Notre jeu vidéo est cassé.

Booth se lève.

La mère : Sean, David, voici l’agent Booth. Il est chargé de découvrir ce qui est arrivé à Charlie.

David : Et comment allez-vous le découvrir ?

Booth : Eh bien, je suis du F.B.I. On trouve toujours. Les garçons, si votre Maman est d’accord je pourrais peut-être vous aider à réparer votre jeu vidéo ?

[Nouvelle scène : Dans le bureau de Bones. Dr Goodman arrive et tend des invitations à Hodgins, Angela, Zach et Bones qui sont réunis. ]

Dr Goodman : Ce sont des invitations à un banquet.

Bones : Vous nous convoquez en réunion pour nous inviter à une soirée ?

Dr Goosman : Ne le prenez pas pour une invitation mais plutôt pour une obligation. Il est organisé par les donateurs.

Hodgins : Sourire, serrer des mains, caresser dans le sens du poil …

Dr Goodman : Je ne m’en réjouis pas plus que vous, mais ces personnes nous permettent de poursuivre nos recherches et tout ce qu’ils attendent en retour, c’est de pouvoir côtoyer des scientifiques de temps en temps. 

Hodgins : Je ne peux pas venir.

Bones : Moi non plus.

Angela : J’ai un rendez-vous ce soir-là.

Dr Goodman : Vous ne savez même pas quand cela a lieu.

Zach lève la main.

Dr Goodman : Oui, Mr Addy ?

Zach : Il y aura quoi comme nourriture ?

Dr Goodman : Quand j’ai dit qu’il s’agissait davantage d’une obligation que d’une invitation, j’étais bien en-dessous de la réalité. C’est une citation à comparaître devant le grand jury. Si vous ne venez pas, vous en subirez les conséquences.

Bones : Vous n’allez tout de même pas nous virer si on ne vient pas ?

Dr Goodman : Non, je ne vais pas vous virer mais je peux échanger votre place de parking contre une qui serait beaucoup plus proche des ordures.

Hodgins : J’aime l’odeur des ordures.

Bones : Je sais reconnaître quand j’ai perdu. Je serai présente.

Angela : Après tout, ce sera sûrement une fête sympa.

Zach : Est-ce que je devrais porter une cravate ?

Dr Goodman : Smoking obligatoire. J’ai réservé une limousine qui viendra tous nous chercher ici.

Hodgins : Je ne viendrai pas. Je n’ai pas peur de votre place de parking.

Zach : Eh, c’est toi qui m’emmène au travail, ne soit pas si égoïste !

Dr Goodman : Pensez aux répercussions et conséquences, Dr Hodgins. Je suis votre patron, et vous irez à ce banquet.

Dr Goodman quitte le bureau. Hodgins attrape un bracelet en caoutchouc qu’il a au poignet le fait claquer à plusieurs reprises.

[Nouvelle scène : Dans le salon des Sanders. Booth est assis par terre avec le jeu vidéo et les 2 garçons le regardent. ]

David : Vous savez ce que vous faites ?

Booth : Bien sûr, je sais tout réparer. Dites-moi les garçons, vous avez des petites copines ?

David : Moi  oui.

Sean : Elle s’appelle Leelah.

Booth : Leelah.

David : Je pensais que vous alliez nous poser des questions sur Charlie ?

Booth (il bricole toujours le jeu) : Oui, alors dites-moi, lequel de vous veux m’affronter dans un combat ?

Sean : Moi !

Booth commence à jouer et Sean le regarde.

[Nouvelle scène : Au labo. Zach est devant un grand container en métal. Bones entre. ]

Bones : Tu as terminé de nettoyer les os ?

Zach : Oui, j’ai allumé le macérateur.

Bones : Quelque chose ne va pas ?

Zach : Ce sont les plus petits os sur lesquels j’ai jamais travaillé.

Bones : C’est une observation pertinente Zach, mais cela ne nous est d’aucune utilité pour l’enquête.

Zach : Je suis désolé, Dr Brennan.

Bones : J’étais à Waco … J’ai participé à l’identification d’enfants qui  ont péri dans l’incendie, 17 très exactement.

Zach : Vous voulez dire que je vais m’y habituer ?

Bones : Non, tu ne t’y habitueras jamais. Nous sommes des primates, des créatures sociales. Il est inscrit dans notre ADN que nous devons protéger les plus jeunes d’entre nous.

Zach : Alors je me sentirai toujours aussi mal ?

Bones : Ce qui m’aide moi, c’est de refouler toute émotion. Mets ton cœur dans une boîte.

Zach : Je ne suis pas très doué pour les métaphores, Dr Brennan.

Bones : Concentre-toi sur les détails.

Zach : Les détails, ça je peux le faire.

Zack se dirige vers la table où sont installés les ossements.

Zach : Pas de traumatisme crânien. Pas de fractures des membres. Charlie n’a pas été battu à mort ni démembré.

Bones : Il est préférable de ne pas appeler la victime par son prénom.

Zach : Fractures incomplètes des côtes numéro  4,5, 6 et 7. Et on constate une fissure transversale du sternum haut jusqu’à l’appendice exécoïde. 

Bones : D’accord, et qu’est-ce que cela nous indique ?

Zach : Le thorax de la victime a été écrasé par un objet très lourd et contendant.

Bones : Es-tu absolument certain que nous avons appris tout ce que nous pouvions du corps à ce stade de décomposition ?

Zach : J’ai tout repassé en revue par 3 fois.

Bones : Sens la bouche.

Zach se penche et sent la bouche.

Bones : Remarques-tu quelque chose en dehors de l’odeur habituelle de la décomposition ?

Zach : On dirait un produit chimique, du chloroforme ? Quelque chose qui aurait été utilisé pour lui faire perdre connaissance.

Bones : Prélève des échantillons dans la bouche, les mâchoires, les sinus, et ce qu’il reste de l’œsophage. C’est plus difficile avec des enfants, Zach.

Bones s’en va, Zach se tourne vers le corps et l’observe.

 [Nouvelle scène : Devant chez les Sanders. Booth marche dans le jardin avec les garçons et leur mère. ]

Booth : OK, vous m’avez eu.

David : Je parie que vous n’avez pas de petite amie.

La mère : David !

Booth : Ce n’est rien, Madame Sanders. En fait si, j’ai une petite amie.

Sean : Est-ce qu’elle est mignonne ?

Booth : Oh non, elle est affreusement laide. Elle a un œil de verre, et des dents toutes noires.

Booth remet sa veste et les garçons rient.

Booth : Alors, est-ce que Leelah était avec vous le jour de la disparition de Charlie ?

David : Euh … Oui, à vrai dire, on s’est arrêté faire quelques parties de jeux vidéo.

Booth : C’était donc avant que toi et Charlie n’alliez au parc.

La mère : Tu n’es pas allé au centre commercial ce jour-là, David ?

David baisse les yeux, sa mère semble surprise. Elle regarde alors Sean.

La mère : Sean ?

David : Ne demande pas à Sean, Maman.

Booth : Tu avais rendez-vous avec Leelah au centre commercial, n’est-ce pas ? Tu as laissé Charlie avec Sean au parc.

David : Mais seulement quelques minutes, et après ils sont venus au centre commercial. Sean lui a lâché la main juste un instant, et il a disparu.

Booth remarque Skyler et son père, ils chargent un arbuste à l’arrière de leur camionnette. Skyler regarde Booth et toute la famille dans le jardin.

David : Et on est revenu tout de suite à la maison.

Booth : Charlie n’a pas été enlevé au parc, mais au centre commercial. Nous avons cherché au mauvais endroit.

Le père de Skyler : Allez mon garçon. Allons-y.

Booth remarque que Skyler les observe toujours.

[Nouvelle scène : Au labo. Hodgins est derrière une vitre en Plexiglas et Angela se tient à côté de lui.]

Angela (désigne l’élastique qu’il a toujours au poignet) : C’est quoi cet élastique ?

Hodgins : La vapeur de l’oxyde de méthyle contenu dans cette boite va nous révéler ce qu’a respiré Charlie avant de mourir.

Angela s’approche et fait claquer l’élastique de son poignet.

Hodgins : Aïe !

Angela : C’est une méthode de maîtrise de soi, n’est-ce pas ?

Hodgins : Et le mot-clé, c’est maîtrise. Je fais le nécessaire pour maîtriser ma colère. La  couleur va changer, si ça vire au bleu, c’est un halogène, si c’est rouge c’est de l’azote et calcogène.

Hodgins met la mâchoire du garçon dans la boite, la referme, et une fumée l’envahit.

Angela : Je peux comprendre que tu sois en colère contre les conspirations, les manipulations du gouvernement et les trucs de ce genre, je peux aussi comprendre que tu sois en colère de devoir mettre la mâchoire d’un jeune garçon dans une boîte pour déterminer ce qui a pu le tuer. Mais pourquoi le fait de devoir te rendre à un banquet devrait te mettre en colère ?

Hodgins observe la mâchoire, elle vire au bleu.

Hodgins : C’est un halogène. Je vais en extraire toutes les particules et les passer au spectromètre de masse pour voir s’il peut déterminer quel type d’halogène.

Hodgins sort ses papiers et commence à prendre des notes.

Angela : La colère, c’est de la peur refoulée.

Angela s’apprête à partir, puis elle se rapproche de lui et fait à nouveau claquer l’élastique. Hodgins se retient de crier.

[Nouvelle scène : Dans le bureau de Bones. Elle, Angela et Booth observent les images de caméra de surveillance.]

Angela : Il y a 20 caméras de surveillance disséminées dans le centre commercial qui prennent des clichés toutes les 2 secondes, y compris dans les couloirs et les parkings. Je me suis concentrée sur celles qui mènent à l’allée centrale.

Booth : OK,  mais 10 000 personnes fréquentent ce centre commercial tous les jours, comment repérer un petit garçon ?

Bones : Angela a mis au point un logiciel qui permet de repérer un corps humain à partir de son squelette.

Angela : Endomorphe, ectomorphe, mésomorphe … ce genre de chose. Je les ai renseigné afin de le traduire en image bidimensionnelle. En l’occurrence, je cherche des corps qui correspondraient à Charlie, Sean ou David (elle désigne un enfant sur les images de la caméra de surveillance). Voilà David.

Booth : Finalement, vous en êtes une vous aussi.

Angela : Une quoi ?

Booth : Une fouine. Vous semblez normale, vous agissez normalement, mais vous en êtes une.

Angela : Ce logiciel était une idée de Brennan. Je suis on ne peut plus normale, je vous assure.

Booth : Ouais, peut-être avant d’avoir ce job mais maintenant …

Bones (pointe sur l’écran) : Je vois Charlie.

L’enfant à l’écran est mis en évidence avec une lumière verte. Ils suivent ses mouvements à travers la foule.

Booth : Woaw, c’est bien lui en effet.

Angela : Oh mon Dieu.

Bones : Angela, est-ce que ça va ?

Angela : Ce sont probablement les dernières images de ce petit garçon en vie. Pourquoi est-ce qu’il est tout seul ? Pourquoi n’y a-t-il personne avec lui ? (elle soupire) Je suis désolée. C’est le meilleur agrandissement  que je puisse avoir.

Booth : Attendez, il n’est pas tout seul, quelqu’un l’appelle. Vous pouvez zoomer ?

Angela : Moins il y a de pixels et plus l’image se détériore quand on l’agrandit. Ca sonne fouine, ce que je viens de dire ?

Bones : Tu as une solution ? 

Angela : Je parierais pas un rencard avec Colin Farrell là-dessus.

Bones : Oh je le connais lui, il est drôle.

Angela : Celui qui est drôle, c’est  Will Farrell ma chérie. Celui qui est sexy c’est Colin.

Booth : Regardez, le gamin se dirige bien vers quelqu’un. Il ne se débat pas, il n’essaie pas de s’enfuir. Je suis vraiment tenté d’ajouter Skyler Nelson, le jeune voisin, à la liste des suspects.

Angela : J’ai bien un autre angle de vue, mais ce type reste toujours impossible à voir.

L’homme est caché par un grand panneau publicitaire, suspendu au plafond.

Booth (en regardant l’écran ) : Bon sang mais qui es-tu ?

[Nouvelle scène : Angela est assise sur un banc dans un couloir.]

Bones : Est-ce que tu envisages de quitter l’Institut ?

Angela : Je ne me reconnais pas.

Bones (elle s’assoit) : De quoi parles-tu ?

Angela : Je ne suis pas comme toi. Je ne suis pas dirigée par un besoin de justice ou quelque chose comme ça. J’aime prendre du bon temps.

Bones : On passe de bons moments.

Angela : Se lancer quelques blagues autour de cadavres, ce ne sont pas de bons moments.

Bones : Je sais que c’est plus difficile pour toi que ça l’est pour le reste d’entre nous.

Angela : Non ça ne l’est pas. (elle fait une pause) Pourquoi ?

Bones : Parce que tu étudies leurs visages. Nous on observe tout le reste, c’est purement biologique. Pour toi (elle fait une pause) c’est plus personnel. Quand on observe le corps d’un enfant qui a été assassiné,  …

Angela : Ma chérie, ne te vexe pas mais … je n’ai vraiment pas besoin d’une leçon d’anthropologie. C’est  la première fois que je garde un boulot aussi longtemps, et c’est à cause de toi. 

Bones : Si tu veux te libérer un peu de temps pour te consacrer à tes œuvres, on peut sûrement …

Angela : Laisse-moi réfléchir à tout ça d’accord ? Avant je dessinais des corps nus, et aujourd’hui je dessine des personnes mortes.

Bones : Ne prend pas de décision sans m’en parler, d’accord ?

Angela : Bien sûr que non.

[Nouvelle scène : Au labo. Bones et Booth marchent le long d’un couloir.

Bones : J’ai peur qu’Angela ne s’en aille.

Booth : Je suis surpris qu’elle soit restée aussi longtemps.

Bones : Pourquoi ?

Booth : Et bien, elle est humaine. Enfin ce que je veux dire, c’est qu’elle n’est pas comme vous autres dans cette équipe à avoir apparemment suivi un entrainement sur la planète Vulcain.

Bones : Je ne vois pas ce que ça veut dire.

Ils arrivent dans la salle où se trouve Zach devant une table éclairée, où sont disposés les ossements du jeune garçon.

Booth : Elle est plus sensible.

Zach : Qui est plus sensible ?

Bones : Angela.

Booth : Elle aime les chatons, et les petites poupées, et puis sortir en boite, s’amuser (il fait un peu de musique et bouge comme s’il dansait).

Bones : Je le sais, elle est ma meilleure amie. Angela n’est pas la seule personne au monde à apprécier les bébés animaux.

Zach : Ils ne m’ont jamais vraiment attiré.

Booth (doucement) : Ce que je veux dire, c’est qu’elle est plus sensible.

Zach : Nous avons comparé la structure et la taille des os de Charlie avec ceux d’autres enfants de son âge.

Bones lance un regard à Zach.

Zach : Je veux dire la victime. Il faut se concentrer sur les détails.

Bones lance un regard à Booth.

Booth : Faisons cela (il se racle la gorge).

Bones : Nous avons trouvé des incohérences, ils sont fragiles et anormalement petits.

Zach : La victime présentait aussi des marques de au niveau des articulations des genoux et des hanches.

Booth : Etes-vous en train de me dire que Charlie était infirme ?

Bones : La victime était handicapée, oui.

Booth : Sa mère ne nous en avait pas parlé.

Zach (il saisit un os) : L’os est brisé en deux endroits, ce qui n’est pas cohérent avec la blessure de la victime.

Bones : Comment peut-on l’expliquer ?

Zach : J’attribue ces lésions à la pathologie dont souffrait la victime et à la fragilité de ses os.

Bones : Je suis d’accord. De quelle pathologie s’agit-il ?

Zach : Je pense à une scoliose, une déformation de la colonne vertébrale.

Bones s’approche du panneau où sont accrochées les radios, allume la lumière et les observe.

Bones : Je pense que c’est plus grave que cela, Zach. Il y a de multiples lésions calcifiées à l’arrière des vertèbres thoraciques. Ca plus la petite taille de Charlie et l’asymétrie de la longueur de ses jambes, Margaret n’est peut-être pas la mère biologique de Charlie.

Booth : Quoi ?

Bones : Tu vas analyser les os et rechercher une hypophosphatémie, ou syndrome de Coffin Larry.

Booth : Waow, waow, OK, attendez une seconde, revenons-en au moment où Margaret n’est pas la mère biologique de Charlie.

Zach : Le Dr Brennan me demande de vérifier la présence d’une pathologie héréditaire qui se transmet de mère à enfant.

Bones : Si Charlie en souffrait, alors Margaret n’est pas sa mère biologique.

[Nouvelle scène : Une salle d’interrogatoire au F.B.I. Bones et Booth interrogent la mère de Charlie.]

Margaret : Comment pouvez-vous dire une chose pareille ?

Bones : Charlie souffrait d’une maladie génétique appelée hypophosphatémie familiale.

Booth : Et la vraie mère de Charlie souffrait forcément de la même maladie.

Bones : Ce qui n’est pas votre cas.

Margaret : Ne dites jamais que je n’étais pas la vraie mère de Charlie parce que je l’étais.

Booth : Disons sa mère biologique alors. Mme Sanders, vous n’êtes pas la mère biologique de Charlie.

Booth dépose sur la table des photos de Charlie.

Booth : Mmh ? Vous voulez bien nous expliquer cela ?

Margaret : Je ne peux pas avoir d’enfant, c’est la raison pour laquelle mon mari m’a quittée. J’ai décidé de m’occuper d’enfants abandonnés.

Bones : Comme Sean et David Cook.

Margaret : Et Charlie également, il s’appelait Nathan. Je l’ai accueilli alors qu’il n’était qu’un bébé à Pittsburg, il avait 10 jours. Sa mère avait été arrêtée pour trafic de drogue, et les services sociaux me l’ont confié. Je l’ai gardé 3 semaines, et puis les charges ont été abandonnées.

Booth : Vous l’avez gardé ?

Margaret : Non, je l’ai rendu à sa mère mais ça m’a presque tuée de le faire. Je suis restée en contact. Je leur ai apporté des affaires, une poussette … Je voulais m’assurer qu’il ne manque de rien.

Booth : Nathan comment, Mme Sanders ?

Margaret : Nathan Downey. Sa mère était une toxicomane, elle s’appelait Janine. Le jour de Noël je l’ai trouvée morte sur le sol de sa cuisine, une seringue plantée dans le bras. Charlie pleurait à l’étage, je suis montée.

Bones : Et vous l’avez emmené.

Margaret : Je l’ai regardé dans les yeux et je lui ai promis de ne jamais plus le laisser seul, et il a arrêté de pleurer. Je m’attendais tous les jours à voir débarquer les services sociaux.

Bones : Il serait retourné dans le système.

Margaret (elle pleure) : Je m’étais jurée de le protéger, l’aimer, et aujourd’hui il est mort.

[Nouvelle scène : Booth et Bones discutent le long d’un couloir du F.B.I. ]

Booth : Je dois l’arrêter.

Bones : Son histoire a été vérifiée pour l’overdose de la mère.

Booth : Elle a admit l’avoir kidnappé.

Bones : Quoi ? Mais elle n’a rien fait d’autre que réagir à un instinct primitif. Elle a vu un enfant abandonné, et agit en conséquence.

Booth (pose des papiers sur son bureau) : On n’est pas dans une étude du National Geographic, il s’agit d’une véritable histoire dans une banlieue.

Bones : Pourquoi l’aurait-elle tué, il est évident qu’elle l’aimait.

Booth : Il peut y avoir eu des circonstances particulières. L’enfant tombe malade, ou ne ressemble pas à l’idée qu’elle s’était faite de lui. Je suis convaincu que vous pourriez me donner des douzaines d’exemples de civilisations qui tuent leurs propres enfants.

Bones : Et pour Sean et David Cook, que vont-ils devenir ?

Booth : Ils retournent dans le système.

Bones : Avez-vous une idée de l’état déplorable dans lequel se trouve ce système ?

Booth : Et vous ? Que voulez-vous faire ? Vous voulez les kidnapper de la même manière qu’elle a kidnappé Charlie ?

Bones : Je veux que vous les laissiez retourner vivre avec Margaret Sanders.

Booth : Ca n’arrivera pas.

Bones se lève et part, furieuse.

[Nouvelle scène : Au labo. Zach et Angela sont devant un écran et étudient les images de Charlie .]

Zach : Essaie de numériser et de redimensionner.

Angela : C’est déjà fait. Le protocole d’extrapolation est incompatible avec l’échelle. Tu connais Hodgins mieux que personne, est-ce que tu sais pourquoi il est si contrarié par ce banquet ?

Zach : Qu’est-ce qui te fait dire ça ?

Angela : A chaque fois qu’on en parle, il se met à faire claquer cet élastique qu’il porte au poignet.

Zach : Non je veux dire, qu’est-ce qui te fait croire que je connais Hodgins mieux que personne ?

Angela : Vous êtes colocataires.

Zach : Je vis au-dessus de son garage.

Angela : Mais vous vous voyez souvent.

Zach : Pas vraiment .

Angela : Il te conduit à l’Institut.

Zach : Je n’ai jamais vu la résidence principale.

Angela : La résidence principale ?

Zach : Elle est au bout de l’allée, de l’autre côté des courts de tennis et de l’étang.

Booth entre derrière eux.

Booth : Alors, vous avez quelque chose sur l’dentité de notre meurtrier ?

Angela : Je ne peux pas rendre l’image plus claire que ça. Dis à Booth ce que tu viens de me dire à propos de la chambre que tu occupes au-dessus du garage d’Hodgins.

Zach : Il y a une chambre, un salon, une cuisine, une autre chambre, deux salles de bain …

Booth : Et bien, c’est un grand garage. On peut se concentrer sur l’affaire ?

Angela : Combien y a-t-il de voitures dans ce garage ?

Zach : Si on compte les voitures de collection il y a en une douzaine, et un bateau aussi.

Angela : Et Zach n’a jamais vu la résidence principale à cause des courts de tennis et de l’étang qui bloquent la vue.

Booth : Waou. Il doit faire partie de LA famille Hodgins.

Zach : Quelle famille Hodgins ?

Booth : Les Hodgins du groupe Cantilever.

Angela : Oh mon Dieu.

Zach : Le groupe Cantilever génère encore plus de PIB que l’Europe.

Angela : Et pas seulement. C’est le principal donateur de l’Institut Jefferson.

Booth : Ah ! Alors Hodgins est votre patron ! (il rit)

Angela : De quoi vous parlez quand vous venez le matin au travail ?

Zach : La plupart du temps je dors. Et la plupart du temps Hodgins crie à la radio.

Ils continuent de regarder la vidéo du centre commercial. Ils voient Charlie et un homme derrière lui qui sortent d’une porte vitrée.

Booth : OK, si vous ne pouvez pas voir le visage du type vous pouvez peut-être avoir son reflet.

Zach : C’est une bonne idée en effet.

Booth : Je vous remercierais volontiers si vous si n’aviez pas dit ça comme s’il s’agissait d’un miracle.

[Nouvelle scène : Dans le bureau de Bones. Elle est assise à son bureau et Hodgins entre. ]

Hodgins : Le spectromètre de masse m’a permis d’identifier les particules retrouvées dans la bouche de Charlie. C’est du fluor. (Bones est toujours rivée à son écran). Je connais ce regard.

Bones : Quoi ?

Hodgins : Tu es en train d’écrire un nouveau livre. Quand tu écris tu as cet air dans le regard de celle qui a coincé une fourchette dans un grille-pain. (il s’approche et jette un œil sur ses notes). Je suis dans celui-ci aussi ?

Bones : Tu n’étais pas dans le précédent. Du fluor, en quelle quantité ?

Hodgins : Beaucoup trop pour que ce soit dû à un simple dentifrice.

Bones : Fais une liste de ce qui … (elle lui prend ses notes des mains). Fais une liste de tout ce qui pourrait contenir une telle concentration de fluor.

Hodgins : Très bien. (Il essaie de reprendre les notes). Tu as du temps pour ça ?

Bones : Oh, ils m’ont offert une voiture.

Hodgins : Cool ! Qui ?

Bones : Mon éditeur. Maintenant j’ai l’impression de lui devoir un nouveau livre.

Hodgins : La pression sous toutes ses formes. Tu n’écris pas de livre. Je ne vais pas au banquet. Solidarité.

Hodgins quitte le bureau et Booth entre.

Booth : Angela a un visage pour notre suspect.

Bones saute de son siège et se précipite hors de son bureau. Booth remarque les notes et tente d’y jeter un œil avant de la suivre.

[Nouvelle scène : Au labo. Angela, Bones et Booth regardent l’enregistrement de la caméra de surveillance. on l’on aperçoit Charlie et l’homme sortir par la porte vitrée.]

Angela : J’ai regardé avec les deux caméras. Sur celle-ci, on a davantage de reflets sur différentes surfaces.

Booth : Sur la porte.

Angela (grossit l’image) : Regardez ça.

Booth : Le visage de notre suspect ?

L’image devient de plus en plus nette.

Angela : En polarisant l’image l’ordinateur parvient à créer une interpolation des éléments manquants.

L’image à nouveau est plus nette.

Booth : Attendez, ça ne ressemble pas à un adulte.

Angela : Quand je redimensionne l’image …

L’image est à présent très nette, on voit le visage de Sean.

Booth : Sean Cook.

Bones : Le frère adoptif de la victime.

Ils se regardent les uns les autres, choqués.

[Nouvelle scène : Dans la salle d’interrogatoire. Sean joue avec des gouttes d’eau sur la table. Une avocate des services sociaux est aussi présente. Bones et un juge pour enfants assistent à l’entrevue derrière la vitre sans teint. ]

Booth : Où est-ce que tu emmenais Charlie, Sean ?

Sean : Je l’ai emmené au centre commercial rejoindre David.

Booth : Je sais que tu l’as emmené au centre commercial mais on a des images de vous alors que tu l’emmènes hors du magasin.

Bones : Vous avez déjà vu un cas similaire ?

Le Juge : Je suis juge pour enfants. J’aimerais pouvoir dire que les cas où des enfants tuent d’autres enfants sont rares.

Booth : Où est-ce que tu l’emmenais, Sean ?

Sean : Quand est-ce que je pourrais parler à Margaret ?

Booth : Quand tu auras répondu à mes questions.

Bones : Il a le droit de faire ça, mentir à un enfant ?

Le Juge : Nous recherchons un tueur d’enfants, Dr Brennan. Si l’avocate présente dans cette pièce ne s’y oppose pas, ce n’est certainement pas moi qui le ferais.

Bones : Alors quel intérêt d’avoir un avocat pour sa défense s’il ne le défend pas ?

Le Juge : J’ai l’impression que vous avez quelque peu oublié de quel côté vous vous situez, Dr Brennan.

Booth se lève et montre une cicatrice à Sean, juste sur son flanc.

Booth : Sean, est-ce que tu sais ce que c’est ?

Sean : Une cicatrice ?

Booth : Oui, je me suis fais ça en jouant au soldat avec mon frère Jared.

Sean : Vous avez eu mal ?

Booth (s’assoit sur la table) : Oui, j’ai eu mal, mais c’était un accident. Est-ce que tu as des cicatrices ?

Sean soulève sa manche et montre des cicatrices en forme de petits cercles.

Sean : Mon père m’a fait ça avec une cigarette.

Booth : Il n’aurait pas dû faire ça.

Sean (remet sa manche) : Margaret n’a jamais fait des choses comme ça. J’aime Margaret.

Booth : Ce que j’ai besoin de savoir c’est si Charlie a eu une sorte d’accident ? Sean ?

L’avocate : On pourrait peut-être faire une pause ?

Booth : Sean ?

Le Juge : Il n’est pas assez offensif.

Bones : Les orphelins sont sans défense. Ils sont traités comme de vulgaires déchets. Vous avez le pouvoir d’agir contre ça et tout ce que vous trouvez à dire, c’est qu’il n’est pas assez offensif ?

Le Juge : Dr Brennan, cet enfant en a peut-être battu un autre jusqu’à la mort.

[Nouvelle scène : Au labo. Hodgins fait quelques tests et Angela le rejoint. ]

Angela : Ca fait combien de temps qu’on se connait ?

Hodgins : Est-ce que les gens se connaissent vraiment un jour ?

Angela : Comment se fait-il que tu ne m’aies jamais invitée chez toi ?

Hodgins : Oh, je n’avais jamais senti que tu en avais envie.

Angela : Je pensais qu’on était proches les uns des autres. Qu’est-ce que j’ignore encore ? Est-ce que Zach vient d’une autre planète ?

Hodgins : Oh je t’en prie. Ca, c’est évident.

Angela : Tu es riche. A toi seul, tu possèdes le groupe Cantilever. Ne le nie pas, je le sais.

Hodgins : Qui d’autre le sait ?

Angela, Zach, Booth.

Hodgins : Ne dis rien à Brennan.

Angela : Pourquoi est-ce que tu ne veux pas qu’on sache que tu es notre patron ?

Hodgins (énervé) : Je ne veux être le patron de personne. Je ne l’ai jamais voulu. Je te demande juste de respecter ça.

Angela semble être blessée, et elle s’en va. Bones rejoint Hodgins.

Bones : Un problème avec Angela ?

Hodgins : C’est … le stress de cette affaire. En faible quantité, on peut trouver du fluor dans le dentifrice, le thé instantané et il est aussi présent dans l’eau du robinet, ce qui peut également provoquer divers troubles, des dommages cérébraux …

Bones : Ce qui n’a rien à voir avec notre affaire.

Hodgins : La quantité trouvée sur notre victime peut provenir de produits de conservation du bois, de diluants pour peinture, du lustrant pour voiture et autres produits industriels de ce genre.

Bones : OK, est-ce qu’Angela t’a parlé de quitter son boulot ?

Hodgins : Non, mais est-ce qu’on peut dire qu’on se connait vraiment.

[Nouvelle scène : Au labo. Bones est dans une pièce avec une table éclairée sur laquelle sont exposés les ossements. Booth entre. ]

Booth : Bones, j’ai pensé que vous aimeriez savoir. Sean et David ont été placés dans un service de placement d’urgence. J’ai passé quelques coups de fils pour faire en sorte qu’ils ne soient pas séparés.

Bones : C’est une bonne chose, je vous remercie.

Booth : C’est tout ce que je pouvais faire.

Bones : Oui, je comprends.

Booth (énervé) : Vous dites que vous comprenez mais en fait, vous ne comprenez pas vraiment. Je veux dire, les règles ne vous plaisent pas, alors on fait comme si elles n’existaient pas, c’est ça ? (il pose sa main sur la table pour s’appuyer et casse le crayon). Ce n’est pas possible et j’ai besoin de savoir que vous le comprenez.

Bones : Comprendre quoi ?

Booth : Si vous voulez travailler avec moi sur le terrain. J’ai besoin de savoir que vous respecterez les lois.

Bones : Vous savez quoi, si je ne peux pas respecter la loi, je peux au moins vous respecter vous.

Booth : Oh, oui. Ok, c’est assez inattendu mais je pense que ça peut marcher …

Bones (regarde le crayon que vient de casser Booth) : Regardez ce que vous avez fait.

Booth : C’est un crayon. Je vous en achèterai un nouveau.

Bones : La victime a succombé à un traumatisme au niveau de la cage thoracique mais les côtes sont brisées en deux endroits distincts, et non un seul.

Booth : C’est à cause de ces os, enfin, sa maladie …

Bones : C’était une hypothèse mais il y a peut-être une autre explication.

Bones s’apprête à partir mais Booth lui barre le passage.

Booth : OK, et quelle explication ?

Bones : Une compression.

Il la laisse passer et ils disparaissent dans un couloir.

Booth : D’accord, donc Charlie Sanders a été écrasé jusqu’à la mort ?

Bones : Oui, fracture incomplète, vertébrale et sternale, vous voyez ça ?

Booth : Très bien, Sean Cook est plus lourd que Charlie Sanders de combien, 15 kilos ? Comment aurait-il pu l’écraser à mort ?

Angela arrive vers eux dans le couloir, et Bones la voit.

Bones : Angela, on doit entrer différents scénarii dans l’Angelator.

Hodgins accourt vers Angela et Booth et Bones s’en va.

Hodgins : Angela, Booth. J’ai déjà dit à Zach que s’il disaot à qui que ce soit ce qu’il a appris sur moi je le laisserais moisir sur un trottoir comme un chien. Malheureusement je n’ai pas de moyens de pression sur vous.

Angela : Ouais, quel dommage.

Hodgins : La seule chose que je désire, c’est pouvoir continuer à venir ici et étudier la vase et les insectes. Pas de chance pour moi, ma famille fait partie de celles qui dirigent le monde.

Booth : La paranoïa et la folie des grandeurs dans le même sac. (il commence à partir, comme Angela).

Hodgins : Vous appelez ça de la paranoïa, moi j’appelle ça les affaires de famille. S’il vous plait, est-ce que vous pouvez vous arrêter !

Ils se retournent tous les deux et font face à Hodgins.

Hodgins : La raison pour laquelle je ne veux pas aller à ce banquet, c’est parce que l’élite va faire un esclandre en me voyant. Mon secret sera dévoilé et ma vie … Cette vie que j’aime sera définitivement brisée. Je vous le demande, s’il vous plait … Laissez-moi être juste Jack Hodgins du labo.

[Nouvelle scène : Dans la salle de l’Angelator. On voit un hologramme de Charlie sur le podium. Booth et Bones le regarde pendant qu’Angela entre des données. ]

Angela : Charlie mesurait à peine plus d’un mètre et pesait 29 kilos.

Bones : Et Sean ?

Angela : Sean Cook mesure 1m04 pour 31 kilos, légèrement plus.

Booth : Son frère David fait plus d’ 1m70 et presque 70 kilos.

Angela : 1m75 et 68 kg.

Bones : J’ai d’abord pensé que le sternum de la victime avait été brisé par un choc violent puisqu’il suivait une ligne de faille unique, mais quand Booth a cassé mon crayon j’ai réalisé qu’il y avait une autre façon de causer ce type de blessure, par compression.

L’hologramme montre le squelette de Charlie allongé au sol sur le dos, un genou venant compresser la poitrine.

Angela : Bien, Hodgins n’a trouvé aucune particule qui indique un choc violent.

Bones : En ce qui concerne le poids du corps qui a causé cette compression, il doit être assez lourd pour avoir empêché l’abdomen de bouger, et permettre ainsi à l’air d’atteindre les poumons. La pression prolongée provoque le sternum brisé, et les côtes cassées.

L’image montre le genou qui s’enfonce dans la poitrine et brise le sternum et les côtes.

Angela : Ooh (elle détourne le regard un instant). Désolée. Désolée. J’ai entré les données  nécessaires pour déterminer le poids qui a pu provoquer de telles blessures.

Booth : Et qu’avez-vous déterminé ?

Angela : Le poids d’un homme qui se porte bien.

Booth : Ca donne quoi pour nous ?

Bones : 86,2 kilos.

Booth : Ouais.

Angela : C’est beaucoup trop pour qu’il s’agisse de l’un des frères Cook et même Margaret.

Booth : J’estime le poids du fils des voisins Skyler à environ 70 kilos.

Bones : Ca ne peut pas être lui non plus.

Booth : On doit chercher un homme adulte.

Bones : Vous devez faire dire à Sean où il a emmené Charlie après qu’ils ont quitté le centre commercial.

Booth : Il ne me dira rien.

Bones : Laissez-moi faire.

Booth : Oh, je ne crois pas. Parler aux gens, c’est pas vraiment votre fort Bones, et je ne pense pas que lui présenter des faits le fera parler davantage.

Bones : Est-ce que vous pouvez juste me faire confiance pour cette fois ? On essaie d’arrêter un assassin. Laissez-moi essayer.

Booth : Quand avez-vous parlé à un enfant pour la dernière fois ?

Bones : Je sais quoi dire.

[Nouvelle scène : Une salle d’interrogatoire au F.B.I. Booth et le Juge pour enfants sont derrière la vitre sans teint et observent Bones qui interroge Sean. L’avocate des services sociaux est aussi avec elle. ]

Bones : Est-ce que tu te souviens de moi, Sean ?

Sean : Vous êtes la dame du musée, celle qui est très intelligente.

Bones : Oui, je suis assez intelligente.

Le Juge : Et très modeste.

Booth : Oh croyez-moi, elle est modeste en disant cela.

Bones : Je suis assez intelligente pour savoir que tu n’as pas tué Charlie. Tu n’as pas besoin de me le dire Sean, je veux juste que tu m’écoutes. Ils te donnent un sac poubelle pour y ranger tout ce que tu possèdes, comme si tout ce que tu possédais n’était que des déchets. Et ensuite quand tu vas à l’école, tes vêtements sentent le sac poubelle.

Sean : Tous les autres enfants savent qu’on est des orphelins. Comment vous savez que c’est comme ça ?

Bones : Ils te placent de famille en famille, mais tu n’as jamais vraiment un chez toi. Parfois, les familles sont gentilles.

Sean : Comme Margaret ?

Bones : Oui. Et parfois ils te séparent de ton frère. Ce devait être bien d’être avec Margaret, et de rester avec David.

Sean (il pleure) : On avait des lits superposés. La nuit je savais que David était là pour veiller sur moi. Et Margaret est très gentille.

Bones : Tu ferais n’importe quoi pour rester avec Margaret, n’est-ce pas ?

Sean hoche la tête, il acquiesce.

Bones : L’homme à qui tu as confié Charlie. L’homme qui lui a fait du mal, il le sait, ça. Tu ne savais pas qu’il allait lui faire du mal mais il l’a fait, et ensuite il t’a dit que Margaret dirait que c’était de ta faute. Qu’elle ne t’aimerait plus. Mais cet homme t’a menti, Sean. Je peux faire en sorte que tu retournes avec Margaret.

L’avocate : Dr Brennan, vous ne pouvez pas faire une telle promesse.

Bones (avec fermeté) : Oh si. Et je le ferais. J’ai un ami qui pourra m’y aider.

Booth : Oh non.

Bones : Mais tu dois me dire qui a fait du mal à Charlie.

Booth (au Juge) : Je vais avoir besoins de votre aide pour tenir la promesse qu’elle vient de faire à ce garçon.

Le juge : Je … Je ne peux rien promettre …

Booth : Mr Johnston, votre équipe et la mienne vont devoir tout mettre en œuvre pour tenir cette promesse.

Sean (il pleure) : Et si Margaret ne veut plus de moi ? Charlie était son vrai fils.

Bones : Charlie n’était pas son vrai fils lui non plus. Il était comme toi, un enfant que Margaret a choisi d’aimer. Je crois qu’on ne devrait pas laisser cet homme vous séparer, ton frère, Margaret et toi. Qu’est-ce que tu en penses ?

Charlie fait non de la tête.

Bones : On doit l’arrêter. Toi et moi, on doit l’arrêter.

Charlie se lève et serre Bones dans ses bras. Il lui murmure le nom de l’homme dans l’oreille.

Booth : Elle l’a fait. Elle a son nom.

[Nouvelle scène : Le SUV de Booth se gare devant la maison des Nelson. Edward Nelson, le père de Skyler, est dehors et charge des arbustes dans sa camionnette. Booth, Bones et un autre agent du F.B.I. sortent du SUV. Booth s’approche d’Edward avec ses menottes.]

Booth : Edward Nelson, je vous arrête pour agressions sexuelles et pour le meurtre de Charlie Sanders.

Il lui lit ses droits en le menottant.

[Nouvelle scène : Au labo. Angela regarde le portrait qu’elle a fait de Charlie et l’avis de recherche le concernant. A un autre bout du labo, Hodgins sort la mâchoire de la boite en Plexiglas et la tend à Zach.]

[Nouvelle scène : Chez les Nelson. Booth conduit Edward vers son SUV, sa femme et son fils regardent la scène, visiblement choqués.]

[Nouvelle scène : Zach dépose la mâchoire d’une main tremblante dans un cercueil où sont disposés les ossements de Charlie. Deux hommes ferment le cercueil et l’emportent.]

[Nouvelle scène : Au F.B.I. Les garçons sont installés à une table et Bones joue aux cartes avec eux. Booth arrive avec le Juge pour enfants et Margaret.]

Margaret : Les garçons !

Les garçons se précipitent vers elle pour la prendre dans leurs bras.

Sean : Maman !

David : Maman !

Sean : On va rester amis avec la dame ?

Margaret : Oh oui, tu peux y compter.

[Nouvelle scène : Le bureau de Bones. Elle signe le dossier de Charlie. Il est estampillé « Affaire classée ». Elle le ferme, et reste immobile un instant. Booth arrive.]

Booth : On a toutes les preuves. L’insecticide qu’il utilisait pour traiter les termites correspond exactement à la concentration de fluor trouvée sur Charlie. Le père de Skyler a tout avoué.

Bones : Ne me dites rien. Il a dit qu’il ne voulait pas le tuer.

Booth : Il n’a jamais abusé de Sean Cook ; il l’a juste utilisé pour s’approcher de Charlie. Ca s’est passé exactement comme vous l’avez dit. Il a emmené Charlie un peu plus loin dans ce terrain vague, des jeunes sont arrivés alors il a coincé Charlie avec son genou pour l’empêcher de crier. Sean a eu peur, il est retourné auprès de son frère.

Bones : Charlie était petit et faible. Son sternum s’est brisé. Vous pensez qu’il a abusé d’autres enfants ?

Booth : Oui, sûrement son propre fils.

Bones : Vous l’avez indiqué aux services sociaux ?

Booth : Mmh mmh. Ils vont essayer de lui apporter leur aide. Et je suis désolé.

Bones : Pourquoi ?

Booth : Vous avez du vécu dans ce système.

Bones : Je l’ai vécu avant que mon grand-père m’en sorte.

Booth : Ouais, et quand vous avez dit qu’il vous séparait de votre frère, j’ai comme l’impression que vous ne parliez pas de David Cook.

Bones : Booth, je vous raconterai tout ça un jour mais pour l’instant, je dois me préparer pour un banquet.

Booth : Mmh. OK, Bones.

Bones : Au fait, j’ai une énorme éraflure sur ma portière passager parce que vous m’avez dit de ne pas me garer de travers.

Booth rit.

Bones : Ca c’est méchant !

Booth rit de plus belle.

Bones : Vous êtes méchant.

Booth : Désolé.

[Nouvelle scène : Au labo. Toute l’équipe attend au pied de la plateforme, tous sont habillés chic sauf Hodgins. Le Dr Goodman arrive avec un superbe smoking.]

Dr Goodman : Ce n’est pas un smoking, Dr Hodgins.

Hodgins : Je n’y vais pas, Dr Goodman.

Dr Goodman : Oh si, vous venez.

Le Dr Goodman lui colle sur la poche Un badge portant son nom.

Dr Goodman : Tout le monde portera un badge avec son nom (il en tend une à Zach).

Zach : De quoi est-ce qu’on va parler ?

Dr Goodman : De votre travail bien sûr.

Angela : Le travail de Zach consiste à retirer la chair des ossements humains. Hodgins dissèque des insectes qui ont dévoré des globes occulaires.

Hodgins : Ne me mêlez pas à ça. Je ne viens pas.

Dr Goodman : Et comment voyez-vous votre travail ?

Angela (dans un hochement de tête) : Je dessine des masques mortuaires.

Dr Goodman : C’est vraiment comme ça que vous le voyez ?

Angela : Pas vous ?

Dr Goodman : Vous êtes la meilleure d’entre nous, mademoiselle Montenegro. Vous rendez son humanité à un corps décomposé. Vous rendez aux victimes leurs visages, leurs identités, vous nous rappelez à tous pourquoi nous sommes là … pour préserver la vie humaine.

Angela soupire de soulagement et serre le Dr Goodman dans ses bras, les larmes aux yeux.

Dr Goodman : Oh, pour l’amour de Dieu.

Bones les rejoint, elle aussi est prête à partir. Elle porte une robe de soirée avec des strass.

Bones : Qu’est-ce qui se passe ?

Zach : Apparemment il suffisait à Angela d’avoir une description afro-américaine de son travail.

Dr Goodman : Mr Addy.

Booth arrive avec quelque chose enveloppé dans un sac plastique.

Booth : Dr Goodman, Hodgins doit rester au labo ce soir. Le F.B.I. doit avoir une analyse complète de ceci demain à la première heure. (il le tend à Hodgins).

Hodgins : Oh, euh, je m’y mets tout de suite.

Dr Goodman : Quoi ? … Mais qu’est-ce que ? … Attendez, de quelle affaire s’agit-il ?

Bones : Je ne suis pas sensée être au courant ?

Angela : Booth m’en a parlé tout à l’heure.

Bones : OK, ça me suffit alors.

Dr Goodman : Très bien, vous êtes excusé Dr Hodgins. (il s’adresse aux femmes) Ne faisons pas attendre la limousine pus longtemps.

Zach, Angela et le Dr Goodman s’en vont rejoindre la limousine.

Hodgins (à Booth) Merci. (il s’en va)

Booth : Vous êtes très jolie. Mieux que ça, vous êtes …

Bones : Merci.

Booth (il rit) : Bones, comment saviez-vous que je tiendrais votre promesse ?

Bones : Quelle promesse ?

Booth : Que Sean et David retournent vivre avec Margaret.

Bones : Peut-être que j’étais en train de mentir pour attraper notre meurtrier. C’est vous qui m’avez appris à faire ça. La fin justifie les moyens.

Booth : Mmh (il s’apprête à partir)

Bones : Booth, Je savais que vous ne me laisseriez pas tomber. Vous ne vouliez pas faire de moi une menteuse.

Booth : Mmh. Et comment le saviez-vous ?

Bones : Parce que vous voulez aller au Paradis.

Booth : Mais vous ne croyez pas au Paradis.

Bones : Mais vous si.

Il sourit et s’en va.

Elle part rejoindre la limousine.

FIN DE L EPISODE

[Int. Open.  Bones is at a podium giving a lecture to a group of students in an auditorium.  She has slides on a big projector screen behind her.]
 
Bones:  As far back as 1938 the director of the FBI, J. Edgar Hoover, wrote to the then curator of the Jeffersonian institution (she changes the slide) Professor Daniel Payne to aid in the evaluation of specimens who were thought to be irrefutably human.  This was the result. (She changes the slide and it shows a drawing of a monkey.  The students laugh.) Despite this early disagreement, the FBI and the Jeffersonian have forged a mutually beneficial if somewhat tense relationship which survives to this day.  Thank you.
 
(The audience claps and the projector screen is blank.  Dr. Goodman goes up to the podium and leans over to the microphone.)
 
Dr. Goodman:  Thank you, Dr. Brennan.  Are there any questions? (a female student raises her hand and stands up) Yes?
 
Student: How much money have you made from your book?
 
(Bones walks quickly to the microphone.)
 
Bones:  I don’t really know (the microphone squeaks as she talks into it.) I have an accountant and an agent.
 
Dr.  Goodman:  That’s not really the kind of question we are looking for from an Anthropology student. ( A male student raises his hand and stands up.) Yes?
 
Student:  Did you get your agent before or after you wrote the book?
 
Dr. Goodman:  People. Dr. Brennan is an accomplished forensic Anthropologist who writes books on the side.
 
(Booth is in the audience and stands up.)
 
Booth:  I have a question regarding the role of the FBI in your book. Who do you based brilliant and insightful Special Agent Andy Lister on?
 
Dr. Goodman: Oh for God sake.
 
Booth:  Cause you know, I’m pretty sure it was me.
 
Bones:  What are you doing here Booth?
 
(Booth and Bones are walking outside from the lecture hall at night.)
 
Booth: Local police got an anonymous call saying there were human remains in a field behind a mall out in the suburbs.
 
Bones:  I did an Anthropological profile of the suburbs as a grad student, the whole notion of a created community, a modern Utopia with its own morees and rules. It’s fascinating.
 
Booth:  Fascinating to who?
 
Bones: To whom.
 
Booth: To whom.
 
(They approach Bones new car.  Its an expensive sporty silver car. Bones lowers the top by a remote in her hand.)
 
Booth:  (laughs) You’ve got to be kidding me.
 
Bones:  What?  My publishers gave it to me.
 
Booth:  Gave it to you?
 
Bones:  Book sales are pretty good.  It’s supposed to be a nice car.
 
Booth:  Gave it to you?
 
Bones: Yeah.
 
Booth:  Well, why’d you park crooked?
 
Bones: Well the guy said to always park it like that.
 
Booth: (shakes his head) He’s wrong.  It makes you look like an idiot.
 
Bones:  How about I drive for once?
 
Booth: No, I cannot show up at a crime scene in that.
 
Bones:  Why?
 
Booth:  Because it would detract from the gravity of my FBI presence, especially if you parked crooked.
 
Bones:  Why is the FBI involved in the search for human remains behind a suburban mall?
 
Booth: (pulls out a paper and hands it to her) Because this boy is missing.
 
Bones: Oh, a child.
 
Booth: Yeah.
 
[Cut to: Lot behind the mall at night.  There are several cop cars and there are lights set up.  The Medico-legal truck is there. Bones and Booth walk with Capt. Kyle Henning to the search area. Zach comes up and joins them.]
 
Captain:  Anonymous call came in a couple of hours ago, no sign of him yet.
 
Booth:  How do you know it wasn’t a prank?
 
(The Captain clicks a tape recorder with the 911 call on it. The 911 call is from a teenage girl.)
 
911 Call: (frantic) You have to come right away.  There’s a dead kid here all rotted away.  He’s in a field behind Clayton Hills Mall.  You better come.
 
(The Captain clicks the tape off and stops to face the three of them.)
 
Booth:  That rings true.
 
Bones:  Why anonymous?
 
Captain: Kids come here to party, misbehave.
 
Bones:  Adolescents and pre-adolescence tend to seek out their own space, to establish their own society, to counter parental influence.
 
Captain: (to Bones) You mind if I make an observation?
 
Bones: No, of course not.
 
Captain:  In your book the cops come off as very one dimensional.  Why is that?
 
Bones:  You mean two dimensional.
 
Zach: One dimensionality exists only in theory as a mathematical value.
 
Captain: Okay, really looking forward to your next book.
 
(The Captain walks away and Bones faces Zach.)
 
Bones: (to Zach) Did you bring the thermal imager?
 
Zach:  I don’t think we need it. (Bones glares at him.) It makes me look like the Great Gazoo.
 
Bones:  Okay, I don’t know what that means but we definitely need it Zach.
 
(Zach puts his case down irritated.)
 
[Cut to: Zach’s point of view from inside the suit.  He’s looking at Booth who appears in the thermal imager as red, orange, and green colors.]
 
Booth:  (to Zach) How’s it going there Darth? (laughs) Seen anything on Saturn? (Bones comes into view next to Booth) Ah, please tell me you’ve seen at least one Star Wars movie.
 
Bones:  When I was seven and leave Zach alone.
 
Zach:  Can we please hurry up?  It’s stuffy in here.  I should be able to see any heat residue released from decomposing bodies.
 
(he walks forward through the search area looking around. Booth and Bones walk together searching the area too.  They spot garbage and broken bottles on the ground)
 
Booth:  Party central.
 
Bones:  Because suburbs are so homogeneous, Adolescents tend to rebel in predictable and uniformed ways.  Fire, illicit substances, wayward behavior.
 
Booth:  Do you think that wayward behavior would include abducting a six year old child?
 
Bones:  That’s pretty extreme.  Adolescences are more likely to drink alcohol and listen to culturally inappropriate music at high volume.
 
Zach:  I’m picking something up.(He see the green, orange, and red colors in a bush in the shape of a small body.)  Oh my god.
 
Booth:  What? Why’d you stop?
 
(Zach takes off his helmet and approaches the bush.)
 
Zach:  You can turn on your flashlight. (he spreads the bush apart.) Aim it over here.
 
(Bones aims it under the bush and there is a corpse with maggots on its face.)
 
[Intro. Rolls]
 
[Cut to: Lab.  The boys partially decomposed body lies on a lit table. Zach is standing with Bones looking at it.  Hodgins is in the background running some tests on his things. Angela is on the platform too but away from the body.]
 
Bones:  Before preceding with maceration any general observations?  Zach?
 
Zach: Epithelial fusion puts the age at approximately six to ten years, though the stature suggests younger.
 
(Angela is by the screen where the boys face is displayed.  She turns away from it clearly upset and exhales loudly.)
 
Bones:  Good, I concur.  Cause of death?
 
Zach: Blunt trauma to the chest.
 
(Bones walks over to Angela.)
 
Bones:  Are you alright?
 
Angela: He’s so small, that’s all. (she starts to draw on her clipboard.) Go on with your work.  I’m okay.
 
Hodgins:  The remains were significantly degraded by insect and animal activity, mostly dog and rodent. Despite the condition of the body he’s been dead only between 36 and 48 hours.
 
Bones: These were found a few yards from the body (she shows them a pile of clothes on the table.), notice that they are in perfect condition.  What does that tell you?
 
Zach:  The victim wasn’t wearing them when he was killed.
 
Bones:  Which suggests he was sexually assaulted.
 
Angela: (hands drawing to Bones) I’m done.
 
Bones: (she compares it to the missing webpage of a child) I think we have a match.  The clothing matches.  It’s Charles Gregory Sanders.
 
[Cut to:  Sander’s house. Booth is sitting in the living room with Gregory’s mother and her neighbor.]
 
Booth: On behalf of the FBI we’re extremely sorry for the loss of your son and I have a few questions, I mean only if you’re up to it? You have two other sons?
 
Mother:  Foster sons though I try not to make the distinction.
 
Neighbor:  Sean and David Cook.  They are brothers.  I live right next door.
 
Booth:  Charlie was your own?
 
Mother: (cries) Yes, Charlie was mine.
 
Booth:  What about Mr. Sanders?
 
Mother:  We divorced shortly before Charlie was even born.  He works over seas.
 
Neighbor:  He doesn’t even send Child Support.
 
Booth:  You mind if I ask how you afford this nice neighborhood.
 
Mother: Child Services wouldn’t allow a single mother to foster if she worked. I live off the proceeds of a generous trust fund my parents set up long ago.
 
Booth:  And the day that Charlie disappeared all three boys went to the park?
 
Neighbor:  It’s two blocks away.  It’s a very safe neighborhood.  They walk farther to school.
 
Mother:  We all keep an eye out for each other around here. People are good neighbors, take an interest.
 
(The door to the house opens and in comes three boys. Sean and Sklyer  are older boys in their teens and David  is a younger boy of about eight.)
 
Skyler: Mom?
 
Neighbor:  This is my son, Skyler.
 
Skyler:  Dad told me to bring the boys back.  We gotta go on a job.
 
David:  There’s nothing to do here.
 
Sean: (sighs) Our video game is broke.
 
(Booth stands.)
 
Mother:  Sean, David, this is Agent Booth. He’s going to find out what happened to Charlie.
 
David:  How are you going to figure it out?
 
Booth: Oh, I’m in the FBI.  We always figure it out.  Boys, I mean if it’s alright with your mother maybe I could help you out with your video game?
 
[Cut to:  Bones’ Office.  Dr. Goodman comes in carrying a stack of invitations. Hodgins, Angela, Zach, and Bones are there.]
 
Dr. Goodman: These (hands one to Bones) are invitations to a  banquet.
 
Bones:  You called a special meeting to invite us to a party.
 
Dr. Goodman:  Don’t think of it as an invitation, consider it a summons, it’s for donors.
 
Hodgins:  Meet and greet, press the flesh, butt kiss.
 
Dr. Goodman:  I don’t like it anymore then you do but these people fund our research and all they want in return is to rub elbows with a scientist once and awhile.
 
Hodgins:  Can’t make it.
 
Bones:  Yeah me neither.
 
Angela:  I have a date that night. 
 
Dr. Goodman:  You don’t even know when it is.
 
(Zach raises his hand.)
 
Dr. Goodman:  Yes, Mr. Addy?
 
Zach: What kind of food will there be?
 
Dr. Goodman: When I said you should think of this invitation as a summons I understated it.  It’s a subpoena, a grand jury subpoena.  Ignore it at your own peril.
 
Bones:  You’re not going to fire us if we don’t go?
 
Dr. Goodman: No, not fire you but I can move your parking spots to Lot M.  Enjoy the shuttle ride.
 
Zach:  The shuttle smells like feet.
 
Bones: I know when I’m beat. (sighs) I’m in.
 
Angela:  What the hell, it’s a party.
 
Zach: Do I have to wear a tie?
 
Dr. Goodman:  Formal wear.  I have arranged for a limo to pick us up from here.
 
Hodgins: Not me.  I’m not afraid of parking or feet.
 
Zach:  Wait, you drive me to work.  You can’t just think of yourself.
 
Dr. Goodman: Repercussions and consequences Dr. Hodgins.  I’m your boss and you will go to this banquet.
 
(Dr. Goodman leaves and Hodgins grabs a rubber band on his wrist and snaps it hard several times.)
 
[Cut to: Sanders’ living room.  Booth is on the floor working on the video system while the two boys watch.]
 
David:  Do you know what you are doing?
 
Booth: Yeah, I can fix anything. You guys uh, have girlfriends?
 
David: I do.
 
Sean: Her name is Leelah.
 
Booth: Leelah.
 
David:  I thought you were going to ask us questions about Charlie?
 
Booth: (still working on the game) Yeah, so which one of you puny mortals wants to challenge me first.
 
Sean: Oh me.
 
(Booth plays the video game and Sean looks at him.)
 
[Cut to: Lab.  Zach is standing in front of a big metal barrel looking container and Bones walks up.]
 
Bones:  You about to clean the bones?
 
Zach:  Yes, I’m warming up the boiler now.
 
Bones:  Something wrong?
 
Zach:  These are the smallest remains I’ve ever worked on.
 
Bones:  That’s a valid observation Zach but it’s not helpful to the investigation.
 
Zach:  Sorry, Dr. Brennan.
 
Bones:  I was at Waco… Branch Davidian compound.  I helped identify children who had been killed in the fire, seventeen of them.
 
Zach: So, you’re saying, I will get used to it?
 
Bones: No, I’m saying you will never get used to it. We’re primates, social creatures; it’s coded into our DNA to protect our young even from each other.
 
Zach: So, I’m always going to feel terrible?
 
Bones:  What helps me is to pull back emotionally just… put your heart in a box.
 
Zach: I am not good with metaphor, Dr. Brennan
 
Bones: Focus on the details.
 
Zach:  Details, yeah I can do that.
 
(Zach walks up to a table with the boys remains on it.)
 
Zach: No trauma to the skull. No compound fractures. Charlie was not beaten to death or dismembered.
 
Bones: It helps not to refer to the victim by name.
 
Zach: Green stick fractures on ribs (points to body’s rib) four, five, six, and seven and the sternum is snapped transversally from the tip to the Zyphoid.
 
Bones: Okay, what does that indicate?
 
Zach:  The victims’ chest was struck by a heavy blunt object.
 
Bones:  Are you completely certain we’ve learned everything that we can from the body at this stage of decomposition.
 
Zach: I’ve been over everything at least three times.
 
Bones: Smell the mouth.
 
(Zach leans over and smells the mouth.)
 
Bones:  Anything behind the typical smells of decomposition?
 
Zach:  Some kind of chemical, Chloroform? Something used to render the boy unconscious.
 
Bones:  Take samples from the mouth, jaw, sinuses, and what’s left of the esophagus.  Kids make it harder Zach.
 
(Bones leaves and Zach leans on the table and looks down at the body.)
 
[Cut to: Sanders front yard.  Booth is walking into the yard with the boys and their mom.]
 
Booth: Alright, look you beat me bad.
 
David: No wonder you don’t have a girlfriend.
 
Mother: David!
 
Booth: It’s okay Mrs. Sanders.  It’s alright, you know, I do have a girlfriend.
 
Sean: Is she pretty?
 
Booth: Ah, no, she’s butt ugly. She’s got a glass eye. Snagly black teeth.
 
(Booth puts his jacket on and the boys laugh.)
 
Booth:  So was Leelah with you the day that Charlie disappeared?
 
David: Uh, Yeah actually we stopped and played some video games at the arcade.
 
Booth:  That must have been before you and Charlie went to the park.
 
Mother:  You didn’t go to the mall that day, David.
 
(David looks down at the ground and his mother seems surprised.  She then looks at Sean.)
 
Mother: Sean?
 
David:  Don’t ask Sean, Mom.
 
Booth:  You met Leelah at the mall, didn’t you? You left Charlie with Sean at the park.
 
David:  Well, just for a few minutes and then they came back to the mall.  Sean let go of his hand for a second.  Charlie was gone like that.
 
(Booth looks up and notices Sklyer and his father rolling up a hose on the back of their truck.  Skyler is watching Booth and the family in the yard.)
 
David: And then we came straight home.
 
Booth:  Charlie wasn’t taken from the park; he was snatched from the mall.  We’ve been looking in the wrong place.
 
Skyler’s dad: C’mon Son. Let’s go.
 
(Booth notices Skyler still looking at them.)
 
[Cut to: lab. Hodgins is in front of a Plexiglas tank and Angela is standing next to him]
 
Angela:  (gestures towards Hodgins wrist.) What’s with the rubber band?
 
Hodgins:  The Methyl Oxide vapor in this chamber will bind to whatever compound Charlie breathed in before he was killed.
 
(Angela reaches out and snaps the rubber band on Hodgins wrist.)
 
Hodgins: Ouch!


Angela:  It’s an anger management technique, right?
 
Hodgins:  The key there is management, which is what I am doing, managing my anger. There will be a color change, Red for nictogens and calcogens and blue for halogens.
 
(Hodgins puts the boys jawbone in the tank and smoke fills the chamber.)
 
Angela:  I get that you’re a little off kilter, mad at the Government, conspiracy dunce of all that, maybe even furious that you’ve had to mount a little boy’s jawbone inside a box to find out what killed him.  What I don’t get is why going to a banquet makes you angry?
 
(Hodgins looks at the jawbone and notices it turns blue.)
 
Hodgins:  Halogens it is.  I’m going to scrape off the particles and see if the mass spectrometer can identify what type of halogen.
 
(Hodgins pulls out his papers and starts to make notes.)
 
Angela:  Anger is only fear turned inwards.
 
(Angela walks around him to leave then reaches over and snaps the rubber band one more time. Hodgins breaths out.)
 
[Cut to: Bones’ Office.  She, Angela, and Booth are looking at security footage on her computer.)
 
Angela:  There are twenty surveillance cameras taking stills every two seconds throughout the mall including access corridors and parking lots.  I concentrated on the ones aimed at the public concourse.
 
Booth:  Okay ten thousand people a day go through that mall.  How are we going to find one small kid?
 
Bones:  Angela designed a mass recognition program to apply body types to skeletal remains.
 
Angela: Endomorph, Ectomorph, Mesomorph…that sort of thing. I modified it to scan two dimensional images.  In this case we’re looking for body masses roughly congruent with Charlie, Sean, and David. (She points to a kid on the computer screen in the security camera surveillance.) There’s David.
 
Booth: You’re actually one of them, aren’t you?
 
Angela: One of who?
 
Booth:  A squint.  I mean you look normal and you act normal but you’re actually one of them.
 
Angela:  This whole mass recognition program was Brennan’s idea.  I’m completely normal, really.
 
Booth: Yeah, maybe before you got this job but now.
 
Bones: (points to screen) I see Charlie.
 
(The computer highlights Charlie on the tape in green square pattern. They are tracking his movement throughout the mall through the stills.)
 
Booth: Whoa, that’s him alright.
 
Angela: Oh God.
 
Bones: Ang, are you okay?
 
Angela:  These are probably the last pictures of this little… guy alive.  Why is he alone? Why isn’t anyone with him? (sighs) I’m sorry. The max resolution is 640 by 480 pixels per square inch.
 
Booth: Ah wait, he’s not alone someone’s calling him over.  Can’t you just zoom in?
 
Angela:  The fewer pixels that make up an image the more the picture degrades once we zoom in on it.  Did that sound too squinty?
 
Bones:  Any way to enhance it?
 
Angela:  I wouldn’t bet a date with Colin Farrell on it.
 
Bones: I know him, he’s funny.
 
Angela: Funny is Will Ferrell, sweetie. Hot is Colin Farrell.
 
Booth: Alright, look the kid is definitely moving towards someone. Alright, He wasn’t struggling.  He wasn’t trying to get away. You know, I want to add uh the neighborhood kid, Skyler Nelson, as a suspect.
 
Angela: I have one other angle but our bad guy is still obstructed in it.
 
(The bad guy is covered by one of those mall flags that hang down from the ceiling.)
 
Booth: (out loud to screen) Who the hell are you?
 
[Cut to:  Angela sitting in a break area on a couch.]
 
Bones:  Are you thinking of leaving the Jeffersonian?
 
Angela:  I’m not really this person.
 
Bones: (sits) What person?
 
Angela:  I’m not like you.  I’m not driven by the need for Justice and all that.  I’m a good time girl.
 
Bones:  We have good times.
 
Angela: Cracking jokes over murdered skeletons is not good times.
 
Bones: I know it’s harder on you then it is for the rest of us.
 
Angela: No, it’s not. (pause) Why?
 
Bones:  Because you look at their faces. We look at everything else it’s more clinical for us.  For you (pause) it’s personal.  When we see a murdered child…
 
Angela: Honey,I’m… no offense, I’m really not up for one of your ‘it takes a village’ Anthropology lessons.  This is the longest I have ever had a job.  That’s because of you.
 
Bones:  If this is about hours or time to do your own art, then…
 
Angela:  Just let me work on it, okay?  I’m an artist.  I used to draw naked guys. Now I draw dead guys. (sighs)
 
Bones: (sighs) Just don’t decide anything without talking to me.
 
Angela:  Of course I won’t. (leans back and sighs.)
 
[Cut to: Lab.  Booth and Bones are walking up.]
 
Bones:  I’m afraid Angela might quit.
 
Booth: I’m amazed she stuck it out this long.
 
Bones:  Why?
 
Booth: Well, because she’s human.  I’m sorry Bones it’s just that, you know(sighs) Angela didn’t get the same training that the rest of you got on uh, planet Vulcan.
 
Bones:  I don’t know what that means?
 
(They walk up to Zach who is seated in front of a lit table with the boys bones laid out flat in the correct shape of the body.)
 
Booth:  She’s more sensitive.
 
Zach:  Who’s more sensitive?
 
Bones: Angela.
 
Booth:  She likes puppies and kitties and ducklings, and you know Jell-O shots, and you know, dancing on bars.  (makes noise like music and dances a little).
 
Bones:  I know that, she’s my best friend.  Angela is not the only person in the world who likes baby animals.
 
Zach:  I never got the big attraction.
 
Booth: (quieter) I rest my case, she’s more sensitive.
 
Zach:  We cross referenced the length and density of Charlie’s leg bones with other children his age.
 
(Bones glares at Zach)
 
Zach:  The victim, I mean.  The thing to do is concentrate on the details.
 
(Bones sideway glances at Booth.)
 
Booth: Let’s do that. (clears throat)
 
Bones:  We found some abnormalities,  they‘re bowed and abnormally short.
 
Zach:  Also the victims’ bones show freezing of the joints at the hip and knee.
 
Booth:  Are you saying that Charlie was crippled?
 
Bones:  The victim was disabled, yes.
 
Booth:  His mother never mentioned that.
 
Zach: (picks up rib bone) The ribs are broken in two places which is not typical of blunt force trauma.
 
Bones: How do you explain that?
 
Zach:  I attributed it to his medical condition and the corresponding brittleness of his bones.
 
Bones:  I agree.  What is that condition?
 
Zach:  It looks like scoliosis, a bend in the spine.
 
(Bones walks over to where x-rays are hanging on lighted boxes and looks at them.)
 
Bones:  I think it’s more then that, Zach.  There are multiple calcified lesions on the posterior thorasic vertebrae that plus Charlie’s short stature and the asymmetric length of his legs.  Margaret Sanders may not be Charlie’s biological mother.
 
Booth:  What?
 
Bones:  Test the bones for x-link type of Phosphatemia and Coffin Larry syndrome.
 
Booth:  Whoa. Whoa. Okay, hold on. Simmer down just back up to the part where she’s not his mother.
 
Zach: Dr. Brennan is having me check for hereditary genetic defects which are always passed from mother to child.
 
Bones:  If Charlie had one then Margaret Sanders is not his mother.
 
[Cut to: Interrogation Room at the FBI.  Booth and Bones are questioning Charlie’s mother.]
 
Margaret:  How can you say that?
 
Bones: Charlie suffered from a hereditary genetic disorder called Hypophosphatemia.
 
Booth:  And Charlie’s real mother would have the same disease.
 
Bones: You do not.
 
Margaret:  I never said I wasn’t Charlie’s real mother because I was.
 
Booth:  Biological mother then. Mrs. Sanders, you are not Charlie’s biological mother.
 
(Booth lays out some pictures of Charlie on the table.)
 
Booth: Hmm? You want to explain that to us?
 
Margaret: I can’t have children, that’s why my husband left me so I took in foster kids.
 
Bones: Like Sean and David Cook.
 
Margaret: And Charlie though his name was Nathan.  I got him as a baby down in Pittsburg, ten days old.  His mother was arrested on drug charges and child services brought him to me.  Three weeks I had him and then the charges were dropped.
 
Booth:  You kept him?
 
Margaret: No, I gave him back but it nearly killed me.  I stayed in touch.  I bought him things formula…a stroller.  I wanted to make sure he was alright.
 
Booth: Nathan what, Mrs. Sanders?
 
Margaret: Nathan Downey.  His mother was a drug addict named Janine. On Christmas day I found her dead on her kitchen floor a needle stuck in her arm and I could hear Charlie crying upstairs so I went up.
 
Bones: And you took him home.
 
Margaret:  I looked him in the eyes and I promised him I would never leave him alone again and he stopped crying.  I expected everyday for Child Services to come looking.
 
Bones:  He would of ended back up in the system anyway.
 
Margaret: (crying) I meant to keep him safe. Love him and now he’s dead.
 
[Cut to: Bones and Booth walking into the FBI lobby arguing.]
 
Booth: I had to arrest her.
 
Bones:  The story checked out, the overdose.
 
Booth: She confessed to kidnapping.
 
Bones:  What? Margaret Sanders did nothing more then respond to the Anthropological imperative.  She saw an orphan and reacted.
 
Booth: (slaps paper down on desk) This is not a National Geographic study, okay. This is the suburbs.
 
Bones:  Why would she kill the boy she obviously loved him.
 
Booth:  There are situations, alright.  The kids gets sick he doesn’t turn out to be the way that she wanted.  I bet that you could give me a dozen examples of societies that have killed their own young.
 
Bones:  What about Sean and David Cook?  Where do they go now?
 
Booth:  Back into the system.
 
Bones:  Do you have any idea of how bad the foster care system is?
 
Booth: Do you? What do you want to do? Hmm? Do you want to kidnap them the way she kidnapped Charlie?
 
Bones:  I want you to let them go home to Margaret Sanders.
 
Booth:  It’s not going to happen.
 
(Bones is upset and leaves.)
 
[Cut to: Lab.  Zach and Angela are in front of a computer working on the stills.]
 
Zach: Try re-digitizing and resizing.
 
Angela:  I did the extrapolation protocol got confused by the spread.  You know Hodgins better then anybody else so why is he so bent out of shape about this banquet?
 
Zach: What makes you say that?
 
Angela:  Because every time someone mentions it, he starts snapping that rubber band around his wrist.
 
Zach: I mean what makes you think I know Hodgins better then anyone else?
 
Angela: You’re roommates.
 
Zach: I live above his garage.
 
Angela: But you see a lot of each other.
 
Zach: Not really.
 
Angela: He drives you to work.
 
Zach: I’ve never been up to the main house.
 
Angela:  The main house?
 
Zach: It’s at the opposite end of the driveway on the other side of the tennis court across from the pond.
 
(Booth walks in behind them.)
 
Booth:  Okay, anything on the identity of Charlie’s abductor?
 
Angela:  I can’t clear up this image anymore then it is. Tell Booth what you told me about living in Hodgins’s garage. There’s a bedroom, living room, kitchen, another bedroom, a den, two bathrooms…
 
Booth: Ah, Great.  Quite a garage, Can we focus on the case?
 
Angela: How many cars does he have in that garage?
 
Zach: Including the antique ones about twelve and a boat.
 
Angela: Uh, Zach has never seen the main house because the tennis courts and the pond block the view.
 
Booth: Whoa. He must be one of those Hodgins’s.
 
Zach:  Who are those Hodgins’s?  
 
Booth: I mean the Cantilever group Hodgins.
 
Angela: Oh my God.
 
Zach:  The same Cantilever group that generates more G &P then Europe.
 
Angela: Get this.  They’re the single biggest donors to the Jeffersonian Institution.
 
Booth: Ha! That makes Hodgins your boss. (laughs.)
 
Angela: What do you guys even talk about when he drives you to work?
 
Zach:  I mostly sleep.  Hodgins mostly yells at the radio.
 
(They continue looking at the security footage. They see Charlie and a man behind him going out some glass doors.)
 
Booth: Okay, if you can’t see the guys face maybe you can grab a reflection.
 
Zach:  That’s a workable idea.
 
Booth: Well, I’d say thanks, you know, if you didn’t say it like it was some kind of a miracle.
 
[Cut to: Bone’s office.  She is sitting at her desk and Hodgins enters.)
 
Hodgins:  Chemlab mass spectrometer identifies the particulates in Charlie Sanders’ mouth as Fluoride. (Bones stares at her computer screen.) I recognize that look.
 
Bones: What?
 
Hodgins: You’re writing another book.  When you write you get this stunned look on your face like you stuck a fork in the toaster.(he goes up to a board with notes pinned on it.) Am I in this one too?
 
Bones: You weren’t in the last one.  Fluoride, at what concentration?
 
Hodgins:  It’s too high for toothpaste.
 
Bones: Put together a list of…(pushes the board to get his attention) Put together a list of anything that could conceivably contain Fluoride at those levels.
 
Hodgins: Alright, (gestures to board) Do you have time for this?
 
Bones: Ugh, they gave me a car.
 
Hodgins: Nice! Who?
 
Bones: My publisher.  Now I feel like I have to earn it by writing another book.
 
Hodgins: Fight cohersion in all its forms. You don’t write the book. I don’t go to the banquet, solidarity.
 
(Hodgins leaves her office and Booth enters.)
 
Booth:  Angela has a face for the abductor.
 
(Bones jumps up and runs out of the office.  Booth notices the boards and leans over to look at it then walks out.)
 
[Cut to: Lab. Angela, Bones, and Booth are looking at the surveillance footage of Charlie and the man behind him walking out the glass doors.]
 
Angela: I looked on both cameras. This one offered up more reflective surfaces.
 
Booth:  Right at the door.
 
Angela: Check this out. (enhances the image.)
 
Booth:  The abductor’s face.
 
(The image is slowly coming into focus.)
 
Angela: By polarizing the image the computer can interpret the spaces between the white and the dark gaps and fill in the missing pieces.
 
(Image gets a little clearer.)
 
Booth:  Wait, that doesn’t look like an adult.
 
Angela:  When I repolarize the image
 
(The image becomes clear and it is of Sean.)
 
Booth: Sean Cook.
 
Bones:  The victim’s foster brother.
 
(They all look at each other shocked.)
 
[Cut to: Questioning room. Sean is seated running his fingers through water spots on the table.  There is a Child Advocate in the room with him. Bones and a Juvenile prosecutor watch through a two way mirror and can hear the interview over a speaker.]
 
Booth:  Where were you taking Charlie, Sean?
 
Sean: I brought him to the mall to see David.
 
Booth: I know you brought him to the mall but we got a picture of you leading him out of the mall.
 
Bones: Have you seen much of this kind of thing?
 
JP: I’m a juvenile prosecutor.  I wish I could say kids killing kids was rare.
 
Booth: Where were you taking him Sean?
 
Sean:  When can I talk to Margaret?
 
Booth: After you answer my questions.
 
Bones:  Can he do that, lie to a kid?
 
JP: We’re after a child killer, Dr. Brennan. If the Child Advocate in there doesn’t complain, I sure as hell won’t.
 
Bones: Well, What’s the point of having a Child Advocate if he doesn’t advocate for the child?
 
JP: I get the impression you’re a little confused as to what side you are on, Dr. Brennan.
 
(Booth stands and shows Sean a scar near his waist.)
 
Booth: Sean, Do you know what that is?
 
Sean: A scar?
 
Booth: Yeah, got it uh, when I was playing soldier with my brother Jared.
 
Sean:  Did it hurt?
 
Booth: (sits on table) Yeah, it hurt but it was an accident.  Do you got any scars?
 
(Sean pulls up his sleeve and shows Booth round circle scars on his arm.)
 
Sean: My dad did it with a cigarette.
 
Booth: He shouldn’t have done that.
 
Sean: (pulls sleeve back down.) Margaret didn’t do anything like that. I love Margaret.
 
Booth: What I need to know is if Charlie had some kind of an accident? Sean?
 
Child Advocate: Maybe we can just take a break?
 
Booth: Sean?
 
JP: He’s not being aggressive enough.
 
Bones: Foster kids are powerless.  They’re treated like garbage.  You’re in a position to do something about it and all you have to say is he’s not being aggressive enough.
 
JP: Dr. Brennan, you know this boy may very well have  beaten a child to death with a rock.
 
[Cut to: Lab.  Hodgins is running some tests and Angela walks up to him.]
 
Angela:  How long have we known each other?
 
Hodgins:  Do people really ever know each other?
 
Angela:  How come you never invited me over to your house?
 
Hodgins: Aw, I didn’t pick up that kind of vibe off you.
 
Angela:  I thought we were close, all of us.  What else don’t I know?  Is Zach from another planet?
 
Hodgins: Oh, Come on.  That ones obvious.
 
Angela: You’re rich. You single handedly own the Cantilever group. Don’t deny it, I know.
 
Hodgins: Who else knows?
 
Angela: Zach… Booth.
 
Hodgins: Don’t tell Brennan.
 
Angela:  Why don’t you want us to know that you are actually our boss?
 
Hodgins: (upset) I don’t want to be anybody’s boss.  I never did. Please respect that.
 
(Angela looks hurt and walks away. Bones walks up to Hodgins.)
 
Bones:  What’s up with Angela?
 
Hodgins: It’s…job pressure.  Fluoride at lower concentrations is used in toothpaste, instant tea and is added to our drinking water which I might add can cause a range of conditions…brain damage…
 
Bones:  Which has nothing to do with the case at hand.
 
Hodgins:  The concentrations found on our victim might come from wood preservatives, paint thinners, car wax or various other industrial products.
 
Bones: Okay, did Angela say anything to you about quitting her job?
 
Hodgins: No, but we hardly know anything about each other.
 
[Cut to: Lab.  Bones is in a room with the skeleton laid out on a lit up table.  Booth walks in]
 
Booth: Bones, I thought you would like to know.  Sean and David are in emergency care. I pulled some strings you know to make sure they get to stay together.
 
Bones: (writing on her clipboard.) That’s good thanks.
 
Booth: It’s the best I could do.
 
Bones: Yeah I understand.
 
Booth: (irritated) You say you understand but you don’t, not really. I mean if you don’t like the rule you ignore it, right? (puts his hand on the table to lean on it and breaks the pencil.)  I can’t have that and if you want to do this.
 
Bones: Do what?
 
Booth:  Work on cases. You know, with me outside the lab.  If you want to do that, I need to know that you will respect the law.
 
Bones: Tell you what.  If I can’t respect the law, I can at least respect you.
 
Booth: Oh, maybe, yeah that will work too I mean it kind of comes out of nowhere but…
 
Bones: (looks at pencil) Look what you did.
 
Booth: It’s a pencil. I’ll get you a new one.
 
Bones: The victim was killed by trauma to the chest but the ribs are broken in two places not just one.
 
Booth:  Because of the uh the uh brittle bones, because of the…his disease.
 
Bones:  Well, that was my assumption but there’s another explanation.
 
(Bones goes to leave and Booth steps in front of her.)
 
Booth: Okay, whoa. What’s the other explanation?
 
Bones: Compression.
 
(He lets her go by and they walk out of the room into a hallway.)
 
Booth: Alright, Charlie Sanders was crushed to death?
 
Bones: Yes, green stick fractures retebral and sternal. (holds up pencil) See?
 
Booth: Alright, Sean Cook outweighed Charlie Sanders by about what, maybe thirty pounds? How could he have crushed him to death?
 
(Angela is walking down the hallway and Bones sees her.)
 
Bones: Angela we need to run some scenarios through the Angelanator.
 
(Hodgins comes running up to Angela and Booth as Bones leaves.)
 
Hodgins:  Angela. Booth. Zach has been informed that if he tells anyone who I am that I will kick him out on the street like a stray dog.  Sadly, there’s nothing I can threaten you two with.
 
Angela: Yeah, that’s a shame.
 
Hodgins: What I want out of my life is to come in here and sift through slime and bugs. Unfortunately, my family is one of those who secretly run the world.
 
Booth: Paranoia and delusions of grandeur all in one package. (goes to leave with Angela)
 
Hodgins: You call it paranoia.  I call it the family business. Please! Could you just stop!
 
(They both turn around and face Hodgins.)
 
Hodgins: The reason that I do not want to go to that banquet is because the other members of the ruling elite will make a big fuss about seeing me.  My secret will be out and my life…this life that I love will be ruined. I’m asking you please… please just let me be Jack Hodgins who works in the lab.
 
[Cut to: Holographic lab.  There is a hologram of Charlie on the podium.  Booth and Bones are looking at it while Angela inputs values.]
 
 
Angela: Charlie was three feet four inches tall and weighed fifty-eight pounds.
 
Bones: And Sean?
 
Angela: Sean Cook is one point four meters tall and weighs thirty-one kilograms.
 
Booth:  His brother David was uh, five eight ,one hundred and fifty pounds.
 
Angela: 1.75 meters 68 kilograms.
 
Bones:  At first I thought the break to Charlie’s sternum was caused by blunt trauma because it only ran along one fault line but when Booth broke my pencil I realized there’s another way to cause the same type of injury…compression.
 
(The holograph displays the skeleton of Charlie laying on his back and a knee pushing down on his chest.)
 
Angela:  Well, Hodgins found no particulates that suggested crushing.
 
Bones:  Body weight, there has to be enough weight on the victim to stop the abdomen from moving so no air can get into the lungs. Prolonged pressure caused the sternum to snap in half and the ribs to break.
 
(Holograph shows the knee coming down and breaking the sternum and ribs.)
 
Angela: Ooh.  (she turns away for a moment) Sorry. Sorry.  I entered real world variables taking into account, Charlie’s size and the amount of pressure that was required to break Charlie’s sternum in the way that it was broken.
 
Booth:  What did you end up with?
 
Angela: eighty-six point two kilograms.
 
Booth:  What’s that in American?
 
Bones:  A hundred and ninety pounds.
 
Booth: Yeah.
 
Angela:  Way too much for either of the Cook kids or Margaret Sanders.
 
Booth: Shoot, I’d put the neighbors kid Sklyer at a hundred and sixty pounds.
 
Bones: It can’t be him either.
 
Booth: We should be looking for a full grown man.
 
Bones: You have to get Sean to tell you where he took Charlie after they left the mall.
 
Booth: He won’t talk to me.
 
Bones: Let me do it.
 
Booth: Uh, no. You know, people are not your strong point Bones and besides he’s not going to care about how many facts you put in front of him.
 
Bones: Can you just go with me on this one, Booth? We’re trying to catch a killer. Let me help.
 
Booth:  When was the last time you even talk to a kid?
 
Bones: I know what to say.
 
[Cut to: Interrogation room at FBI.  Booth and the JP are on the other side of a two way mirror listening over a speaker to Bones questioning Sean In the room. A Child Advocate is present too.]
 
Bones: Do you remember me, Sean?
 
Sean: Museum Lady, the one who’s so smart.
 
Bones: Yeah, I’m pretty smart.
 
JP: And very modest.
 
Booth: Oh believe me she is being modest.
 
Bones: Smart enough to know that you didn’t kill Charlie. You don’t have to say anything Sean, just listen.  They give you a garbage bag to carry all of your stuff like they’re telling you everything you own is garbage and then you have to go to a new school in clothes that smell like garbage bags.
 
Sean:  All the regular kids know you’re a foster kid. How do you know what it’s like?
 
Bones:  They bounce you from place to place and it’s never home. Sometimes the foster parents are nice.
 
Sean: Like Margaret?
 
Bones: Yeah and sometimes they separate you from your brother. It must have been nice with Margaret…staying with David.
 
Sean: (crying) We got bunk beds.  At night I knew David was there like he was guarding me. Margaret’s nice.
 
Bones: You would do most anything to stay with Margaret, right?
 
(Sean shakes his head yes.)
 
Bones:  The man you took Charlie to.  The man who hurt him, he knows that. You didn’t know that he’d hurt Charlie but he did and then he told you that Margaret would blame you.  That she’d hate you but this man is lying to you, Sean.  I can make sure that you go back to Margaret.
 
Sean: How? You work at a museum.
 
Bones: (looks at the mirror as she speaks) I have a friend at the FBI if I ask him to, he will make sure that you and David get to live with Margaret again.
 
Child Advocate: Dr. Brennan, you can’t make promises like that.
 
Bones: (firmly) Yes, I can. He will do it. My friend will make it happen.
 
Booth: Oh man.
 
Bones: But you have to tell me who hurt Charlie?
 
Booth: (to JP) I’m going to need your help to keep the promises she made to that boy.
 
JP: Hey, I…I…I can’t promise…
 
Booth:  Mrs. Johnston, my people and your people are going to have to make this happen.
 
Sean: (crying) What if Margaret doesn’t want me anymore? Charlie was her real son.
 
Bones: Charlie wasn’t her biological son either.  Charlie was just like you someone that Margaret chose to love.  I don’t think we should let that man take you, and David, and Charlie away from Margaret, do you?
 
(Charlie shakes his head no)
 
Bones: We should stop him. You and I should stop him.
 
(Charlie gets up from the table and hugs Bones. Bones hugs him back. He whispers the name of the guy in her ear.)
 
Booth: She did it. She got his name.
 
[Cut to: Booth pulls up in his SUV to the Nelson’s house. Edward Nelson, Skyler’s father, is outside putting the hoses up on his truck.  Booth, Bones, and another FBI get out of the SUV. Booth walks up to Edward with handcuffs.]
 
Booth: Edward Nelson, you are under arrest for sexual assault and the murder of Charlie Sanders. (he reads him his Miranda rights while he cuffs him.)
 
[Cut to: Lab. Angela looks at her drawing side by side with the missing poster of Charlie. Hodgins in another part of the lab takes the jawbone out of the Plexiglas box and hands it to Zach.]
 
[Cut to: Nelson house. Booth is walking Edward to the SUV and his wife and son are on the front lawn.  They are both visibly upset.]
 
[Cut to: Lab.  Zach puts the jawbone in a casket and closes it. Two men take it away.]
 
[Cut to FBI office.  The boys are seated at a table with Bones playing cards. Booth comes to the doorway with the JP and Margaret.]
 
Margaret: Boys!
 
(The boys jump up and run to her to give her a hug.)
 
Sean: Mom!


David: Mom!
 
Sean: Are we going to be friends with that lady?
 
Margaret: Oh, You betcha.
 
[Cut to: Bones’s Office.  She signs her name on Charlie’s file.  It’s stamped at the top Case Closed.  She closes it and stand there for a moment. Booth walks in.]
 
Booth: We have him cold.  The insecticide he was using on the termites matches the Fluoride concentration perfectly. Skyler’s dad admitted everything.
 
Bones: Don’t tell me. He said crushing Charlie to death was a mistake.
 
Booth: He never abused Sean Cook; he just used him to get near Charlie. It played out just like you said.  He had Charlie out in that field some teenage kids they come by so he knelt on Charlie to keep him from crying out.  Sean got scared, he ran back to his brother.
 
Bones: Charlie was small and weak. His sternum collapsed. You think he abused any other kids?
 
Booth: Yeah, probably his own son.
 
Bones: You report that to Child Services?
 
Booth: Mm. Hm. Try to get the kid some help… and I’m sorry.
 
Bones: For what?
 
Booth:  You have personal experience in the system.
 
Bones: I was a foster child until my grandfather got me out.
 
Booth: Yeah, when you said, um, they take you away from your brother, I kind of had the feeling you weren’t talking about David Cook. 
 
Bones: Booth, I’ll tell you all about it one day but tonight I have to get dressed for a party.
 
Booth: Hmm. Okay Bones.
 
Bones: By the way, there is a huge ding in my passenger side door because you told me not to park it at an angle.
 
Booth: (laughs)
 
Bones: Okay that’s just mean!


Booth: (laughs harder.)
 
Bones: You’re mean.
 
Booth: Sorry.
 
[Cut to: lab. The team is waiting at the bottom of the platform all dressed up except Hodgins. Dr. Goodman walks up in a formal tuxedo.]
 
Dr. Goodman:  That is not a tuxedo, Dr. Hodgins.
 
Hodgins: I am not going, Dr. Goodman.
 
Dr. Goodman: You are going.
 
(Dr. Goodman stuffs a name tag into Hodgins pocket.)
 
Dr. Goodman: When we arrive the donors will all be wearing name tags. (he hands one to Zach)
 
Zach: What do we talk about?
 
Dr. Goodman: Your work of course.
 
Angela: Zach’s work consists of removing flesh from corpses.  Hodgins dissects bugs that have been eating people’s eye balls.
 
Hodgins: Leave me out of it. I am not going.
 
Dr. Goodman: And how do you see your job?
 
Angela: (sighs) I draw death masks.
 
Dr. Goodman: Is that really how you see it?
 
Angela: Don’t you?
 
Dr. Goodman: You are the best of us Miss. Montenegro. You discern humanity in the wreck of a ruined human body. You give victims back their faces, their identities, you remind us all of why we’re here in the first place…because we treasure human life.
 
(Angela breathes a sigh of relief and hugs Dr. Goodman with tears in her eyes.)
 
Dr. Goodman: Oh for God sake
 
(Bones walks up to them all dressed up for the party. She has a strapless formal dress on.)
 
Bones: What happened?
 
Zach: Apparently all Angela needed was to hear her job description in a deep African-American tone.
 
Dr. Goodman: Mr. Addy.
 
(Booth comes walking into the lab carrying something wrapped in plastic.)
 
Booth: Dr. Goodman, we need Hodgins in the lab tonight. FBI needs this analyzed by morning.( he hands it to Hodgins)
 
Hodgins: Uh, I’m going to get right on it.
 
Dr. Goodman: Wha..wha..wait a minute.  What case file is this?
 
Bones: Am I supposed to know about it?
 
Angela: Booth mentioned it to me earlier today.
 
Bones: That’s good enough for me.
 
Dr. Goodman: Fine, you’re off the hook Dr. Hodgins.(to the girls) Let’s not keep the limo waiting. 
 
(Zach, Angela, and Dr. Goodman leave to get in the limo.)
 
Hodgins: (to Booth) Thanks. (walks away)
 
Booth: You look nice. Better then nice you look uh, very…
 
Bones: Thanks.
 
Booth: (laughs) Bones, how did you know I was going to keep your promise?
 
Bones: What promise?
 
Booth: To get Sean and David back with Margaret Sanders.
 
Bones: Maybe I was lying to catch the bad guy. I learned that trick from you. The end justifies the means.
 
Booth: Hmm. (goes to walk away)
 
Bones: Booth, I knew you would back me up. I knew you wouldn’t make me a liar.
 
Booth: Hmm. How’d you know?
 
Bones: Because you want to go to Heaven.
 
Booth: But you don’t believe in Heaven.
 
Bones: But you do.
 
(he smirks and leaves and Bones goes out to catch the limo)
 
Fade to Black.


Kikavu ?

Au total, 166 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

Neelah 
19.02.2021 vers 18h

densi76 
28.12.2020 vers 17h

Collen08 
13.12.2020 vers 10h

Beranne 
26.08.2020 vers 19h

melanie91 
03.07.2020 vers 18h

MikeBallin 
16.06.2020 vers 03h

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

natas  (01.03.2021 à 19:26)

épisode très émouvant.

tout le monde est touché que la victime soit un kid...

La scène d'interogatoire de Brennan, omg, j'ai trop pleuré.

On apprend pour Hoddgins, trop chou à la fin Booth qui l'aide. et qui a aussi aidé Bones a tenir une promesse !! il est top !

Dans mes souvenirs Bones et Zack était bien plus inadapté socialement que réelement.

Contributeurs

Merci aux 4 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Bones459 
coldu93 
Minamous 
serieserie 
Activité récente

447 votes [PDM]
Aujourd'hui à 21:25

Suite de mots
Aujourd'hui à 21:25

Saison 10
09.04.2021

Survivor
08.03.2021

Obsession
07.04.2021

Virus
05.04.2021

Pris au piège
31.03.2021

Actualités
Emily Deschanel sera dans The Rookie!

Emily Deschanel sera dans The Rookie!
Emily Deschanel rejoint le casting de la série The Rookie sur ABC. Elle sera présente lors de...

Calendrier du mois!

Calendrier du mois!
Pour avril, c'est avec Booth et Brennan que nous serons! >>Le calendrier...

Une HypnoCard Booth et Brennan pour célébrer leur 3è place!

Une HypnoCard Booth et Brennan pour célébrer leur 3è place!
L'HypnoCup vient de se terminer sur la citadelle! L'HypnoBoutique a décidé de célébrer les 3 couples...

HypnoCup 2021 - Booth et Brennan tentent la 3ème place!

HypnoCup 2021 - Booth et Brennan tentent la 3ème place!
L'HypnoCup 2021 continuent aujourd'hui sur la citadelle! Cette année, ce sont 512 couples qui...

Calendrier du mois!

Calendrier du mois!
Pour mars, c'est avec Daisy et Sweets que nous serons! >>Le calendrier...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
HypnoRooms

pretty31, 19.04.2021 à 10:18

Nouvelle partie de ciné-émojis et films à voir à la télé cette semaine sur HypnoClap !

bloom74, 19.04.2021 à 14:39

Nouveau sondage et photo du mois dans le quartier The Boys

ShanInXYZ, Avant-hier à 15:55

Un nouvel anniversaire à fêter chez Doctor Who, mais celui de qui ?

sabby, Hier à 10:17

Hello à tous ! Il est temps de départager les créations sur le quartier All American via le sondage !! On vous attend

ShanInXYZ, Hier à 16:39

Deux anniversaires à fêter chez Doctor Who et Voyage au centre du Tardis attends vos photos de Ryan Sinclair

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site